Erkel

Un article de Ideopedia.

Erkel
Erkel
Drapeau
Drapeau national de l'Erkel
Langue officielle erkelais
Capitale Aorov
Superficie 954'640 Km²
Population 78 millions d'habitants
Densité 84 hab/Km²
Devise Qui ghyed em Ænester (Que nous guide l'Élévation)
Régime Théocratie constitutionnelle
Monnaie Lüg

L'Erkel, en forme longue l'État d'Erkel (Stat ey Erkel) est une théocratie constitutionnelle dont le territoire est situé au sud-est du Masicosme.

Sommaire

Géographie

Le territoire erkelais s'étend sur environ 954'640 Km². Il partage des frontières avec la République de Florava au sud-ouest, la Fédération de Laucronie au nord et le Tèntchi au sud-est. L'Erkel possède aussi une enclave en territoire florave, le Çurd, dont la principale ville est Çurdcidy, ainsi que deux autres arrachés au territoire laucron, et autrefois reliées : le Foruixio au nord et le Naztar au sud, qui donna son nom à la péninsule. Au niveau insulaire, le pays est surtout entouré d'îles floraves (notamment la longtemps convoitée Uschivo), ainsi que d'un archipel tahélitchien lui aussi jadis revendiqué. Il n'a que très peu changé pendant le XXe siècle, si l'on excepte quelques différends territoriaux avec la Laucronie en milieu de siècle et avec le Tentchi en fin de siècle.

Régions

La capitale administrative et politique de l'Erkel est Jerunat, mais la plus grande ville et en quelque sorte la capitale économique du pays est Erkelkav. Quant à Facest, elle est réputée pour sa richesse culturelle. La prédominance d'Erkelkav provient de son long passé de capitale, d'abord en tant qu'épicentre de la croissance fulgurante du Nuolacio, puis en tant que foyer de la conquête du sud-ouest. Pourtant, Jerunat, cité sainte du Sommysme, lui sera progressivement préférée, la raison principale étant son accessibilité supérieure.

  • Le Wossor, contrée d'origine de la nation médéléenne, signifie pays (sor) des lacs (wos)
  • Le Sonxor, qui correspond en partie à l'espace conquis et assimilé par la Médélée lors de sa première apogée, vient de l'ancien verbe sonq (lier, relier), que l'on retrouve dans le nom de Sommy.
  • Le Nuolacio est pour sa part le point de départ de l'expansion purement erkelaise, avant sa fusion avec la Médélée. Son nom est en fait la déformation de Novum Latium par les colons romains installés dans cette région.
  • Le Sucqowersio et le Wescqowersio laissent transparaître une partie de leur histoire dans leurs noms : ce sont en effet les deux premiers territoires à être convertis (kowers avec le suffixe locatif -io) lors du nouvel essor médéléo-erkelais. La seule différence faite est de caractère cardinal : sud et west. À une époque, ces deux régions étaient encore plus étendues, couvrant l'ensemble de l'espace florave continental. De cette ère de conquêtes trop ambitieuses ne reste que l'enclave Çurd.
  • Enfin, le Naztar fut le dernier à être annexé, et fut aussi le plus lentement converti. Le processus dura plusieurs siècles, et fut en outre un échec partiel, puisque l'Erkel, qui contrôlait l'ensemble de la péninsule à une période, dut céder les territoires à minorité sommyste à la Laucronie. Depuis, le Naztar est souvent appelé, en dehors des textes officiels, le Terpel Sor (Triple Région).

Histoire

Période médéléenne

Évolution des frontières médéléennes entre 653 et 722
Évolution des frontières médéléennes entre 653 et 722

La première nation importante à peupler l'actuel Erkel est celle des Médéléens. Cette nation, contrôlant d'abord la région des Grands-Lacs, se développe et unit les autres en son sein à partir du VIIe siècle. La raison en est l'éclosion d'une nouvelle religion majeure du Masicosme, le Sommysme. Sa fondatrice, Sommy, en partage la parole à partir de 653, et fait rapidement de nombreux adeptes. En 675, elle est portée par ses fidèles au sommet du pouvoir médéléen, et est couronnée Tær[1], l'équivalent de « reine ». Elle meurt en 688, laissant le Sommysme en pleine expansion.

Des missionnaires sommystes répandent rapidement la foi dans une grande partie du sud-est du Masicosme, tout en étalant le pouvoir temporel du Tær. Celle qui lui succède est Lucy, première réessence (rienq) de Sommy. Les futurs Tæri se distinguent des autres Sommystes – tout aussi élevés spirituellement qu'eux – par l'élévation corporelle : en effet, le Tær, une fois son successeur choisi, partage avec lui quelques gouttes de son sang.

À la mort de Lucy en 722, la Médélée est à sa première apogée, contrôlant un des plus grands territoires unis de la région. Hian, premier Tær masculin, pourrait profiter du succès toujours croissant du sommysme pour accroître davantage le rayonnement du pays, si le commandant de son armée n'avait pas entamé une politique de conquêtes désastreuse, rompant le subtil lien entre conversion de la population et annexion du territoire. À la fin du règne de Hian, en 759, la taille de la Médélée n'a non seulement pas augmenté, mais elle a même régressé, perdant des territoires au nord-ouest et au sud-est.

Période erkelaise

Migration

L'émigration et l'immigration ont toujours été faibles en Erkel. L'installation de la théocratie sommyenne au VIIe siècle n'a que peu contribué à l'attraction du pays, hormis pour les convertis au Sommysme, au long des siècles.

  1. Prononcé ['tɛjɚ]


Masicosme
Pays Union du Soloé Grand-Nord · Laucronie
Archipel des Balkae Gremoria · Inzul · Motobi · Union Cormirienne
Autres Erkel · Floravà · Labango
Pfaquouzie · Saint-Empire Tahélitchien · Tèntchi
Etat non-joueur Iles Bleues
Langues Majoritaires algardien · brèntais · erkelais · fragduzoga · gelota · iNedjena · lléonais · maànalgɔ · sétolais · sivélien · sprakan · wedensheinien
Locales anglais · castillan · mnángɔ̀lɔ̌ · scalais · catalan d'Elzut
Actualité du Masicosme · Débats en Masicosme (OMN) · Sport au Masicosme · Pays du Masicosme · Modèles du Masicosme