IDEO ANV Remarques Ca

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Cache-sexe

Pùbluff, autrement dit : feuille de pubis.

Cachet

Kàch, au sens propre, concerne une empreinte, une marque, oui le dispositif qui en est responsable :
àt kàch àt posten dorun faż = le cachet de la poste faisant foi.

Caractéristique qui distingue une œuvre, son auteur :

Ka hab àt kàchen! = Elle a du cachet !
Plaṅdínat, de plaṅch = scène, diner = argent, et du suffixe -at concerne les émoluments d'un artiste de théâtre, de muisic-hall...
klùp concerne le cachet qu'on ingurgite.

Cadavre

Nekro (-du, s'il s'agit d'être humain) n'est appliqué qu'à des animaux.
Kytùpo est appliqué des objets hors d'usage (véhicules, électroménager, etc...).

Cadet

Dvonàt est, en général, comme ailleurs utilisé dans une fratrie ; N'est le dernier que si la fratrie n'est composée que de deux membres.

2 >2
1er pirnàt
2me dvonàt
Dernier dvonàt ulnàt

Cependant, en aneuvien, les termes pirnàt, dvonàt & ulnàt peuvent également être utilisés entre cousins ou dans un couple :

Dvonàt inèsdu ùt kœplen nep repen àt nùpkad = (l'élément) le plus jeune du couple n'est pas toujours l'épouse.

Dvondù, qui est également la traduction du mot "dauphin" s'applique plutôt, par exemple, à une école ou à une fédération sportive, toutefois, dans ce dernier cas, on dira plutôt dvopòrdu :

àr nexpòrdur, àr dvopòrdur ea'r zhupòrdur = les poussins, les cadets et les juniors.

Minort est le superlatif de minor :

Æt àt minort ed hrœṁene. = c'est le cadet de mes soucis.

Cadre

Kaṅgal, c'est le dispositif, quelle que soit son utilisation, ou bien un endroit choisi :

Ùt bàjgev in, àr role, àt kaṅgal, àt pulycent, àt pokoċat, àt giċat... ep = Dans un vélo, il y a les roues, le cadre, le pédalier, la selle, le guidon...
Æt klem spændiren. Àt kaṅgéa • ryln, do la inzh nep as = Ce restaurant est cher. Le cadre est beau, mais on ne le mange pas.

Kaṅgadu, c'est un membre de l'encadrement.

Ka • supor kaṅgakad àt tekhnig divatev. = Elle est cadre supérieur au département technique.

Le verbe "cadrer" se traduit différemment selon le sens :

Æt kaṅg nep kœm àt tœls. = Ça ne cadre pas avec l'ensemble.
Æt syrop • doot akáṅgan = Cette photo est mal cadrée.

Café

La plante et la boisson se traduisent en kàhwa. Kàffe est un établissement où on sert principalement du café (plusieurs provenances, plusieurs méthodes : expresso, filtre, marc...) et où on ne sert pas de trygant (boisson alcoolisée), pas même un Kàhl-wa. Æstam est l'appellation ordinaire d'un débit de boissons où on sert, entre autres, du café.

Caillebotis

Structure du mot lăkrĕnsat :

reṅt(er) = gril, gril(le)
krænd = sol
sat = dispositif simple.

C'est le Ă qui est accentué.

Caisse

Ordibok, pour le déménagement, entre autres ;
dinbok pour y placer l'argent de la recette.
dinkoṅtœr : là où travaillent les dinkoṅdur (caissiers).

Calcul

Les termes sont aussi proches (même radical) en aneuvien, mais pas au point d'en devenir homonymes :

kalùk : c'est le petit caillot susceptible d'obstruer des conduits anatomiques.
lœṁpene kalùke = calculs rénaux.
kalùkat : c'est, au sens propre, toute opération mathématique (arithmétique, algèbre, statistique...) ou au sens figuré, toute combine (plus ou moins avouable) permettant d'obtenir un résultat souhaité :
Enlèktorene kalùkate = calculs électoraux.

Calendes

... & calendrier.

Kàlendar n'est pas l'aneuvisation du mot latin KALENDÆ, lequel se dit (au singulier) kàlendav (de deav = jour), même s'il est tiré de la même racine. C'est un métissage des mots kalender (allemand[1]danois suédois) avec calendario (portugais[2]castillan Italien) ou bien calendar (Anglais) ou kalendaro (espéranto ido) singulier. On n'aura donc pas :

kàlendase, kàlendane, kàlendave[3] mais
kàlendars, kàlendaren, kàlendarev. Le pluriel de ce mot est tout ce qu'il y a de plus régulier : kàlendare, kàlendarse....

Æt farkárd tæmpes ùt kàlendavon monedev = cette carte de transport dure un mois calendaire (elle commence le premier et termine à la fin du mois).

Sunèlchaz marten = calendes grecques (solstice de mars).


Caler

Kaales est un terme de navigation.
Kàles se dit aussi bien pour "mettre une cale" (sens propre) que pour "fixer" ou "comprendre" (sens figuré).
Mœt se dit aussi bien pour un organisme technique (moteur) que pour un organisme digestif.

Câlin

lajkálon pour l'adjectif, lajkálad pour l'action & lajkáldu pour la personne qui la prodigue et/ou qui la demande, ce mot est construit sur le radical làj qu'on retrouve dans (làjatyn, làjadon), et de kaal = clément.

Les termes golajkálon a une connotation plus érotisée.

Calligraphie

Mot-valise d'un type un peu particulier, skriylpad a la charnière et le spécificateur enclavés dans le catégorisateur ; de plus, cet élément est coupé en trois : deux morceaux entourant la charnière.

À ce mot, on peut également lui adjoindre skràf, représentant toute lettre à composition multiple, telle que les idéogrammes chinois, les hangeuls ou bien les modules nebous.

Calme

Le nom, tout comme d'adjectif qualificatif, sont des à-postériori :

Àt ged • kàlm. = La rue est calme.
Quàv al... • lùx, kàlmet ea volœṁbet. (Ch Baudelaire)
àt kàlmet aṅt àt fixhòkodadev = le calme avant la tempête.

Calmer

Attention à l'adjectif !

En àt kàlman maarev, ùt deaw, ùt poaf... = Sur la mer calmée, un jour, une fumée... (G. Giacosa & L. Illica)

Calomnier

Attention à l'impératif :

Chonekte! chonekte! okenùt repen mir staṅ cyv! = Calomniez ! calomniez ! il en restera toujours quelque chose ! (Beaumarchais)


Calquer

Deux verbes homophones. Le premier (plike) est utilisé pour le sens propre, aussi bien mécaniquement (avec du papier calque) qu'à l'aide d'un logiciel de traitement d'image.

Le deuxième (plik, homonyme du nom commun. Le passé de l'indicatif des deux verbes, ainsi que le participe et le subjonctif présent, par conséquent, coïncident ; Au présent de l'indicatif, homonymie parfaite entre le pluriel de ce verbe et le singulier du précédent) est moins utilisé, il est surtout réservé au sens figuré.

Or reneare nep muls vod cervals: or nor plike æċ qua cem lóm fàkta. = Vous ne vous fatiguez pas beaucoup le cerveau : vous ne faites que calquer ce qui est déjà fait.


Came

Kam : dispositif mécanique ;
kajad : diminutif de merkajad (marchandise),
Lukok, c'est le coquillage,
narko : diminutif de narkotik.


Camp

Le terme général (que ce soit au sens propre ou au sens figuré) se dit kaṁp ; zholéa renvoie aux heures les plus sombres de l'histoire de l'humanité. Sinon :

optet ed partas, kamaràd! = choisis ton camp, camarade.

Camping

Kaṁping est l'adaptation internationale de l'aneuvien (et déjà à moité à-postériori) kaṁpad :

Àt kaṁping • yn tiyn kilomètreve. = le camping est à 2 km.
Eg pùze dorun kaṁpaden æt estyw. = Je pars faire du camping cet été.

Kaṁpigin = feu de camp.

Canal

Sur le kanal passent les péniches.
Ganal désigne un canal à la télévision (cf. chaîne).

Canalisation

Tùptyn, c'est un ensemble de tuyaux :
àr tùptyne • porone = Les canalisations sont poreuses.
agaríxtyn, c'est le fait de diriger le flux (d'un liquide, ou bien d'animaux, personnes incluses) :
àt agaríxtyn àr ùserdu dyn àr notusgèntese = la canalisation des usagers vers les sorties de secours.

Cancer

Exemple typique du mot non aneuvisé, Cancer (constellation) se prononce [ˈkɐnkɛʁ] à la façon latine classique, ou, plus couramment : [ˈkɐnsəʁ].
La maladie, par contre, s'écrit kaṅkro.


Canon

Traduit en artil pour... la pièce d'artillerie, en gon pour le fût ; en katenkhor pour le chant à plusieurs voix et en trygnet pour le canon de... rouge.

Capacité

Pòtet pour ce qu'il peut faire ;
indòlet pour ce qu'il contient ;
fràdet pour le condensateur.

Capillaire

Kàpylar, c'est l'adjectif ;
pilaskùl, c'est le vaisseau (vaskùl) sanguin épais comme un poil (piyl).

Capital

Kàpadar, c'est l'adjectif,
kàpydal, c'est le nom :
«Eg mir pàgen ni os, aṅt Augustev, fàdev tyyren, tregaċ ea kàpydals»

Capricorne

Hylotrubaj, c'est le coléoptère ;
Capricornus (non aneuvisé), c'est la constellation.

Caqueter

Se dit kagàt dans tous les sens ; le sens figuré ne se distinguant du sens propre que par le passé du subjonctif (et, par conséquent, par l'impératif) :

Or nep kagàkite sin hàltev! æt • koṅthídun! = Ne caquetez pas sans arrêt ! c'est agaçant !

Car

Cyr, c'est la conjonction ; làmybus, le véhicule.

Caractère

Quàlin, c'est le terme général, issu de quàlitet, lequel donnant notamment quàlintik pour le nom et quàlintig pour l'adjectif, traductions de "caractéristique".

Ùt kæs quàlinen = un fromage de caractère.

Mequàlin est issu de

men = esprit
quàlin.

Ce mot est plutôt utilisé pour exprimer un caractère humain (ou d'animaux, lorsqu'on fait un parallèle avec les humains), lequel a donné mequàlondu : caractériel.

«Ar mequàlondur, e kùr ase med odàkev» da diktă las lagylun sed polgon. = « Les caractériels, je les soigne à ma façon » dit-il en caressant son flingue.

Typ, c'est le caractère d'imprimerie, homonyme d'un autre terme.


Caravane

Numbar roloose ere kompœṅde æt kàravans. = Plusieurs caravanes composaient cette caravane.

Carboniser

Ikàrbone à la voix moyenne (intransitif), ikàrbones à la voix active (transitif).
La nep staṅte iyr: la • ikàrbonane! : Ne restons pas ici : on est carbonisés !

Cardiaque

Kàrden, c'est simplement ce qui a trait au cœur :
kàrden teprad = rythme cardiaque.
kàrgan, lui-même formé de
kàrd ;
graṅg = malade,
signifie "malade du cœur" :
Nep diktet ni das tep da tùlsa ù tinsaṅdes: da • kàrgan = Ne lui dis pas qu'il a gagné un million : il est cardiaque.
On obtient le nom simplement en ajoutant le suffixe -du.

Caricature

Erpláta est un dessin dont les caractéristiques particulières du modèle ont été exagérées (--er-).
Si c'est à charge, et contre une personne, on utilisera plutôt nechvazărpar.
nechòrityn en est l'utiilisation abstraite :
Æt sosjenesem ere ùt nechòrityn = Ce socialisme était une caricature (J. Ferrat).

Carnavalier

L'adjectif est kurfèjon, également traduction de "carnavalesque".
Kurfèjdu désigne une personne participant à un carnaval ; particulièrement à bord d'un char.

Carotter

Faire des carottages se dit karòden, extorquer se dit obkaròden.

Carré

Quarrel & quarrig, pour ce qui touche de près ou de loin à la géométrie :

Ùt quarrel hab quàt iqæle laterse. = Un carré a quatre côté égaux.
Æt naap nep quarrig = Cette nappe n'est pas carrée.
Àt quarrig 16-en • 256 = Le carré de 16 est 256.

Sinon, on utilisera quartul :

àt quartul àr hográdune = le carré des officiers
ùt quartul aṅcyldakene = un carré de valets.

Carreau

Tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à une surface quadrilatérale, à peu près carrée, se dit quarrad :

àt qad quarraden = la dame de carreau
ùt rob kœm quarraċe = une robe à carreaux
Reen ùt skican quaarad! = Encore un carreau (d')cassé!]
Da kulter sed quarraċ omne deawe. = Il cultive son carreau tous les jours.

Sinon :

Àt posviċ lhez mir ere ors ob, Gessler! = Le prochain carreau sera pour (contre) vous, Gessler ! (Guillaume Tell).

Carrière

Rasaréa, c'était l'enclos réservé aux courses de chars ;
perovja, c'est la carrière professionnelle ;
storéa, c'est l'endroit où on extrait des pierres, des roches, du sable...

Carte

Mis à part la carte géographique (physique, politique, ferroviaire, routière etc...) traduite en maap, toutes les autres, qu'on les trouve au restaurant, dans les cercles de jeux, qu'on les envoie par la poste ou qu'elles accompagnent, en tant que titre d'abonnement, l'usager des transports, elles se traduisent en kard...

Carterie

...S'en déduit la traduction des endroits où on fabrique — et où on vent — ces différentes cartes... : kardfàktur, kardskòp, mapfàktur.

Cartouche

Hralég, c'est UN cartouche.
Kaṅlák, c'est UNE cartouche, quelle qu'elle soit (encre, munition...).

Cas

Mis à part en grammaire (déclinaisons) où on ultlisera qus ; cas (éventualité, fait etc...) etc se traduira kos :

Æt an, æt • ùt kos! = Çui-là, c'est un cas !
Æt • ùt kos plusor stàren. = C'est un cas de force majeure.

L'expression kosev quan (au cas où) peut avoir comme compléments, des propositions subordonnées relatives dont les verbes peuvent se conjuguer :

au conditionnel présent première forme : kosev quan ar kjas pàtezer àr pirme[4] ("c'est simplement envisageable")
au conditionnel présent deuxième forme : kosev quan ar kjas pàtez àr pirme[4] ("on l'espère")
au subjonctif présent : kosev quan ar pàtez àr pirme[4] ("on n'y croit pas trop" ou "on préfère ne pas y penser").

Cascade

Vàlerad : série de chutes (d'eau en général)
zhùlnat : exhibitions en véhicule.

Case

Kœb & kuboos sont des dénominations concrètes. Kuboos est une habitation, kœb se rapproche de kœψa (casier).

La définition de kaz fait moins appel au volume :

Sed toar stana àt kazev H8. = Sa tour est restée en H8.

Casse

Kœm ùt tan ministrev, æt tàrdenas • àt skriċad à publik særviden! = Avec un tel ministre, c'est la casse assurée (assurément la casse) du service public !
sed xeliys • à skriċéav. = Sa voiture est à la casse.
dar fàktar ù hrkaċ àt zhojrenduv ad. = Ils ont fait un casse chez le joailler (dans son appartement).

Casserole

Le terme le plus courant : kugvás concerne tout récipient (vas) destiné à la cuisine. La précision donnée par pradvás concerne le mode de préhension.

Par extension, kugvakáṅdu est un chanteur exécrable.

Melched n'a rien de culinaire, comme l'indiquent les éléments :
mælchesun = gênant
lored = passé,

cette casserole est plus attachée aux pans d'une veste de quelqu'un que posée sur un appareil de cuisson. Le L sert deux fois.

Cause

Sĕret, c'est un motif, une raison invoquée, un mobile ; du reste, en aneuvien, les mots sont extrêmement voisins (quasi homophones & homographes au diacritique près) :

Ekkad, or • àt sĕret quas ed padh oblòk es. = Vous êtes (la) cause, madame, que mon père me querelle. (L'Avare 36).
Pikálet, c'est la cause défendue, lors d'une plaidoirie, d'un discours politique ou dans un ouvrage pamphlétaire.

Causer

Sĕrtes signifie "être la cause, l'origine de..."

Ùt kortálsad sĕrtesă æt Igòψhtax = Un court-circuit causa cet incendie.

Adlòk (fam.) signifie "parler, s'adresser à..." :

Haj! eg adlòkun ni os! = Eh ! j'te cause !
Diktet as anoevnev: eg adlòk nep englen. = Dis le en aneuvien : j'cause pas anglais.

Caution

Ces deux paronymes ont chacun une utilisation spécifique :

Waraṅtyn, est notamment une caution morale. La personne se portant caution est waraṅdu (garant).
waraṅdin, c'est la somme d'argent laissée en caution lors d'une location et récupérée à la restitution (objet) ou du départ (immobilier), de
waranet = garantie
diner = argent.

L'expression française "sujet à caution" se traduit en aneuvien par requèd waraṅtyns (demande une garantie).

Tet da ere kred tep eg auk hid ed sàgs dan sin requèdun waraṅtyns, da ere hab àt telefonúmars Saṅ Nikolen dan en! = S'il croyait que j'allais avaler son histoire sans demander une caution, il croyait au Père Noël (il avait le numéro de St Nicolas sur lui) !

Cavalcade

Kavalkad ;
Attention, à ce mot, dont le genre est neutre, malgré le suffixe : ce n'est ni une cavalière (hippokad) ni une gymnaste aux appareils.

Cavale

Kavàlad, c'est une fuite
hippok, c'est une jument.

Cavalier

Hippodu au manège,
geṅchdu sur la piste de danse.

Cave

Butkàw = cave à bouteilles
keskàw = cave à fromages.
ùt nochondu = un cave.

Céder

Pris dans un sens transitif, et signifiant : "laisser volontiers", se traduit, tout comme Laisser : liym.

Or liymit àt paskals. = Cédez le passage.

Par contre, pris dans un sens intransitif, ou transitif indirect, indiquant une idée de résistance (physique ou mentale) amoindrie on utilisera le paronyme lyym :

Àt suċa lyymă àt kàrgev sub. = La poutre céda sous la charge.
Àt Orrentul mir nep lyym nit preṅsynev[5]àr lobbine. = L'Assemblée ne cèdera pas à la pression des lobbies.

Ceinture

Bjochríng fait le tour du ventre,
ċivríng, celui de la ville.
vixat, c'est la ceinture de sécurité, de
vihkùl
lixat = sangle.

Le I sert deux fois.

Ceinturon

Arferíng ; formation de ce mot :

arem = arme
fer, de fær = porter
bjochríng = ceinture.

Célèbre

Le mot hhyron et ses dérivés viennent de híres (Hongrois) et n'a donc pas d'analogie particulière avec le mot hhir.

Le mot "célébrité" se traduit par

hhyret = le fait d'être célèbre
hhyrdu = une personne célèbre.
erhyron na ni comparatif ni superlatif.

On a, pour ces mots, leurs pendants péjoratifs (célèbre à contrario, célèbre par le mal) : nechýron, nechýret, nechýrdu.

Àt nechýret Hitler-en dor næq draċ! = la "célébrité" d'Hitler ne fait aucun doute.

Cellule

Zæl, c'est la plus petite partie d'un organisme vivant.
Olad, c'est plutôt employé au sens figuré (politique, entre autres).
Zhœm, c'est une pièce d'incarcération.

Cendre

Traduit en aneuvien par un mot toujours au pluriel : isède[6]. Pour traduire "de la cendre", on utilisera le partitif : àr isèdene.

Censé

Le verbe suivant styman est au participe :

Zhùndak, nep or styman erun skoolev vydaw ? = jeune homme, n'êtes-vous pas censé être à l'école aujourd'hui ?

Censeur

Stymdu, anàstasdu :

Cato à Stymdak = Caton le Censeur.
Ka cem doră uspòct numbar kollezheve ea vymòmar ka • stymkad Janson-de-Sailly-v! = Elle s'est fait renvoyer de plusieurs collèges et maintenant, elle est censeur à Janson de Sailly !

Eddake anàstasdake, loodabnet! Maurice Clavel

Censurer

Attention à l'impératif de ce verbe : anàstasit.

Or nep anàstasite ær operse rec laakasert: or kjas kàn adplent ed uterduse ane àt gedev in. = Ne censurez pas ces œuvres trop durement : vous pourriez croiser leurs auteurs dans la rue.

Central

Se dit saṅtren au sens propre et saṅtral au sens figuré. Toutefois, le chauffage central se dira omoren warmeda.

Céramique

Ceràmik désigne aussi bien l'objet que l'art. Toutefois, on dira :

ùt ceràmig ervás pour "un vase en céramique" et non pas (plus lourd)
ùt ervás ceràmiken.

Cercle

La figure géométrique, ou sa représentation se traduira par cirk :

Ùt cirk, saṅtren O ea ràden R... = Un cercle, de centre O et de rayon R...
Or dem midite cirkev. = Mettez-vous en cercle.

Le cercle (oblad) désigne également un petit groupe de personnes.

Image:Attn.png On ne confondra pas avec cirkus ou cirkùs.

Cerveau

Se dit cerval au sens général (propre ou figuré) pour le cerveau, aussi bien en tant que centre du système nerveux que du siège de l'intelligence et de la réflexion. Par extension on pourra dire également cervaldu :

À skàp àr cervaldune = la fuite des cerveaux.

Cervel ne se dit qu'au sens propre et se dit pour la matière elle-même à des fins gastronomiques ou médicales (voire médico-légales) ; ainsi, on ne confondra pas :

Da hab àt cervals qua læke = Il a le cerveau qui fuit (il est un peu dérangé), avec
Da hab àt cervels qua lækun = Il a la cervelle qui fuit (il est gravement blessé à la tête au point qu'on y voit... la cervelle).
B CH
Ca Ce C
  1. ... à la casse de l'initiale près ;
  2. ... au diacritique près
  3. Cette flexion existe bien, mais c'est simplement le pluriel de kàlendav.
  4. 4,0 4,1 4,2 Au cas où ils arriveraient les premiers.
    Pour l'exemple "au cas où ils SERAIENT ARRIVÉS les premiers", il est évident que kosev quan ar kjas pàtezar àr pirme serait exclu et représenterait une erreur, à deux titres :
    La forme kjas pàteza n'existe pas
    On évoque un fait qui n'a pas eu lieu, donc une forme subjonctive est de mise, soit avec kjas (on aurait pourtant bien aimé...) sois sans (eh ben, c'est mieux comm'ça !).
  5. Pour "céder à la pression", "aux avances", "au sollicitations", "à la colère"... on utilisera le circonstanciel. Sinon :
    Àt obaukev ùt armev sub, da devă lyym àr klavse à hroglen nir dolfàkdaxe. = Sous la menace d'une arme, il dut donner (céder) les clefs du coffre aux malfaiteurs.
  6. En déduction, l'accusatif sera toujours isèże, jamais isèdes.