E

Un article de Ideopedia.

  E e
(E, Epsilon , )
 
Graphies
Capitale E
Bas-de-casse e (alphabet latin et cyrillique),ε (alphabet grec)
Alphabets
Langues naturelles latin, grec, russe
Idéolangues Toutes
Codification
Windows E = Alt + 69, e = Alt + 101
Mac
Linux

La lettre E est l'une dess lettre les plus fréquente des alphabets grec, latin et cyrillique. Elle connaît de multiples réalisations phonétiques et s'accompagne de très nombreux diacritiques.


Alphabet grec

Γγ Δδ E ε Ζ ζ Ηη Θθ Iι Kκ Λλ Μμ Ξξ Oo Ππ Ρρ Σσς Yυ Φφ Χχ Ψψ Ωω
Caractères additionnels
Ϝϝ Ϙϙ Ϻϻ Ϟϟ Ϡϡ Þþ

 


Alphabet latin

Aa Bb Cc Dd Ee Ff Gg Hh Ii Jj Kk Ll Mm Nn Oo Pp Qq Rr Ss Tt Uu Vv Ww Xx Yy Zz
Caractères additionnels
Ææ ß Ʒʒ Ŋŋ Œœ Ȣȣ Ʃʃ Þþ Ɣɣ Ƿƿ Ȝȝ

 


Alphabet cyrillique

Aa Бб Вв Γг Дд Ee Жж Зз Ии Кк Лл Мм Нн Oo Πп Рр Сс Tт Уу Фф Хх Цц Чч Шш Щщ Ъъ Ыы Ьь Юю Яя
Caractères additionnels
Єє Э э Ґґ Њњ Ыы Іі Јј Љљ Џџ Ђђ Ѥѥ Ѧѧ Ѫѫ Ѩѩ Ѭѭ Ѯѯ Ѱѱ Ѳѳ Ѵѵ Ѕѕ Ѡѡ Ѣѣ

 


Sommaire

Présentation

La lettre E est très importante. Elle est en français la lettre la plus utilisée (féminin (cf ci-dessous), verbes du premier groupe).

Histoire

La lettre E actuelle dérive directement de la cinquième lettre de l'alphabet protosinaïtique : le hé. Cette lettre représentait à l'origine un homme en prière, les mains levées au ciel. Avec le temps, le phonogramme s'est simplifié pour ne conserver que les bras et le cou laissant apparaître un E, les trois branches en l'air. L'écriture phénicienne a adopté ce signe en le basculant vers la gauche. Le grecque l'a ensuite intégré tel quel à son alphabet avant de le retourner, puis le latin a adopté cette dernière version, celle que nous utilisons aujourd'hui.

Typographie

Lors de son assimilation par les grecs, la lettre E e, dès lors, intégré un alphabet bicaméral. Selon les polices elle peut revêtir différentes formes :

  • Dans l'alphabet grec :
    • E
    • ε
  • Dans les alphabets latin et cyrillique :
    • E
    • e

Ordre

La lettre E est la cinquième lettre et la deuxième voyelle des alphabets latin et grec, la sixième lettre et la deuxième voyelle de l'alphabet cyrillique.

Grammaire

Cette lettre participe à beaucoup de flexions grammaticales, notamment en français où, généralement il exprime le féminin[1]et certaines flexions verbales du premier groupe. Il participe également à un certain nombres de flexions casuelles germanophones : des Kindes.

Phonologie

Le son de cette lettre varie selon les langues, mais a principalement les réalisations suivantes : /e/ ou /ɛ/.

Le E est la cinquième lettre des alphabets latin & grec (ἒ ψιλόν = E simple) et la sixième de l'alphabet cyrillique (toutes tendances confondues). Cette lettre a d'assez grandes variantes de prononciation, de [ε] (mi-ouvert) à [e] (mi-fermé), à plutôt central [ə] (schwa), voire plus ou moins arrondi ([œ], [ø][2]) selon qu'on lui adjoigne une autre lettre pour en faire un digramme. Cette lettre peut être complètement amuïe dans certains cas, notamment en français (viole). En majuscule, cette lettre est symétrique sur un axe horizontal. Dans beaucoup de langues, cette lettre est quasi indispensable[3].

Langues Graphie Prononciation
Anglais e
/ɛ/ ou /i/
Français e
é
è ë ê
/œ/, /ə/ ou muet
/e/
/ɛ/

Morphologie

Symétrie

Le E a un axe horizontal de symétrie, du moins, en majuscule.

En bas de casse, les symétries (reflet, bascule) se rencontrent notamment en API : ə, ɘ.

Lettres proches

  • F (effe) : appartenant à l'alphabet latin, il est utilisé pour transcrire le son /f/.
  • Є : Équivalent ukrainien du E russe.

Diacritiques

Le E est susceptible de recevoir de nombreux diacritiques, toutes langues confondues. La (longue) liste entière est sur cette page de Wikipédia.

Digrammes

La lettre E permet de nombreux digrammes :

Digrammes liés

Dans un certain nombre de langues, la résultante du collage d'un E derrière une autre lettre est une lettre À PART ENTIÈRE dans l'alphabet considéré :

Langues naturelles

Français

Le E est la cinquième lettre de l'alphabet français, il se prononce /e/, /ɛ/, /ø/, /œ/, /ə/ et peut même être muet.

Anglais

Le E particpe à de nombreuses combinaisons de lettres où, bien qu'amuï, il modifie la prononciation de la voyelle précédente :

at /æt/ = à ; ate /ɛɪt/ = mangea[9]
bit /bɪt/ : unité de base informatique ; (to) bite = mordre
(to) cut /kɐt/[10]= couper ; cute /kjut/ = mignon.

Sinon, se prononce généralement /ɛ/, comme dans hen (poule), /ɪ/ comme dans wanted (voulu), /ə/ : children (enfants), ou bien amuï, sans modification de la prononciation de l'entourage : finished (fini).

Russe

Le russe prononce le E /jɛ/[11]. Cette lettre caractérise les noms "mouillés" neutres au nominatif et la terminaison de tous les adjectifs neutres (-oe, -ee). Comme "lettre palatale", elle "dévélarise" le Л.

Idéolangues

Toutes les idéolangues semblent utiliser la lettre E, à l'exception notable du toki-io.


Algardien

Le E est la 4e lettre de l'alphabet runique algardien: translittération de la rune

Le E est présent sous plusieurs forme: il se prononce [e] ou [ε] qu'il soit seul,ou muni d'un accent aigu (marquant une accentuation exceptionnelle).

On le trouve également dans des digrammes, EI et IE sont les plus connus... et résistent à la volonté de certains algardiens de les écrire EY ou YE.
Enfin le E est la marque de l'infinitif de tous les verbes algardiens.
Grammaticalement il est aussi l'article pluriel :

E kama: des/les chats.

Aneuvien

Le E est présenté sous diverses formes, qu'il soit nu (avec ou sans l'accent tonique), muni d'un accent matérialisé, aigu ou grave (droit ou gauche, selon la terminologie grammaticale aneuvienne), ou bien avec une brève. On le trouve également dans des digrammes, liés[12]ou non. Le E aneuvien n'est amuï que dans un seul cas : à la fin d'un mot, précédé d'une seule consonne qui ne soit ni Ċ ni Ψ ni X[13]. C'est la marque de l'infinitif d'un certain nombre de verbes et du pluriel de tous les mots (noms, adjectifs, verbes, la plupart des pronoms) se terminant par une consonne :

Ed neràpkade dan kome tern minuteve in = Ses filles viennent dans trois minutes.

Elko

Le E est la quatrième lettre de l'abde et correspond au , 19me rune du futhark (Ehwaz) et du rundar (eka). Cette lettre sert notamment de suffixe aux adverbes et aux prépositions mais aussi de flexion casuelle pour le locatif. Sa prononciation reconnue est [ɛ]. On tâchera de ne pas le confondre avec le Ė ([ɛʲ]), qui est la dernière lettre de l'abde.

Ero wami deloe = Je mange le soir
dade = vite.

C'est aussi le préfixe du masculin :

ego = il ♂.

Espéranto

On retrouve en espéranto la prononciation officielle du E ([ɛ]) et son utilisation en tant que suffixe adverbial :

subite = subitement.

Volapük

Le E volapük se prononce [e][14] et est la flexion casuelle du datif, c'est aussi l'augment (correspondant au parfait).

Blode = au frère.
elöfol = tu as aimé.


Liens

Sources

  • Les mystères de l'alphabet, Marc-alain Ouaknin, éditions Assouline, ISNB : 2 90822 879 3
  • La naissance des écritures, Seuil, ISBN : 2.02.033453-4



  1. On pourra toujours trouver des exceptions (c'est une langue naturelle !), comme : LE foie, LA foi.
  2. Ça dépend des langues : en dehors du français et du roumain, la quasi-toltalité des langues romanes ne disposent pas de ces sons.
  3. Les exceptionssont rares. Par ailleurs, on parle bien de la LETTRE : les phonèmes /e/, /ε/, /ə/ etc. n'existent pas en arabe.
  4. La réforme de 1990 a abrogé quelques étrangetés comme "événement", qui se prononçait /evɛnəmɑ̃/.
  5. Jusqu'en 1904
  6. Ancienne notation
  7. Digramme utilisé lorsque la lettre Ė n'est pas accessible
  8. [øː], en fait.
  9. -is, -it etc... : prétérit de to eat
  10. /kʌt/ ()
  11. Contrairement, par exemple, au bulgare et à l'ukrainien, qui le prononcent /ɛ/. En revanche, le /ɛ/ est écrit en russe par un Э et le /je/ est écrit en ukrainien par un Є.
  12. Cependant, ce sont des lettres à part entière ; du reste il existe un Œ (lettre) et un OE (digramme) n'ayant pas la même prononciation.
  13. Et encore... cet amuïssement peut être remplacé par un schwa si le mot suivant commence par une consonne.
  14. C'est le ä qui se prononce [ɛ].