G

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Présentation

Cette lettre est, en fait, la version voisée du C, lettre à laquelle elle était confondue aux premiers temps de l'écriture romaine. Cette lettre est issue directement du grec Γ, sans l'entremise étrusque, et due à Spurius Carvilius Ruga. Elle a permis, pour la diction latine, à séparer le /g/ du /k/, deux phonèmes représentés par la même lettre : C.

Phonologie

Exemple de prononciation du G dans des langues romanes (tableau non exhaustif) :

Langue Devant A, O,
U, Consonne
Devant E, I, Y[1]


g ʒ


d͡ʒ
x

On notera aussi quelques particularités de prononciation en fin de mot, derrière un I :

/ç/
/t͡ʃ/

la palme de l'instabilité phonique étant réservée à l'anglais, où on trouve :

Could you give me some gin ? /giv/ /d͡ʒin/

Les langues slaves font, par contre, preuve d'une stabilité à toute épreuve, quel que soit l'alphabet choisi. La version cyrillique est la reprise du Γ grec, en majuscule, seulement. En bas de casse, ce n'est pas γ, mais г : /g/.

Diacritiques

On notera particulièrement le Ĝ, servant à représenter le phonème /d͡ʒ/ ; les autres représentations de G diacrité servant surtout à des transcriptions. La lettre g (bas de casse) étant descendante, certains diacritiques, souscrits à d'autres lettres, sont, dans ce cas suscrits : Ģ ģ ou inscrits (cf tableau).

En algardien, la lettre G n'existe que diacritée: ğ

Digrammes

Voire plus

Le G intervient dans de nombreux digrammes, notamment dans les langues romanes, pour "forcer" la prononciation de celui-ci ([g], [ʒ], [d͡ʒ]) devant des lettres pour lesquelles cette prononciation n'est pas prévue.

[g] devant E, I (Y)
GU :
GH :
[ʒ] devant A, O, U
GE :
/d͡ʒ/ devant A, O, U
GE :
GI :

L'espagnol ne fait pas appel à un digramme pour prononcer [x] devant A, O ou U, mais à la lettre J.

[ɲ]
GN ...
[ɟ]
GY
[ŋ]
NG ...

... sans oublier le quadrigramme anglais OUGH, aux possibilités de prononciation multiples :

ough (to), bought, enough... and so on.

Idéolangues

À l'exception de quelques idéolangues romanes, qui, comme l'interlingua reprennent les règles communes de leurs consœurs naturelles (cf ci dessus), la plupart des idéolangues réservent une grande stabilité à cette lettre, concédant, au plus, un dévoisement en fin de mot ( derrière une voyelle non accentuée : jànig /ˈjanik/).

Algardien

Le Ğ est la 6e lettre de l'alphabet runique algardien: translittération de la rune
La translittération porte une diacritique pour signifier un petit "u" au dessus du g, pour forcer la prononciation.
En effet cette lettre se prononce toujours [g].

Des érudits algardiens militent pour la suppression de la diacritique. A suivre...

Psolat

On notera son absence dans cette langue, le son [g] étant représenté par la lettre C dans tous les cas de figure (y compris en vadora) :

clande /glɐnde/ = gland.

  1. S'il y a lieu.