Elko

Un article de Ideopedia.

  Elko (Elko)  
Année de création 2002
Auteur Ziecken Azuris
Régulé par Académie elkanne
Nombre de locuteurs 15 officiellement
29 officieusement
Parlé en France, États-Unis, Canada (réalité)
Losda, Sukoe (fiction)
Idéomonde associé Losda
Catégorie Langue artistique
Langue expérimentale
Langue propédeutique
Langue oligosynthétique
Typologie Langue a priori
Alphabet Rundar (fiction)
Latin (réalité)
Lexique • 852/1012 clés
• 17 330 mots
Version Version 3.2
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_ELK


Nouveau ! :La grammaire méthodique


L'Elko est une idéolangue créée en 2002 par Ziecken Azuris. Il s'agit d'une langue construite qui fonde sa structure sur des éléments mythologiques et symboliques tels que la numérologie, la runologie ou le Tarot de Marseille mais également sur des théories et des philosophies très variées.

Bien que l’Elko pourrait prétendre à une utilisation internationale, ceci n’en est pas la motivation première, l'elko est avant tout une langue artistique. Le destin se chargera de faire vivre cette langue comme il se doit. L’elko répond toutefois à des lois de neutralité, de logique et de facilité d’apprentissage, il respecte les conditions de la charte des langues imaginaires.

L’Elko est également l'une des quinze langues parlées dans le Losda. Un univers riche en lieux et personnages, tentant de fournir une explication aux grands mystères de l'univers.

Sommaire

Historique

L'Elko est officiellement né le 4 avril 2002. Il est le fruit de l'évolution d'une autre idéolangue (aujourd'hui morte) : l'urque. Toutes deux appartiennent au même projet linguistique : le projet ELKO. Ce projet, débuté en 1996, avait pour objectif premier d'aboutir à une idéolangue originale et ludique. Étant donné que l'elko correspondait parfaitement aux attentes de ce dernier, la langue prit son nom et s’appela elko (en minuscules).


Depuis sa création, en avril 2002, l'Elko n'a cessé d'évoluer, tant au niveau de son lexique que de sa grammaire. Les règles se sont multipliées et certaines exceptions sont apparues. Une prise de conscience en 2006 a inversé la tendance et remis l'elko sur le chemin de la minimalisation et de la simplification. Pendant près d'un an, de nombreuses règles ont été simplifiés ou supprimées.


En 2007 ont été créés, le Sammito et le Zammito afin d'établir les bases de la grammaire elkanne. Inspirés du fundamento de l'Espéranto, ces deux précis de grammaire sont les seuls éléments grammaticaux à connaître pour maîtriser la langue. Toutefois, certaines modifications ont encore eu lieu depuis et de nouvelles règles ont vu le jour. C'est pour lutter contre cette écriture chaotique de la grammaire qu'une académie a été fondée le 12 juillet 2007. Ainsi chaque règle additionnelle ou chaque modification est votée et passée devant une commission : l'académie elkanne.

En 2009, l'elko a pu disposer de son propre wiki : Elkodico qui accueille non seulement le dictionnaire de la langue mais aussi depuis 2011 la grammaire complète (mise à jour continuellement).

Alphabet & prononciation

Voir aussi : phonologie elkanne

Alphabet

L'Elko utilise deux systèmes d'écriture :

L'alphabet de l'Elko compte 22 lettres : 14 consonnes, 6 voyelles et 2 glides. En comparaison avec l'alphabet latin utilisé en français on constate l'absence des lettres "c", "q", "v", "x" et "y" mais la présence d'un caractère nouveau : le Ė appelé "e point suscrit" ou "e point en chef" placé en fin d'alphabet.


Aa Bb Dd Ee Ff Gg Hh Ii Jj Kk Ll Mm Nn Oo Pp Rr Ss Tt Uu Ww Zz Ėė

Prononciation

La prononciation de l'elko ne présente pas de difficulté majeures pour un francophone. Les cinq dernières lettres ne sont pas intégrées à l'alphabet elko traditionnel car elles ne sont utilisées qu'aux niveaux les plus élevés de la langue.

Majuscule Minuscule Prononc. API Équiv. Français Exemples Notes
A a /a/ a tano "arbre" même prononciation qu'en français
B b /b/ b bale "bien" même prononciation qu'en français
D d /d/ d dago "jour" même prononciation qu'en français
E e /ɛ/ è kero "arbre" son toujours ouvert
F f /v/ v / f kefe "là-bas" son situé entre v et f
G g /g/ g gero "loup" son toujours dur
H h /h/ aucun hei "salut" comme en anglais hello
I i /i/ i kira "grand" même prononciation qu'en français
J j /j/ y ja "de" toujours prononcé comme un Y
K k /k/ c, k kala "beau" son plus vélarisé qu'en français
L l /ɫ/ l dolo "lumière" son plus vélarisé qu'en français
M M /m/ m mano "humain" même prononciation qu'en français
N n /n/ n kina "blanc" même prononciation qu'en français
O o /ɔ/ o noko "nuit" son toujours ouvert
P p /p/ p pano "laine" même prononciation qu'en français
R r /ɾ/ r Ero "je" son roulé très légèrement
S s /s/ s solo "soleil" même prononciation qu'en français
T t /t/ t tano "arbre" même prononciation qu'en français
U u /u/ ou kura "malade" ne se prononce jamais "u"
W w /w/ w weko "animal" même prononciation qu'en français
Z z /z/ z zelo "oiseau" même prononciation qu'en français
Ė ė /ɛʲ/ eil kėla "horrible" peut s'allographier ei, y ou ej (en milieu de mot)
/ɲ/ gn kee "là" peut s'allographier nj
Þ þ /th/ aucun keþe "ici" peut s'allographier th
Æ æ /æ/ a Gulæ "Le pays de l'or" peut s'allographier ae
- aucune /:/ aucun dola-lodo "peinture lumineuse" le trait-d'union peut devenir macron
' aucune /ʔ/ aucun keØ'ilo "encore plus nébuleux" Le coup de glotte prononcé entre les deux voyelles s'apparente à une coupure rapide et brutale de la voix.

Morphologie

Voir aussi : Morphologie elkanne, Étymologie elkanne

Les clés

Voir aussi : Liste des clés de l'Elko

L'Elko fonctionne à l'aide d'un nombre limité de racines de trois lettres (deux consonnes aux extrémités et une voyelle centrale) qui s'additionnent entre elles pour former potentiellement des millions de mots par agglutination : ces éléments sont appelés "clés". Les clés, sont toujours présentées en majuscules et utilisées en minuscules. Leurs sens propres, quant à eux, sont indiqués entre parenthèses :


Voici quelques exemples de clés :

RAN (ciel); WEK (animal); WAK (véhicule); WEL (dieu); KOW (langue); DAW (groupe); KER (chien); LEW (bâtiment); TAB (livre)

Le sens des clés est obtenu par thétymologie, cela signifie que leur valeur sémantique provient du nom des divinités et personnages apparaissant dans les mythologies et les croyances de plus de quarante cultures à travers le monde. Le sens adopté par la clé n'est pas celui du nom proprement dit mais s'inspire des actes, des thèmes et des attributs de la divinité en question. Ainsi la clé RAN (ciel) provient de Uranus (mythologie romaine), Ouranos (mythologie grecque) et Rangi (mythologie maori) trois divinités du ciel.

De plus, les clés respectent d'autres règles cachées dans la structure même de la langue et liées à la runologie, à la numérologie et à de très nombreuses autres choses encore. Par ailleurs, toutes les clés sont liées les unes aux autres par des liens morphologiques et sémantiques : c'est la paronymie.

L'affixation

Voir aussi : Affixation elkanne

Pour donner le genre et la nature des mots, l'Elko utilise des affixes. Essentiellement constitués de voyelles il en existe quatre sortes :

  • Les préfixes : placés à l'avant des mots, ils permettent de traduire le genre et le nombre.
  • Les infixes : placés au centre des mots (après la voyelle centrale), il traduisent les comparatifs.
  • Les suffixes : placés à l'arrière des mots ils en indiquent la nature et la fonction.
  • Les profixes : placés en place du "w" ils apportent des nuances liées à l'énonciation.
a- (féminin) + TET (chat, félidé) + -o (nom) = ateto ("chatte")

L'agglutination

Voir aussi : Agglutination elkanne

L'Elko est une langue contextuelle, elle a tendance a n'utiliser que des hyperonymes, toutefois, l'agglutination permet de construire des mots au sens plus précis. Pour ce faire, il suffit de cumuler les clés en plaçant à droite la clé qui renseigne sur la catégorie à laquelle appartient le mot : c'est le catégorisateur (véhicule, lieu, bâtiment, plante,...). Et, en plaçant à gauche la ou les clés qui permettent de se distinguer les unes des autres  : c'est le spécificateur (à piquant, rond, avec des tâches,...).

NEM (rayure) + TET (chat, félidé) = nemteto ("tigre")

Grammaire

Voir aussi : Grammaire elkanne, Grammaire méthodique


La grammaire elkanne comprend de nombreuses règles; celles-ci n'ont pas pour but de contraindre le locuteur à une utilisation précise de la langue mais elles lui permettent de disposer de suffisamment d'éléments pour pouvoir exprimer toute une palette de subtilités à l'instar de celles offertes par une langue naturelle.

Le Sammito

Le Sammito est l’équivalent du Fundamento en Espéranto. Il s’agit d’une sorte de règlement présentant les règles de grammaire de base de la langue. Il se compose de 20 règles fondamentales développant chacune un aspect essentiel de la grammaire. Il fait partie avec la liste des clés des deux seuls éléments nécessaire pour apprendre l'Elko. Son nom signifie règles de base.

Le Zammito

Le Zammito est le prolongement du Sammito. Il se compose également de 20 règles fondamentales développant chacune un aspect essentiel de la grammaire. Il permet l'expression de nombreuses subtilités et nuances. Son nom signifie règles de maîtrise.

Syntaxe

Voir aussi : Syntaxe elkanne

La syntaxe de l'Elko est rigide et constante. Elle se compose de quatre constituants toujours placés dans le même ordre :

  • Le constituant Sujet (S) : c'est celui qui fait l'action
  • Le constituant Verbal(V) : c'est l'action
  • Le constituant Complément d'objet ou complément (Co) : c'est l'objet de l'action ou celui qui la subit
  • Le constituant Complément circontanciel ou circonstant(Ci) : ce sont les circonstances de l'action

Lexicologie

Voir aussi : Bibliographie elkanne

Un des avantages de l'Elko est qu'il n'y a pas de dictionnaire à apprendre, juste un nombre réduit de clés. Chacun construit ses mots en fonction de sa propre conception du monde. Pour cela vous n'aurez donc besoin que d'une liste de clés. Cependant il existe bien un dictionnaire français-elko de plus de 17000 entrées.

Chiffres et nombres

Voir aussi : numérologie elkanne, noms de nombres en différentes idéolangues

Pour compter en elko il n'y a que dix chiffres à connaître. Les nombres se forment par simple juxtaposition : 10 = narnunta. La particule "ta" signifie chiffre on en met qu'une par nombre.

  • 0 = nunta
  • 1 = narta
  • 2 = nutta
  • 3 = kouta
  • 4 = elta
  • 5 = akta
  • 6 = matta
  • 7 = sauta
  • 8 = alta
  • 9 = arta

Échantillon

Exemple de texte

BABELA KESO

  1. Nanta telo wedu niti wopa kowo tu ikeno.
  2. Hu wakie gezseri, imano peki tu peli lepo Sinear gare.
  3. Iho kize kowi : 'Lau mawi ikito tu kaki ho kakore'. Ikito biwi gono tu eglino hi nutnao.
  4. 'Igo Kowi : lau kiti tewo tu gedo iri ! Hoa tupo dasi rano. Keni iri wese ne wiga nantele'.
  5. Eltio kaapu lambai tewo tu gedo, iwido Owena kiti hoo.
  6. 'Eltio kowa he ! Igo udaro tu ukowo, ko keta diwo ! Igo nomi o dase'a !
  7. Lau kaapi tu kimi iga kowo we, wesu kize tezi !'
  8. We, Eltio kimigi igi nantele tu betu kiti tewo.
  9. Keni ka tewo Babel wenu Eltio kimi we kowo tu ikeno nantele .

LE TEXTE DE BABEL (Livre de la Genèse, Ancien Testament)

  1. La terre entière se servait de la même langue et des mêmes mots.
  2. Or en se déplaçant vers l'orient, les hommes découvrirent une plaine dans le pays de Shinéar et y habitèrent.
  3. Ils se dirent l'un à l'autre: "Allons! Moulons des briques et cuisons-les au four". Les briques leur servirent de pierre et le bitume leur servit de mortier.
  4. "Allons! Dirent-ils, bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche le ciel. Faisons-nous un nom afin de ne pas être dispersés sur toute la surface de la terre".
  5. Le SEIGNEUR descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils d'Adam.
  6. "Eh, dit le SEIGNEUR, ils ne sont tous qu'un peuple et qu'une langue et c'est là leur 1ère oeuvre! Maintenant, rien de ce qu'ils projetteront de faire ne leur sera inaccessible!
  7. Allons, descendons et brouillons ici leur langue, qu'ils ne s'entendent plus les uns les autres"!
  8. De là, le SEIGNEUR les dispersa sur toute la surface de la terre et ils cessèrent de bâtir la ville.
  9. Aussi lui donna-t-on le nom de Babel car c'est là que le SEIGNEUR brouilla la langue de toute la terre, et c'est de là que le SEIGNEUR dispersa les hommes sur toute la surface de la terre.

Retrouvez ce texte en elko et dans d'autres langues Elko (texte de babel)

Idéomonde associé : Le Losda

Mythologie elkanne

L'Elko dispose depuis 2004 d'un univers qui lui est propre : le Losda. Étant composé de plusieurs mondes on lui préfère le terme de "multivers". Il s'agit d'un univers fantastique expliquant en partie les grands mystères de notre monde (le triangle des Bermudes, les lignes de Nazca, le monstre du Loch Ness, etc.).

Les chroniques du Losda

La mythologie elkanne est progressive, cela signifie qu'elle peut s'enrichir par le biais d'avatars (ou identité virtuelle). Ainsi, elle se complète petit à petit, grâce à la contribution d'internautes volontaires. Il existe une base de travail présentant les éléments de base prescriptifs afin de respecter une certaine cohérence, mais la liberté est grande : ce sont les chroniques du Losda.


Liens

Liens internes

Liens externes