IDEO ANV Remarques Fa

Un article de Ideopedia.

(Redirigé depuis IDEO ANV Remarques F)

Sommaire

Face

Face se dit bauq (le symétrique de quab = dos). Ce qui donne les diverses expressions :

Bauquv = de face
Bauquv yn bauqs = face à face.

La face d'un polyèdre se dit ará[1], une compression de aréa.

Ùt qúara hab quàt aráse = Un tétraèdre a quatre faces.

La locution "en face (de)" se dit également bauq. On distinguera donc les phrases, lors des traductions.

La vedje ar fran bauquv = On les voit (d')en face
La vedje ar bauquv = On les voit de face.

Dans le premier cas, on a l'adverbe, dans le second, un nom circonstant instructif.

Toutefois, la face d'une pièce se dit dox (l'ambigramme (toupie) de xop = pile).

Faculté

Dans le sens "possibilité de faire", se dit fakpòdent ;
sinon, l'établissement universitaire se traduit par fakùltet.

Facture

Pour un mot identique en français, deux mots aneuviens semblables, ne se différenciant que par l'accentuation et la prononciation :

fàktur [ˈfaktuʁ] = facture : la facture d'un objet ou bien le savoir-faire.
faktùr [fɐkˈtyʁ] = facture : bordereau commercial où sont inscrits les...

Faillir

Se traduit avec le verbe dymús lorsqu'il y a un COI derrière (traduit par un COD en aneuvien).

Ar dymússar omned devace = Ils ont failli à tous leurs devoirs.

Se traduit par la particule liée (par un trait d'union) lorsque ce qui suit est un verbe. Celui-ci se conjugue normalement :

Eg mu-waada = J'ai failli attendre.

On n'oubliera pas le trait d'union, notamment à cause d'une homophonie avec le préfixe mu-, devant les noms, signifiant "para- :

muvàl = parachute
da ere mu-vàla = il avait failli tomber.

Faillite

Le mot kordænt est pris de

ekorèntet = économie
dænt = mort ;

bref : la mort (économique) d'une entreprise.
"Faire faillite" se dit, par conséquent kordæn, se conjugue comme dæn.

Faire

En général, traduit par un mot pris du latin : fàk dans le sens de "réaliser" dans une multitude de domaines, ou de "commettre".

Da fàkta ùt reanos. = Il a fait une erreur.
Ar fàktun kœgs. = Ils sont entrain de faire la cuisine.

... mais pas toujours ! quand le sens est plus général, on utilisera dor ; tiré de to do (anglais).

E stĕ æc quas eg dor. = Je sais ce que je fais (je sais comment je dois faire).
Or nep dorit zoṅkdu![2]= Ne faites pas le c... !

Quand "faire" précède un autre verbe, dor sera toujours utilisé. Le verbe qui suit est à l'infinitif s'il n'a pas de sujet[3]

Eg dora fàk as = je l'ai fait faire.


. Si la phrase indique une idée d'action subie (cf 2me exemple ci-dessous) on utilisera cem dor[4].

Ar cem dorar kàrxen. = ils se sont fait injurier.

Faisan

S'il s'agit du volatile, le nom est fagál. On notera que, contrairement à gal, qui donne galek (poule) et galed (coq), les flexions sexuées sont ici fagák (♀) & fagád (♂). Fagálek (♀) & fagáled (♂) sont des variantes.
Fagòdu n'est pas une variante :

Nep dorit adfàxe kœm das! Æt ùt fagòdak! = Ne fais pas d'affaires avec lui : c'est un faisan !

Ce mot est d'avantage pris de fagoach = faisander ; lui-même tiré de

fagal = faisan
doach = pourrir
= individu, personne.

On en déduira sans peine les dérivés :

fagálri qu'on tâchera de ne pas apparenter à gàlri[5]
fagòdutul pour lequel on fera attention, comme pour le autres mots en -dutul, à prononcer différemment les deux U de ce mot.

Falloir

Si au niveau de la conjugaison elle-même, ce verbe n'appelle pas trop de commentaires (c'est un verbe défectif : pas d'impératif), au niveau de l'usage, il se comporte aussi bien comme un verbe impersonnel, avec d'autres verbes (à l'infinitif ou bien une proposition subordonné conjonctive, que comme un verbe personnel, lorsqu'il a pour sujet, autre chose que le pronom (im)personnel a.

A fàl làpor = il faut travailler.
A fàl tep ar vedj æc = il faut qu'ils voient ça
Ùt hoψat mir fàl ni orse = il vous faudra une montre (une montre vous faudra)[6]

"S'en falloir" utilise la particule pronominale dem, sans ajout de pronom (cys, cyn) :

Olyg dem fàlla! = Il s'en est fallu de peu !
Ùt piyl dem fàlla = Il s'en est fallu d'un cheveu (poil)
Piyl est un nom : il est donc sujet de fàlla.

Fameux

Dans le sens de célèbre (sincère ou ironique), se dit faamon
Kes æt, or • àt faamon Arsène Lupin ep... = Comme ça, vous êtes le fameux Arsène Lupin... Par extension on utilisera le préfixe fa-
Dans un sens propre (délicieux) ou figuré (digne de TOUS les éloges), se dit gylèψon [gəˈlɛpsɔn]. Est à l'origine du préfixe laudatif gy(l)-.

Préfixables :

Or vœndar as ep? æt fastrægens = Vous l'avez trouvé, ce fameux train ?
Æt ùt gystrægen! = C'est un fameux train !


Famille

Dans sa forme la plus réduite, celle qui vit dans l'appartement et qui inclut donc les parents (parèndur) et les enfants (neràpdur) avec éventuellement un grand parent (ajoeldu) ou deux, s'il vit effectivement régulièrement avec les autres, on dira famil ; du reste, une famille recomposée se dira bisompœṅdan famil.
Si on compte la famille au sens large, au point même de compter toute une dynastie... ou presque, avec les bisaïeux (bisajoeldur), les cousins issus de germains (ner(ap)vikœzyndur) etc... on dira gèmal.
Dans une acception figurée (famille de mots, d'engins, famille de pensée...) on dira gèmet.

On distinguera par conséquent

ùt rènem famil = une grande famille (nombreuse)
ùt reenem famil = une grande famille (contenant plusieurs célébrités)
ùt rènem gèmal = une grande famille (avec beaucoup d'embranchements, de par les familles (famile) nombreuses qui la composent et les mariages multiples)
ùt reenem gèmal = une grande famille (une dynastie prestigieuse ou renommée).

Fanatique

Fàdikg est dit en bonne part :

Æt • ùt fàdidak vlimen. = c'est un fanatique de la voile.

fàdeson est dit en mauvaise part :

Æt • ùt fàdesdak. = c'est un fanatique.

Fantasia

Mot non aneuvisé, indéclinable. Pluriels possibles : fantasia ou fantasiar[7].

Àr gonsláge àr fantasia ere loψăner rikyp eve ade = Les coups de feu des fantasias résonnaient jusque chez nous.

Fantasme

Se traduit dans la quasi totalité des cas par faṅtàsem, avec la même signification. Pour les fantasmes sexuels, chers aux psychanalystes, certains de leurs patients ainsi qu'une certaine presse[8], il y a le concentré qudàsem ; formé de qud (Latin CVPIDO = Qupidoṅ = Cupidon) et faṅtàsem.

Fantôme

Ψiktùr, faṅtàg, faṅtàgdu

Ces mots sont en fait assez difficiles à départager, toutefois, l'apparence humaine sera sans aucun doute faṅtàgdu, à cause de son suffixe. Ψiktur est plutôt dit pour l'image-même du fantôme[9]. Enfin, faṅtàg pourra être utilisé en tant qu'adjectif, ou dans la construction de mots :

àt Faṅtagálxhip = Le Vaisseau fantôme[10].

Fatiguer

Au sens ergatif : renear ;
au sens actif : reneares.

Le premier n'a pas d'impératif (au besoin, on utilise le second à la voix réflexive : dem renearest nep = ne (te) fatigue pas[11]. Le subjonctif passé de renear est irrégulier : renéra.

Faune

Zotul, c'est l'ensemble des animaux vivant dans un espace délimité[12];
foon, c'est UN faune (avec les pieds de bouc, les cornes et la flute) ; nom masculin ; toutefois, on trouve aussi foonkad.

Fausser

Se dit, au sens propre anýrben.

À lwisæz cem anýrbena. = La serrure a été faussée.

Toutefois, lorsqu'il s'agit d'une erreur d'interprétation ou de calcul, on dira nyreben :

Ed adnàlid orn cem nyrben per ed aṅlèkaneve = Votre analyse est faussée par vos préjugés.
Recert advíkaltyne nyrbenar àt reseltac = Trop d'approximations ont faussé le résultat.

"Fausser compagnie" se traduit par uskòṁen (-a, -éna), de

ùs = hors de
kòṁet = compagnie
-en : suffixe verbal.

Fausset

Le trou percé dans un tonneau, pour y adjoindre un robinet, se dit naturellement bàrylul ; des mots bàryk & lul.

La voix de fausset (voix masculine aigüe) se dit skydavòk, de

skjyn = aigu
dasem = masculin
vok = voix.

Faute

Pour la construction, on utilisera la diction française familière : "c'est DE sa faute", plutôt que "c'est sa faute" ; puisque "tel événement (fâcheux) EST DÛ À[13]sa faute" :

Æt ed nyradev on tet la nep kànar pùze! = C'est (de) ta faute si on n'a pas pu partir !

On peut trouver une formulation plus concise : Ed nyradev nep! = C'est pas ma faute !

Fauve

Tàhwen, c'est la couleur ; retàzo, c'est l'animal.

Faux

Tirv a le sens d'"inexact" (anacyclique de vrit),
nyreb, c'est l'adjectif correspondant à "fausseté" et à falsification" ; il est formé depuis veryd, puis retourné par l'intermédiaire de l'akrig.
nyrep, dérivé du précédent, c'est LE faux (par rapport au vrai) ou bien UN faux ;
fjàsh, c'est UNE faux (outil qui sert à faucher).

Favori

Fàporan & erlàjan sont deux adjectifs issus des verbes respectifs fàporen (favoriser) & erlàj (préférer). On rencontre également fàpordu comme nom :
Àt regkad ere sœvov kœm ed faporkaż = Le roi était au lit avec sa favorite.
Les deux autres : pilỳma & ruvlàket, sont des noms représentant des attributs capillaires. Le premier est un mot-valise formé de
piyl = poil
lỳma = joue

l'autre est un à-postériori. On trouve également put si l'attribut capillaire ainsi désigné est moins imposant.

Or kjas ckùt med puċe nivlev lhopene = Veuillez me couper les favoris au niveau des lobes.

Fécal

Kopral, c'est l'adjectif, utilisable aussi bien au sens figuré qu'au sens propre, y compris en aneuvien :
ùt kopral adfàk = une affaire fécale (un bâton merdeux) ;
koper, c'est la matière elle même, compactable en kopr (merde).


Félin

Feliden, & gaten sont synonymes ; le dernier peut éventuellement évoquer une certaine grâce.

Fellation

Si le mot syl-ni-pynev, littéralement "Bouche-à...", est invariable (et donc indéclinable), pynlàkad, formé de

pyn-[14]
smlàk : voir ce mot
-ad : suffixe d'action,

lui, se décline comme tout nom en -d. Ce nom est neutre, malgré la terminaison. Du reste, il n'y a pas que les femmes qui font des fellations. On peut également trouver comme terme smlàk leàdun, mais c'est beaucoup plus particulier.

Pynlàkes, c'est le verbe Àt foon cem ere pylàxă per àt leàduv.

Féminin

Traduction de deux aspects du caractère féminin

Kagem en est l'aspect purement physique profond. L'existence en double des chromosomes X, l'influence sur les hormones et la fonction reproductive, ainsi que le développement naturel des caractères sexuels secondaires.
Kasem a une connotation plus superficielle et permet de se pencher sur l'aspect comportemental constaté ou même permettant diverses spéculations. Raison pour laquelle "efféminé" se traduit par kaseman et non kageman. ùt ryln kaseman zhit

Pour les noms au féminin, lire ce paragraphe.

Femme

Comme DAK représente tout humain de sexe masculin, KAD représente tout humain de sexe féminin, que ce soit une femme ou une fille, quelque soient leur âge. Si aucune précision n'est nécessaire, ou bien si le contexte suffit, on utilera tout simplement kad. Sinon, on donnera des précisions par des préfixes :

Jeune femme
(20 à 30)
Jœṅg vaxènkad
Femme adulte
(≥ 20)
Vaxènkad
Femme mûre
(30 à ~60)
Matùrkad
Vieille femme
(> 60)
Gerœṅkad
Épouse Nùpkad


Femme-enfant

Elimávakad est formé des éléments suivants :

eli- : préfixe antonymique
matùr = mûr
vaxen = adulte
kad : femme.

Fermeture

Klosnad traduction l'action de fermer ou son résultat, klosent traduit un dispositif, quelle que soit sa complexité.

Festival

Le mot septej est du à une agglutination (avec troncatures) des mots

septakel
fej

Fête

Se dit fej dans tous les cas de figure (la fête dans la ville, la fête nationale, les fêtes religieuses (tous cultes confondus), la fête des écoles, les fêtes d'anniversaires (privées ou officielles), "ça va êt'ta fête !") etc. Corresponde également à la traduction de "foire", l'adjectif "férié" se traduisant d'ailleurs fejen. Un jour férié se disant fejdav.

On tâchera de faire la différence entre

ùt fejen lœrdav = un samedi férié
ùt lœrdav fejev = un samedi en fête.

Fejen est également la traduction de "fêter" (un évènement, la bienvenue) ; fejes traduit plutôt "festoyer".

L'expression "ça va être ta fête" est traduite par o cem mir obfèjen, difficile à traduire mot-à-mot mais dont le sens général est compris dès lors qu'on connaît les constituants de obfèjen.

Tet eg vel nep cem obfèjen, eg • tregatev remídun àt gazĕvex aṅt vrjesdaw. = Si je veux pas que ce soit ma fête, j'ai intérêt à rendre l'article avant vendredi.

Les indicateurs ferroviaires aneuviens signalent les jours fériés par un F. Ainsi, on aura

¡(S, F) = ne circule ni les dimanches ni les jours fériés)
¡FS = ne circule pas les dimanches fériés (mais circule les autres dimanches ou les autres jours fériés)..

Feu

Nĕk, c'est l'adjectif (nekro) ; igin, c'est le nom ( IGNIS)

Feuille

Celle de l'arbre se traduit par luff ( leaf), celle en papier se traduit flio (cf. folio).


E FI
F


  1. On fera bien attention à la position et au sens de l'accent, afin de ne pas confondre le circonstanciel de ce mot avec àrav, qui est une variété de perroquet.
  2. Zoṅkdu est ici considéré comme attribut de or
  3. On remarquera ces distinctions :
    Eg dora das (ou kas) fàktun = je lui ai fait faire.
    Da stĕ dor àr aliduse làporun. = Il sait faire travailler les autres.
  4. Da cem dora pernd. = Il s'est fait arrêter.
    Da dem dora qbobs. = Il s'est fait peur.
  5. Contrairement à d'autres mots en "-ie", qui calquent en -et ; les mots en "-erie" ont un calque beaucoup plus direct : kœnditori, zhaṅdàrmeri, gàlri...
  6. À ce titre, cette phrase aneuvienne e stĕ æc qua fàl, traduite littéralement en "je sais ce qui faut" peut être interprété en "je sais ce qu'y faut", diction relâchée de "je sais ce qu'il faut".
  7. Attention : le S se prononce [s] et le I [i].Bentiens !
  8. ...bien présente en Europe. Nettement moins en Aneuf, même si elle existe.
  9. De ψiyqet = esprit & piktùr encore qu'il puisse s'agir d'une hallucination.
  10. Àt flogun Nederlaṅdak
  11. Le T de l'impératif est amuï.
  12. Pour des être humains (dit en mauvaise part) on dirait plutôt : kerstul voire nechèrtul
  13. On a bien, là, un cas de causalité, exprimée en aneuvien par le circonstanciel.
  14. ... pouvant être remplacé.