Différences entre le sprante du nord et du sud

Un article de Ideopedia.

Le sprante, bien qu'étant une langue unie, est en fait divisé en deux « sous-langues » : le sprante du sud, comprenant les formes officielles, et le sprante du nord.

Histoire

Depuis que le Jotarke s'est agrandi vers le nord, deux dialectes du sprante et de ses ancêtres rivalisèrent. La capitale ayant toujours été Sive pendant la monarchie jotarkaise, c'est le sprante du sud qui comportait les formes officielles.

On peut remarquer que l'ancien sprante du nord était plus éloigné du pentadrarien que l'ancien sprante du sud. Au fil du temps, le sprante du sud remplaça ses termes par des termes du nord, qui sont gardés aujourd'hui (par exemple gueç, du pentadrarien gexy, remplacé par le sprante du nord gue, qui devint gu).

Différences

Au niveau de la prononciation, le sprante septentrional possède quelques différences par rapport au dialecte méridional :

  • Son D de liaison (comme dans yd (d'y), ou dans scud (de scu) n'est pas prononcé [d̪] mais [dʒ].
  • Le O y est parfois prononcé [ʊ].
  • Le S se prononce [ʃ] (ou [sʰ]) au nord en fin de mot et devant un T.
  • Le Z se prononce [ʃ] (ou [sʰ]) au nord en début de mot et derrière un T.
  • Le nord prononce plus souvent le chva que le sud.
  • Le R se prononce [ɣ] au sud, [ɾ] au nord : c'est sa plus frappante particularité.
  • L'accent grave est plus souvent suivi d'une aspiration au nord qu'au sud.
  • Le [ɣ] (ou [ɾ] au nord) dévoisé se prononce [x] au sud et [h] au nord.

Au niveau lexical, il existe des régionalismes en sprante du nord, comme ez à la place d'ês pour « autre »[1]


  1. Toutefois ils partagent une forme familière onumisée Aiz.