Galum

Un article de Ideopedia.

  Galum (Gaelum)  
Année de création 2003
Auteur DoubleC65
Régulé par
Nombre de locuteurs
Parlé en
Idéomonde associé
Catégorie Langue artistique
Typologie Langue a priori
Alphabet Latin
Lexique plus de 800 mots
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_GLM

Le Galum ("galum" signifie "langue" en "Galum") est une langue inventée par DoubleC65 pour le simple plaisir de créer, sans aucune autre ambition.

La langue se voulait au départ à la fois simple et avec une grande capacité d'expression. Pourtant, en évoluant, elle a perdu petit à petit de sa simplicité, puisque l'auteur préféra être plus libre et s'amuser davantage avec la langue.


Sommaire

Prononciation

Consones

b/B : /b/ (ex. fr. : bonbon)
c/C : /ʃ/ (ex. fr. : cheval)
d/D : /d/ (ex. fr. : durant)
f/F : /f/ (ex. fr. : facil)
g/G : /g/ (ex. fr. : gagner)
h/H : /h/ (ex. en. : hello)
j/J : /ʒ/ (ex. fr. : jumeau)
k/K : /k/ (ex. fr. : cadeau)
l/L : /l/ (ex. fr. : liste)
m/M : /m/ (ex. fr. : mordre)
n/N : /n/ (ex. fr. : nouveau)
p/P : /p/ (ex. fr. : parent)
r/R : /ʁ/ (ex. fr. : rage) ou /ɻ/ ou /ɾ/
s/S : /s/ (ex. fr. : Saturne)
t/T : /t/ (ex. fr. : tortue)
v/V : /v/ (ex. fr. : vallée)
z/Z : /z/ (ex. fr. : aisé)
w/W : /θ/ ou /ð/ (ex. en. : think)
q et x n'existe pas

Voyelles

a/A : /a/ (ex. fr. : arbre)
e/E : /e/ (ex. fr. : élève) ou /ɛ/ (ex. fr. : élève)
i/I : /i/ (ex. fr. : italie) ou /j/ (ex. fr. : hiatus)
o/O : /o/ (ex. fr. : ovale) ou /ɔ/ (ex. fr. : homme) ou /ʋ/
u/U : /y/ (ex. fr. : utiliser) ou /ɥ/ (ex. fr. : huit)
y/Y : /u/ (ex. fr. : ouvert) ou /w/ (ex. fr. : oui)


Morphologie

Article détaillé


À la base d'un mot galum se trouve une racine porteuse d'un sens général et formée d'un groupe consonne(s)-voyelle(s)-consonne(s). Il suffit alors d'y accoler un des 50 suffixes (33 si on ne compte que ceux qui donne un sens nouveau à la racine).

De plus, il est possible d'agglutiner plusieurs racines avec un suffixe pour former un nouveau mot. Il existe également des suffixes en "-ei" qui n'ont pas de sens à eux seuls mais qui permettent de nuancer le sens d'une racine.


Syntaxe

Général

Malgré ces quelques règles, les phrases galumes sont très libres :

  • Le sujet est toujours immédiatement suivi par le verbe, ou séparé par un ou plusieurs adverbe(s), mais rien d'autre.
  • Un complément, quel qu'il soit, est toujours précédé de son introducteur et peut être "fermé" par l'introducteur inversé ('ta au lieu de at' par exemple) (notamment si le complément est très long). Toutefois, les pronoms personnels se dispensent généralement des introducteurs.
  • L'ordre des compléments n'est absolument pas important. On accorde généralement plus d'importance au premier complément mais on peut également réserver l'élément important d'une phrase pour la fin (par exemple, pour commencer un conte, dans la première phrase, on va tout d'abord donner un grand nombre d'informations sur le lieu, puis sur le temps, avant de finir sur le fait principal : tel personnage fait telle action)
  • Un adjectif se place après le nom qu'il qualifie, un adverbe se place avant le mot qu'il complète (pas obligatoirement un verbe).


Remarques :

  • Si il n'y a pas de sujet, on mettra de préférence le verbe en premier, ou au moins conclure le dernier complément précédent le verbe par l'introductif inversé.
  • Si, pour des raisons poétiques, on veut séparer le verbe et le sujet, on essaiera également de placer le verbe en premier ou de finir le complément qui précède par l'introducteur inversé. Il est également de préférable stopper le sujet par 'vi... Ce genre de tournure est tout de même à prendre avec des pincettes !

Ponctuation

Le point "." à la fin des phrases affirmatives.
Le point d'exclamation "!" à la fin des phrases exclamatives.
Le point d'interrogation "?" à la fin des phrases interrogatives.
Le point de négation "°" à la fin des phrases négatives.
La virgule "," à la fin d'une proposition. Marqué à l'oral par une brève pause.


Grammaire

Termes linguistiques spécifiques et abréviations

  • complément de sujet second (Cpl.d'S2) : Cf. Ici
  • introducteur (intr.) : préposition qui indique la fonction d'un complément. Cf. Ici
  • pronom personnel (PP.) : Cf. Ici
    PP.j : pronom personnel objet indirect
    PP.k : pronom personnel objet direct
    PP.s : pronom personnel neutre
    PP.t : pronom personnel sujet second
    PP.v : pronom personnel sujet
    PP.z : adjectif possessif (!)
  • proposeur relationnel (Pp.rel.) : mot-outil qui s'associe à un introducteur pour en nuancer le sens
  • racine : unité lexicale qui, à l'aide des suffixes, formes les mots.
  • représentation : les deux formes différentes de la conjugaison Cf. Ici
  • spécificateur : élément qui donne plus de précisions aux pronoms personnels

Pronoms personnels et adjectifs possessifs

Structure

Les pronoms et adjectifs possessifs galums sont composés de trois parties. La première donne la personne et la deuxième la fonction. La troisième, facultative, permet de préciser de quoi on parle, on l'appelle « spécificateur ».

Le pluriel se marque à l'aide d'un « l » placé juste avant le spécificateur si il y est, ou sinon entre les deux premières parties.

L'expression de la personne

Le premier groupe se compose de voyelle(s) et donne la personne :

1èrep : e
2èmep : i
3èmep : u
1èrep + 2èmep (+3ème) : ei
1èrep +3ème : eu
2èmep +3ème : iu
L'expression de la fonction

La deuxième partie des pronoms est formés par une consonne, qui est la même que celle de l'introducteur correspondant :

sujet : v (à l'exception de la deuxième personne sans spécificateur : ib)
complément de sujet n°2 : t
complément d'objet direct : k
complément d'objet indirect : j
complément de propriété/adjectifs possessifs : z
neutre (à utiliser avec un introducteur) : s
Spécificateur

La dernière partie des pronoms permet de donner plus de précisions sur le nom auquel le pronom fait référence, dans une situation où il pourrait y avoir confusion. Ils sont facultatifs mais ne peuvent s'additionner et sont surtout utilisés pour la troisième personne.

masculin : o
féminin : a
vivant : e
objet : y
idée : i

Il est également possible d'utiliser les suffixes de nom comme spécificateur de pronoms. C'est une formule peu usitée.

Position

Bien que la position de chaque membre de la phrase est libre, on place de préférence les pronoms sujets juste avant le verbe et les pronoms compléments juste après, dans l'ordre t/k/j, et avant les compléments qui utilisent un introducteur.

Exemples
Ev/evo/eva/eve tonielt hurtamnei ulz ulj/aj' uls.
Je leur donne leur repas.
Up' si usa, uvo bororana ul' is.
Comme elle, il a fait ça pour toi.
Evo viys ak' jiusaf tae vaelaf. Ulv/Uvly/Uvlaf henvor uka ej. (elles rappellent elle à moi)
J'aime l'odeur du citron et de la vanille. Ces odeurs me font penser à elle.

Questions

  • Pour interroger sur une circonstance, il suffit de rajouter « frew » à un introducteur avec le reste de la question.
    Frewon’ ib logorana os’ hurtos ?
    Quand es-tu allé au restaurant ?
    Frewul' uv foacor iz tonam ?
    Pourquoi a-t-il refuser ton cadeau ?
  • Seul, « frew » peut avoir 3 sens.
    Frew ib logorena os’ hurtos ?
    Vas-tu au restaurant ? (→oui ou non)
    Frew ib logorena os’ hurtos jae os’ monos ?
    Tu vas au restaurant ou au zoo ?
    Frew ib logorena os’ hurtos frewon’ frewul’ ?
    Quand et pourquoi vas-tu au restaurant ? (double (voir triple,...) question))
  • La seule forme interrogative qui n'utilise pas "frew" utilise "nuw" (quel/lequel) :
    Nefialtib ak' nuw stipam ?
    Tu as changé quelle lampe ?
    Taykiultib ak' nuw etre ?
    Lequel prendras-tu ?


Chiffres et nombres

Voir aussi : noms de nombres en différentes idéolangues


En Galum, les nombres sont toujours entourés de "-", mais, à l'oral, on ne prononce pas le tiret.

0 : -e-
1 : -le-
2 : -ze-
3 : -fe-
4 : -ke-
5 : -se-
6 : -ge-
7 : -te-
8 : -be-
9 : -pe-
10 : -la-
11 :-la’le-
20 :-za-
100 :-lu-
324 :-fu’za’ke-
1 000 :-li- / -le’mi-
2 000 :-zi- / -ze’mi-
10 000 :-la’mi-
11 111 : -la’le’mi’lu’la’le-
100 000 :-lu’mi-
222 222 :-zu’za’ze’mi’zu’za’ze-
1 000 000 :-lo- / -le’mo-
1 000 000 000 :-loe- / -le’moe-
1 000 000 000 000 : -loi- / -le’moi-
324 586 213 001 482 : -fu’za’ke’moi’su’ba’ge’moe’zu’la’fe’mo’li’ku’ba’ze-
0,56843 : -e’KAS’se’ge’be’ke’fe-
-132 : -DOS’lu’fa’ze-


51ème : -sa’le’SLAS- (dans un classement)
0e (dernier) : -e’SLAS-
-1er (pénultième) : -DOS’le’SLAS-
(énième) : -frew’SLAS-
le double : -ze’KAOM-
le quart : -RAOS’ke-
¾ (trois quart) : -fe’RAOS’ke-
dizaine : -la’BAN-
douzaine : -la’ze’BAN-
pair : -ze’TOT-
« qui vas par 3 » : -fe’TOT-


Textes

Le texte de Babel (Livre de la Genèse, Ancien Testament)

Galum 
  1. Iv' manil galorana uf' nis-le- galum, ak' sel fratum liodar.
  2. On 'os' ikla' ty logcador 'no uvle haryvana ak' os' "Cinar" fatam tae os' igry jaworana.
  3. Yc' sricez linar ! Eivle lin kelorena ak' bulam tae os' frasam frasor 'cy. Ub' bulam kelaraunamei tae gamam kelstatarauna.
  4. Yc' sricez linar ! Ak' hiawjealam tae os' ufra kjibam gristam 'ka eivle lin kelorena ! Ub' minaruna tae os' geo virum tlu' pastam jueslacaruna 'bu 'cy.
  5. Os' kjibam iv' haham rimulialt ul' kilorana ak' jealam tae gristam tryl man kelarana.
  6. Ub' iv' haham galorana yc' gea manam delorena up' manil tae galorena ak' galum liodar ! Ur' up' etre blet borieltulv ub' ketez tlu' ak' uzle mytum vinaruna 'cy.
  7. Yc' rimev tae ak' uzle galum juhilev ul' iv' manam juerenoreunafei aj' uzle plifal 'cy.
  8. Haham slaculialt ak' manil os' geo virum tlu' pastam 'so ub' ak' jeolam iv' manam ket kelorana.
  9. Ud' igry iv' etre gristam ak' "Babel", ud' mangalum hilylana tae os' geo virum tlu' pastam iv' manam slacarialt.


Français 
  1. Tout le monde parlait alors la même et se servait des mêmes mots.
  2. Partis de l'est, les hommes trouvèrent une plaine dans le pays Shinar et s'y installèrent.
  3. Ils se dirent les uns aux autres: "Allons! Au travail pour mouler des briques et les brûler dans les flammes!" Ils utilisèrent les briques comme pierres de construction et l'asphalte comme mortier.
  4. Puis ils se dirent: "Allons! Au travail pour bâtir une ville, avec une tour dont le sommet touche le ciel! Ainsi nous deviendrons célèbres, et nous éviterons d'être dispersés sur toute la surface de la terre."
  5. Le Seigneur descendit du ciel pour voir la ville et la tour que les hommes bâtissaient.
  6. Après quoi il se dit: "Eh bien, les voilà tous qui forment un peuple unique et parlent la même ! S'ils commencent ainsi, rien désormais ne les empêchera de réaliser tout ce qu'ils projettent.
  7. "Allons! Descendons mettre le désordre dans leur langage, et empêchons-les de se comprendre les uns les autres."
  8. Le Seigneur les dispersa de là sur l'ensemble de la terre, et ils durent abandonner la construction de la ville.
  9. Voilà pourquoi celle-ci porte le nom de Babel. C'est là, en effet, que le Seigneur a mis le désordre dans le langage des hommes, et c'est à partir de là qu'il a dispersé les humains sur la terre entière.

Vocabulaire du texte

Proverbes et citations

Proverbes
  • Paysum az' manal voalaremi 'za niyanarena. Hiuopum az' manal wat' niyanarielpulv 'za voalarena.
La violence est la faiblesse de ceux qui se croit forts. Le sang-froid est la force de ceux que l'on croit faibles.
  • Plimos ub' fuyjez. (lieu d'amis, donc décontraction)
Entre amis, on se tutoie.
  • Hihan juekoes tsuinam.
Tout ce qui brille n'est pas de l'or.
Citation
  • Ur' dorz-fe-il keliemd ak' hahal, ub' uvli tonielt uje -fe- dorzyb. (Montesquieu)
Si les triangles faisaient un Dieu, ils lui donneraient trois côtés.


Liens

Liens internes
Liens externes