El Velimel Man

Un article de Ideopedia.

  El Velimel Man
El Velimel Man
 
Année de création 2008
Auteur Engine
Régulé par Engine
Nombre de locuteurs 1
Parlé en
Idéomonde associé Dimlag
Catégorie Idéolangue artistique
Typologie Langue a priori
Alphabet latin (sans q, ni diacritique)
Lexique non défini (pour l'instant)
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_EVM

El Velimel Man (la langue inutile) est une langue au début de son invention. Son créateur dont le pseudonyme est Engine, en est à son deuxième essai de création de Conlang. El Velimel Man est une langue a priori, c'est à dire qu'elle ne se base sur aucune autre langue, naturelle ou construite, pour la conception de son vocabulaire. On peut aussi la qualifier d'agglutinante car les racines de chaque mot peuvent se coller les unes aux autres et se voir attribué des affixes à l'infini. El Velimel Man est la seule langue parlée dans un univers virtuel, lui aussi au tout début de sa création, qui s'appelle Dimlag.

Sommaire

Historique

El Velimel Man est une langue qui a encore trop peu d'histoire et qui n'en même pas une véritable. Sa création a officiellement débuté le 21 décembre en créant son alpahbet et sa phonologie, qui d'ailleurs tout d'eux d'une simplicité extrème, c'est pourquoi lire El Velimel Man est très simple à acquérir. El Velimel Man appartient au monde construit Dimlag, qui lui est encore plus jeune. Bien qu'il soit d'une imagination totale, sa plus grande menace part de l'univers d'un manga appelé Death Note.

El Velimel Man, qui est encore une ébauche dde langue, est pourtant en perpétuelle évolution (en ce moment bien plus au niveau de sa grammaire mais un petit lexique d'une quinzaine de mots existe déjà). Cette langue a priori ne s'inspire d'aucune langue naturelle car elle n'a aucun aucun but particulier mis à part les simples satisfaction et amusement de son créateur Engine.

Pour l'instant, El Velimel Man se fait connaître grâce au seul forum francophone dont le sujet principal est sur les langues et les mondes construits : L'atelier philologique.

Alphabet, phonologie et accuentuation

Alphabet

L'alphabet Velimelien (notation francisé de quelque chose se rapportant à la Velimel Man) comporte 25 lettres. 20 consonnes : b, c, d, f, g, h, j, k, l, m, n, p, r, s, t, v, w, x, y, z. 5 voyelles : a, e, i, o, u. A noter que le y est considéré comme une consonne à part entière. Comme on le remarque, on utilise l'alphabet latin. Seulement il manque une lettre : le q. Comme dans la Velimel Man, le principe de sa phonologie très simple est qu'à une lettre corresponde à un son et qu'à un son correspond une lettre, le q ne sera pas nécessaire, le k fait l'affaire.

Prononciation

Comme expliqué plus haut : à une lettre corresponde un seul son et à un son correspond une seule lettre. Le système est très simple pour un francophone, la prononciation est assez proche.

a, b, d, f, i, j, k, l, m, n, o, p, r, t, v, w, z se prononce comme en français.

  • c : se prononce comme dans chien
  • e : se prononce comme dans énoncation ou mettre
  • g : se prononce TOUJOURS comme dans gare
  • h : est toujours aspiré dans la mesure du raisonnable
  • s : se prononce TOUJOURS comme dans salade
  • u : se prononce comme dans mousse
  • x : se prononce comme la jota espagnole, il faut prononcer un r du fond de la gorge
  • y : se prononce TOUJOURS comme dans yaourt (n'a pas la valeur d'un I)

Les idphtongues n'existent pas du tout en Velimel Man. Pour créer les sons aï, aou, on utilisera les lettres y et w, c'est à cela que servent ces lettres. Cela veut donc dire que si deux voyelles sont côtes à côtes, on les prononces distinctement (en général on le fait bien avec a, e, o mais il faut également le faire lorsqu'il y a un i ou un u.

Accentuation

Elle est très simple en Velimel Man. Elle sert à exprimer une syllabe plus fortement que les autres. Il n'y a d'ailleurs aucune exception, même lors d'une agglutination de plusieurs racines ou bien d'ajouts d'affixes. Tous les mots sont accuentués sur l'avant dernière syllabe.

  • kote = laver (-e étant un suffixe d'infinitif)
  • lexiger = fin
  • limisel = indispensable (-is étant un suffixe de renforcement, -el un suffixe d'adjectivisation)

Les diférents affixes ont bien été indiqués pour montrer que leurs ajouts déplaçaient forcément l'accent puisqu'une syllabe est ajoutée mais que la règle principale était conservée. On notera que les mots d'une syllabe ne sont pas accuentués. Néanmoins, si on veut insister sur un mot de la phrase, on peut l'accentuer, mais mieux vaut ne pas trop en abuser.

Graphie

El Velimel Man est une langue simple de graphie, ou toutes les lettres sont simples, fonctionnent indépendamment les unes des autres et n'admettent aucun signe diacritique.

Transcription

Cependant, malgré ce qui est énoncé plus haut, il faut que la transcription des noms propres étrangers ne perturbe en rien l'extrème facilité de la graphie Velimelienne. Il va donc exister plusieurs cas, listés ci-dessous. Note : même les principaux pays et villes n'auront pas de traductions propres en Velimel Man.

  • Le nom propre est écrit dans un alphabet autre que l'alphabet latin. Dans ce cas, on transcrira dans la phonétique la plus proche, exact si c'est possible pour la Velimel Man.
  • Le nom propre est écrit dans un alphabet latin. Dans le cas où une transcription sans altérer la phonologie est possible, on réalisera cette transcription.

Exemple : Shakespeare se trancrira Cekspir

  • Le nom propre est écrit dans un alphabet latin. Seulement, une transcription sans altérer la phonologie est impossible. Dans ce cas, on écrira tel quel le mot, en supprimant tous les signes diacritiques et le mot se lira comme il est écrit en Velimel Man, avec une prononciation normale comme énoncé plus haut.

Exemple : España se transcrira Espan

Notes :

  • Pour respecter la règle indiquant que tous les substantifs se terminent par une consonne, la transcription ne pourra jamais terminer par une voyelle. Rien de plus simple que la supprimer (cf. España -> Espan).
  • Un mot peut rentrer dans les deux dernières règles exposés ci-dessus. Il peut avoir un phonème dont la graphie n'appartient pas à la Velimel Man qui pourtant peut être transcrit et un autre ne pouvant pas l'être. Dans ce cas, le phonème affecté à la première (deuxième dans la liste) règle suivra cette règle et le phonème affecté deuxième (troisième dans la liste) règle suivra cette règle.

Divers

Rien de particulier. On observera tout de même divers différences avec le français :

  • Comme en français, les majuscules vont se mettre en début de phrase et de noms propres (prénoms, noms de familles, noms de pays, villes, régions, départements, planètes, galaxies,etc.) mais également au début des noms de langues (français, anglais, etc.). Atention , les noms de nationalités ou de langues ne porteront pas de majuscules s'il s'agit d'un adjectif (un homme français, un pont anglais, etc.
  • Bien que les signes de ponctuation utilisé soit les mêmes, on notera que contrairement au français (et conformément au systèle international), chaque signe de ponctuation sera collé au ot qui le précède. On notera également que contrairement au français ou un dialogue est signalé informatiquement par des tirets et de façon manuscrite par des guillements, puis des tirets avant de refermer avec des guillemets, les récits Velimeliens introduiront chaque réplique de dialogue par un tiret, et ce quelque soit le support.

Grammaire

Le substantif

Le verbe

Le verbe est une classe grammaticale qui indique des actions ou des états (bien plus souvent des action, mais le verbe le plus employé (être) est pourtant d'état). En français, ils ont un fonctionnement faisant qu'ils se conjuguent par rapport à la personne, au temps, au mode et à la voix. El velimel Man fonctionnera de la même façon, cependant la conjugaison est bien plus simple et tous les verbes sont réguliers. Un ensemble verbal se compose de la sorte :

pronom personnel radical + suffixe de temps + suffixe de mode

Exemple : Em kotera = Que j'aie lavé (Em kot+er+a) avec :

  • em = pronom personnel de la 1ère personne du singulier
  • kot = radical du verbe "laver"
  • -er = suffixe temporel du passé
  • -a = suffixe modal du subjonctif

Pronoms personnels : Em (je), Los (tu), Ful (il pour un homme), Men (elle pour une femme), Cef (il/elle pour un animal ou un objet), Zom (nous), Sulf (vous, d'ailleurs le vouvoiement n'existe pas en Velimel man), Dik (ils/elles).

De cette façon, on peut donc établir une listes des suffixes de temps et de modes.

Suffixes de temps :

  • -er = passé
  • -om = futur

On remarquera que le présent ne possède aucun suffixe.

Suffixes de mode :

  • -i = indicatif
  • -a = subjonctif
  • -u = conditionnel
  • -o = impératif
  • -e = infinitif
  • -atel = participe

Remarques :

  • Même à l'impératif, on n'omet jamais le pronom personnel, quelque soit le mode
  • Les quatres premiers modes sont disponibles à tous les temps et toutes les personnes, et les six modes sont disponibles à tous les temps (passé, présent, futur).

On notera qu'il existe des temps composés, formés par : auxiliaire lee (être) + participe. De cette façon, le participe, suivant son temps, désigne une antériorité ou une postériorité proche par rapport au temps désigné par l'auxiliaire. Lorsque le participe est au présent, il désigne une action instantané. Lorsque ni l'auxiliaire ni la participe ne sont au présent, on peut rajouter le préfixe ka- à� l'auxiliaire pour désigner une antériorité ou une postériorité plus lointaine.

En ce qui concerne les voix, il en existe trois, les voici :

  • La voix active est la voix qui indique que le sujet fait l'action vers le complément d'objet. Il n'a aucune marque particulière.
  • La voix passive est la voix indique que le sujet subit l'action du COD. Dans ce cas, le verbe se verra attribué le préfixe fu-.
  • La voix réfléchie indique que le sujet fait l'action sur lui-même, dans ce cas il sera confondu avec le CO. La marque indiquant n'existe qu'aux pronoms de la troisième personne, il s'agit du préfixe e- qui pourra se coller aux pronoms ful, men, cef et dik lorsqu'ils ne sont pas sujet.
  • La voix réciproque indique que les personnes du sujet se renvoient l'action les uns les autres. C'est pourquoi seules les pronoms personnels pluriels (zom, sulf, dik) peuvent recevoir le suffixe marquant la réciprocité : -ug.