Diathèse

Un article de Ideopedia.

La diathèse est le nom donné à la voix verbale, elle regroupe :

  • La voix active. Le sujet est l'agent du procès verbal : le pâtissier fond le chocolat.
  • La voix moyenne. Le sujet est l'agent et le patient du procès verbal : le chocolat fond.
  • La voix réflexive. Le sujet est également agent et patient, à cette différence, il est réfléchi par un pronom de la même personne : les convives se régalent.
  • La voix réciproque (toujours au pluriel). Il y a interaction mutuelle entre sujets et compléments d'objets (si ceux-ci sont représentés par un pronom personnel). Chacun d'eux étant à la fois l'agent et le patient de l'(des) autre(s). Elle et moi, nous nous adorons[1]
  • La voix passive : Le sujet est le patient du procès verbal : deux tonnes de chocolat sont mangées chaque semaine.
  • La voix de succession (toujours au pluriel) : A est agent du procès dont B est le patient ; B est l'agent de ce même procès dont C est patient et ainsi de suite ... C'est une chaîne ouverte[2], chacun des deux extrêmes ne sont qu'agent ou bien patient. Les tablettes se suivaient, prêtes à être enveloppées[3]par les ouvrières.
  • La voix complétive fonctionne comme la voix passive, à ceci près que ce n'est pas le patient qui est sujet du verbe, c'est le bénéficiaire ; utilisée notamment en kotava.
  • La voix circonstancielle, où c'est un complément circonstanciel qui devient sujet du procès. Elle est utilisée notamment, parmi les idéolangues, en olyen et en syrélien, et parmi les langues naturelles, en tagalog ou en anglais dans :
This bed have been slept in = on a dormi dans ce lit (lit. "ce lit a été dormi dans").

  1. possible au singulier, avec un sens pluriel : on s'adore !
  2. Un idéolinguiste peut toujours imaginer une chaîne fermée. La différence avec la voix réciproque, c'est que le procès, au lieu d'avoir plusieurs patients par agent, n'en aurait qu'un seul.
  3. "Être enveloppées" est à la voix passive. Sujet (et donc : patient) : les tablettes.