Dhaliran (langue)

Un article de Ideopedia.

  Dhaliran
Dhaliran
 
Année de création 2009
Auteur Denis Lefort
Régulé par
Nombre de locuteurs
Parlé en Dhalir
Idéomonde associé "Le Monde Perdu" (roman)
Catégorie Langue artistique
Typologie Langue a priori
Alphabet système d'écriture en cours de réflexion,retranscription latine
Lexique +/- 170
Version 4.5
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_DHA



Article en cours de création.

N'hésitez pas à faire des commentaires CONSTRUCTIFS sur la langue en allant sur le sujet officiel sur le forum de l'Atelier ou dans la la section discussion de cet article. Toute suggestion est appréciée!


Dhaliran (prononcé [ða'liran]) est une idéolangue crée par Denis Lefort.

Il s'agit d'une langue faisant partie de l'idéomonde créé pour le roman Le Monde Perdu, parlée par les sidhalir, les habitants de Dhalir, une civilisation de la planète qu'ils nomment eux-mêmes Rytis.

Sommaire

Histoire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nullam ultricies porta justo, vel bibendum ante adipiscing vel. Nulla semper scelerisque quam sit amet iaculis. Integer venenatis faucibus tellus, sed rhoncus lacus convallis eu. In nisi risus, consequat ac sollicitudin in, eleifend eget ante. Mauris mauris metus, ullamcorper sit amet vestibulum vitae, consectetur et diam. Vestibulum vitae tempor orci. Aenean tristique imperdiet ante, at placerat massa scelerisque vitae. Pellentesque convallis, sem et luctus dictum, massa elit commodo sem, eget dapibus enim nisi vitae elit. Maecenas vulputate gravida elementum. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Vestibulum nec sapien tortor, id varius nisi. Morbi est dolor, ullamcorper a placerat ac, eleifend et tortor.


Phonologie

Consonnes

Deux catégories de consonnes existent en dhaliran: les consonnes régulières et les digrammes. Les consonnes régulières ont chacune leur propre lettre dans le système d'écriture[1] alors que les digrammes n'ont pas de lettre spécifique ni de prononciation spécifique.

Consonnes régulières

API Dhaliran Exemple Signification
Nasales
m m mela aimer
n n nâha six
ŋ ng ngâl apprenti, élève
Occlusives
p p pâna parler, communiquer
b b bâca rajeunir
t t tidh étoile
d d detce chef
k k kur chien
g g get sauvage
API Dhaliran Exemple Signification
Fricatives
ɸ f fidh un
β v vedh neuf (9)
ð dh dhos maison
s s sted savoir, connaissance
z z À venir -
ʃ c Cevâtam soleil / le Dieu Soleil
ʒ j À venir -
x h hîno rire (nom)
ɣ rh À venir -
API Dhaliran Exemple Signification
Affriquées
t͡s ts À venir -
d͡z dz dzŷdetce thrône
t͡ʃ tc À venir -
d͡ʒ dj djini bijou
ɡ͡ɣ grh À venir -
kx kh À venir -
Roulées & spirantes
r r rovvi chasse
l l lir milieu

Digrammes

Les vingt digrammes n'ont pas de prononciation spécifique. Chaque consonne comprise dans un digramme est prononcée séparément.

Digramme Exemple Signification
pt - -
kt ktâh mort
ct ctêr rouge
dhn dhnâti fête, célébration
dhm - -
sm - -
sn snâta voir, regarder
Digramme Exemple Signification
sp - -
sd - -
st - -
sk - -
sg sggit récompenser
sl sle champ
cm cmêgo art
Digramme Exemple Signification
cn cny deux
cp - -
cd - -
ck ckât métal
cg cget épaisseur
cl - -

Semi-voyelles

Il existe deux semi-voyelles en Dhaliran, soit i et u qui correspondent respectivement à [j] et [w].

Voyelles

Le dhaliran n'a que cinq voyelles. Il n'y a aucun diacritique.

API Dhaliran Exemple Signification
Fermées
i i Dhalir Le pays Dhalir
y y Rytis La planète Rytis
Semi-fermées
e e* mela aimer
o o dhos maison
Semi-ouvertes
ɛ e* perret étendre
Ouvertes
a a kela des arbres
  • = La voyelle e se prononce /e/ lorsque la syllabe a un accent tonique. Autrement, il est prononcé /ɛ/.

Voyelles longues

Les voyelles longues sont indiquées dans la retranscription latine par un accent grave, circonflexe ou aigu.

L'accent tonique

L'accent tonique est toujours sur la syllabe pénultième. Une racine monosyllabique ne possède pas d'accent tonique. Lors de l'agglutination de deux racines, l’accentuation de la racine modifiante se perd pour ne garder que l'accent tonique de la racine noyau, et cela, même si l'accentuation ne se trouve plus sur la syllabe pénultième. Lors de l'agglutination de deux racines monosyllabiques, un nouvel accent se crée sur la racine noyau.

Cependant, lors de l'agglutination d'un nom propre, l'accent tonique sera alors toujours sur la syllabe pénultième du nom propre.

Morphologie

Les mots en Dhaliran sont formés par l'agglutination de deux racines. Ces mots sont formés d'un noyau et d'un modifiant. Le noyau est toujours placé en premier, et ensuite vient le modifiant. Par exemple, les racines kala (arbre) et âj (groupe, ensemble) forment le mot kalâj (forêt). Ce mot nouvellement formé peut être considéré comme une "racine composée", et peut toujours accueillir une nouvelle racine.

Une racine "simple" peut s'utiliser seule. e kala = l'arbre.

L'assimilation

Il est interdit d'avoir plus d'un élément long (voyelle longue ou consonne géminée) dans une racine ou une racine composée. De plus, il est interdit de former des digrammes autres que ceux présentés dans la section phonologie. Il faut donc assimiler.

Les racines à une seule syllabe

Pour les mots formées de deux racines à une seule syllabe, il ne faut plus rien assimiler. Lors de la formation de combinaisons interdites, en retranscription latine, on ajoute un trait d'union.

Dans la prononciation, les deux racines sont séparés par un [ʔ].

Exemple: se + ek = se-ek [se'ʔɛk]

Les voyelles

  • Si deux voyelles identiques sont côte à côte, et si aucune des racines ne comporte d'autres voyelles longues, les deux voyelles forment une voyelle longue.
  • Si deux voyelles identiques sont côte à côte, et si la racine noyau a déjà une voyelle longue, les deux voyelles deviennent une voyelle simple.
  • Si deux voyelles identiques sont côte à côte, et si la racine modifiante a déjà une voyelle longue, transformer cette dernière en voyelle simple et les deux voyelles deviennent une voyelle longue.
  • Si deux voyelles différentes sont côte à côte, on favorise la voyelle du noyau.
  • Dans tous les cas, si une assimilation crée une voyelle longue, si une consonne géminée existait, elle est transformer en consonne normale.

Les consonnes

(Pour alléger le texte, j'ai omis d'écrire les digrammes, mais ceux-ci obéissent aux mêmes règles.)

  • Si deux consonnes identiques sont côte à côte, et si aucune des racines ne comporte d'autres consonnes géminées, les deux consonnes se géminent.
  • Si deux consonnes identiques sont côte à côte, et si la racine noyau a déjà une consonne géminée, les deux consonnes deviennent simples.
  • Si deux consonnes identiques sont côte à côte, et si la racine modifiante a déjà une consonne géminée, celle-ci devient simple et les deux consonnes deviennent géminées.
  • Si deux consonnes différentes sont côte à côte, favoriser la consonne du noyau.
  • Dans tous les cas, si une assimilation gémine une consonne, si une voyelle longue existait, elle est transformée en voyelle normale.

L'harmonie des voyelles

Lors de la construction d'une racine composée, afin de diversifier la sonorité, si deux syllabes côte à côte ont des voyelles identiques (syllabes appartenant à des racines différentes), la voyelle appartenant à la racine modifiante et modifiée. Cette règle ne s'applique pas aux voyelles accentuées et aux noms propres.

  • i devient y
  • y devient e
  • u devient o
  • e devient a
  • o devient u
  • a devient e.

Exemple: se (être humain) + get (primitif, sauvage) = segat (barbare)

Les semi-voyelles

Les semi-voyelles n'ont pas à être assimilées si elles sont aux côtés d'une autre voyelle. ktî (pince) + inŷdh (petit) = ktîinydh (petite pince) [ktj:i'nyð].

Formation des verbes, des adjectifs et des adverbes

Les noms sont formés par la racine originale, sans modification, alors qu'on utilise des suffixes pour le transformer.

Les verbes

  • Les verbes sont formés en ajoutant le suffixe -t aux racines se terminant par une voyelle.
  • Les verbes sont formés en ajoutant le suffixe -a aux racines se terminant par une consonne.

Les adjectifs

Les racines sont transformés par le suffixe -(n)an.

Les adverbes

L'adverbe est habituellement basé sur l'adjectif équivalent, mais on peut toujours former un adverbe avec le suffixe -(n)al.

Syntaxe

Dhaliran est une langue de type OSV. Plus exactement arrivent dans l'ordre: le complément second, le complément premier, le sujet et le verbe.

e tcedhos cû ni cuteta
je bois de l'eau dans la maison
dans la maison / de l'eau / je / bois

De plus, certains mots ont une place précise dans la phrase:

  • Les adjectifs sont toujours après le mot qu'ils décrivent. (la grande maison = e dhos nety )
  • Les adverbes sont toujours avant le mot qu'ils décrivent. (manger rapidement = dhâl una)
  • Les nombres sont habituellement après le mot qu'ils précisent. (sept maisons = idhos kyd )
  • Les pronoms possessifs viennent après le mot qu'ils décrivent, mais avant un adjectif. (ma maison verte = dhos nes latsy)

Grammaire

Le genre

Le genre en dhaliran s'utilise pour préciser certains noms désignant des êtres vivants (genre féminin et masculin, femelle ou mâle) et également pour accorder des adjectifs (pour ceux-ci s'ajoute le genre inanimé, au besoin.) Les noms inanimés gardent leur forme originelle. Finalement, le genre neutre est utilisé pour les êtres vivants, lorsque leur genre est inconnu ou lorsque le pluriel est utilisé et qu'il désigne des êtres humains de différents genres. Lorsque la racine se termine par une voyelle, la consonne n vient séparer la racine et le suffixe.

  • Forme racine: -- (sêk = un garde, féminin ou masculin); dhos = une maison);
  • Genre féminin: -i (melani = une amoureuse);
  • Genre masculin: -o (ngâlo = un élève);
  • Genre inanimé : -y (dhos inŷdhy = une petite maison);
  • Genre neutre : -u (isêku = des gardes (féminins et masculins).

Le pluriel

Il n'y a que deux nombres en dhaliran: le singulier et le pluriel. Le pluriel est formé de façon différente selon le nombre de syllabes comprises dans la racine du mot.

Deux syllabes et plus

Le pluriel des racines à deux syllabes et plus est formé en modifiant la voyelle pénultième. Si la voyelle est longue, la voyelle du pluriel sera également longue. Le pluriel ne prend pas en compte les affixes. Par exemple, l'adjectif sêkani (gardée) vient de la racine sêkan, le pluriel se fera donc sur le ê et non sur le a.

Voyelle originale Voyelle modifiée Exemple Signification
a e kala = kela arbres
e i segat = sigat barbares
o u dhosâj = dhusâj villes
u i cûgal = cîgal mers
y i À venir -

Une exception pour i qui modifie la consonne qui la suit immédiatement, selon les règles suivantes. Les équivalents géminés sont inclus dans la liste.

i + n, m
ils s'interchangent (in = im, im = in)
i + ng
ng devient n (ing = in)
i + occlusives
ils s'interchangent voisés-sourdes (ip = ib; ib = ip, it = id; id = it, etc.)
i + affriquées
ils se changent en leur équivalent frictatifs (its = is; idz = iz, etc.)
i + frictatives bilabiales
ils s'interchangent voisé-sourdes (if = iv; iv = if)
i + dh
dh devient s (idh = is)
i + alvéolaires
ils se changent en leur équivalent post-alvéolaire, et vice versa (is = ic; iz = ij, etc.)
i + h
h devient k (ih = ik)
i + r, l
r et l s'interchangent (ir = il, il = ir)

Exemple: inŷdh = imŷdh; petits

Le pluriel des mots monosyllabiques

Le pluriel des mots monosyllabiques se forme en plaçant le préfixe i(n)- .

Exemple: e ngâl = e ignâl ; apprentis)

Les cas grammaticaux

Les cas sont regroupés en deux groupes, les cas d'espace et de temps et les cas de relation.

Les cas d'espace et de temps

Les cas d'espace et de temps se placent toujours en tant que préfixe.

  • Cas adessif (près, à): ke- (kedhos = près de/à la maison)
  • Cas inessif (dans): tce- (tcedhos = dans la maison)
  • Cas subessif (sous): me- (medhos = sous la maison)
  • Cas superessif (sur): le- (ledhos = sur la maison)
  • Cas antessif (avant): pe- (petsem[2] = avant l'aube)

Les cas de relation

  • Cas bénéfique (pour, pour le bien): ate- (atekur = pour le bien du chien)
  • Cas maléfique (pour le mal): yte- (ytekur = pour le mal du chien)
  • Cas causif, bien (grâce): ote- (otekur = grâce au chien)
  • Cas causif, mal (à cause): ode- (odekur = à cause du chien)
  • Cas comitatif (avec, en compagnie): use- (usekur = avec le chien)
  • Cas privatif (sans): eka- (ekakur = sans chien)
  • Cas de procédé (par, à l'aide de): iri- (irikur = à l'aide du chien)

Le vocatif

Le vocatif se place toujours en tant que particule indépendante située avant le nom. Il est utilisé pour apostropher ou interpeller quelqu'un, avec différents niveaux de politesse.

Le vocatif familier ou informel : ê. Il est utilisé pour appeler ou interpeller un ami ou quelqu'un de la famille. Appeler un inconnu avec ê est considéré comme impolis, ou même comme une provocation.

Le vocatif poli ou formel: esê. Il est utilisé pour appeler ou interpeller un inconnu, un patron, un maître et toute autre personne ayant un rang plus élevé que l'interlocuteur. Il est aussi utilisé par les enfants pour appeler leurs parents.

Le vocatif divin: esêdha. Il est utilisé pour parler aux dieux dans les prières ou dans les textes sacrés. Ce mot est strictement réservé aux dieux et ne doit être prononcé à haute voix que dans les temples. Il est considéré comme offensant de le prononcer ailleurs, et de l'utiliser pour interpeller quelqu'un d'autre qu'un dieu.

Le génitif

Il y a deux types de génitif en dhaliran, le génitif indéfini et le génitif défini.

Le génitif indéfini

Le génitif indéfini se forme en plaçant la particule ir entre deux nom, le premier étant celui à qui appartient le second. (seki ir ok = un arc d'un archer.) La particule n'est jamais modifiée par le genre ou le nombre. (siki er e inok = les arcs d'archers).

Le génitif défini

Le génitif défini se forme en plaçant la particule nir entre deux noms, le premier étant celui à qui appartient le second. (seki nir ok = un arc de l'archer.) La particule n'est jamais modifiée par le genre ou le nombre. (siki nir e inok = les arcs des archers.)

Les adjectifs

Les adjectifs varient toujours en genre et en nombre en fonction du nom qu'ils qualifient et se positionnent à la suite de ce dernier.

e sêdhigi dhali = la grande guerrière

Lorsqu'il y a plus d'un adjectif qualifiant un nom, l'ordre des adjectifs est souvent choisie selon l'importance que l'interlocuteur veut donner aux adjectifs. Ainsi, plus l'adjectif est près du nom, plus celui-ci est important.

e sêdhigo dhâlo recto = le guerrier grand et rapide (mettant l'emphase sur "grand"). e kurrovi recto inŷdho = le chien de chasse rapide et petit (mettant l'emphase sur "rapide").

Les comparaisons

Le dhaliran possède plusieurs degrés de comparaison, agissant comme préfixes.

Comparatif et superlatif

Tous les comparatifs et superlatifs peuvent être utilisés sans verbe au présent, mais nécessitent un verbe aux autres temps.

  • Le comparatif de supériorité (re-) : cked nes redhâle e lês = mon cheval est plus rapide que le tien.
  • Le comparatif d'égalité (le-) : cked nes ledhâle e lês = mon cheval est aussi rapide que le tien.
  • Le comparatif d'infériorité (he-) : cked nes hedhâle e lês = mon cheval est moins rapide que le tien.
  • Le superlatif relatif de supériorité (ry-) : cked nes rydhâle = mon cheval est le plus rapide.
  • Le superlatif relatif d'infériorité (hy-) : cked nes hydhâle = mon cheval est le moins rapide.
  • Le superlatif absolu de supériorité (ny-) : cked nes nydhâle = mon cheval est très rapide.
  • Le superlatif absolu d'infériorité (my) : cked nes mydhâle = mon cheval est très peu rapide.

Nuances

Ici, tous doivent être utilisés avec le verbe.

  • L'intensif (so-) : cked nes sodhâle tcase* = mon cheval est assez rapide.
  • Le diminutif (slo-) : cked nes slodhâle tcase* = mon cheval est un peu rapide.
  • L'excessif (ro-) : cked nes rodhâle tcase* = mon cheval est trop rapide.
  • Le progressif (are-) : cked nes aredhâle tcase* = mon cheval est encore plus rapide.
  • Le régressif (ahe-) : cked nes ahedhâle tcase* = mon cheval est encore moins rapide.

Les verbes

Les verbes sont séparés en trois groupes: les verbes en -A, les verbes en -T et les verbes impersonnels.

Les deux premiers groupes se conguguent en genre et nombre, ainsi qu'avec le temps et le mode. Les deux groupes utilisent également des particules pour préciser davantage le temps.

Une phrase en dhaliran se terminera toujours par un verbe s'il y en a un dans la phrase. L'utilisation d'un pronom personnel n'est pas obligatoire, mais peut être utilisé pour donner l'emphase sur celui-ci. Dans ce cas, le pronom personnel se trouvera la plupart du temps avant le verbe, sauf si celui-ci possède une particule de temps, le pronom personnel viendra alors avant cette particule.

Les verbes en -A

Le présent

LE PRÉSENT SIMPLE

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -tas -tasi
2ème personne informel -tus -tusi
2ème personne formel -dhis -dhisi
2ème personne divin -dhices -dhicesi
3ème personne féminin -tis -tisi
3ème personne masculin -tos -tosi
3ème personne neutre -tys -tysi

LE PRÉSENT PROGRESSIF

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -tan -tani
2ème personne informel -tun -tuni
2ème personne formel -dhin -dhini
2ème personne divin -dhicen -dhiceni
3ème personne féminin -tin -tini
3ème personne masculin -ton -toni
3ème personne neutre -tyn -tyni

LE PRÉSENT PARFAIT

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -tam -tami
2ème personne informel -tum -tumi
2ème personne formel -dhim -dhimi
2ème personne divin -dhicem -dhicemi
3ème personne féminin -tim -timi
3ème personne masculin -tom -tomi
3ème personne neutre -tym -tymi

Le passé

LE PASSÉ GÉNÉRAL

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -la -lan
2ème personne informel -lu -lun
2ème personne formel -lidh -lidhi
2ème personne divin -lidhec -lidheci
3ème personne féminin -li -lin
3ème personne masculin -lo -lon
3ème personne neutre -ly -lyn

Le futur

LE FUTUR GÉNÉRAL

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -ma -man
2ème personne informel -mu -mun
2ème personne formel -midh -midhi
2ème personne divin -midhec -midheci
3ème personne féminin -mi -min
3ème personne masculin -mo -mon
3ème personne neutre -my -myn

Les verbes en -T

Le présent

LE PRÉSENT SIMPLE

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -as -asi
2ème personne informel -us -usi
2ème personne formel -adhis -adhisi
2ème personne divin -adhices -adhicesi
3ème personne féminin -is -isi
3ème personne masculin -os -osi
3ème personne neutre -ys -ysi

LE PRÉSENT PROGRESSIF

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -an -ani
2ème personne informel -un -uni
2ème personne formel -adhin -adhini
2ème personne divin -adhicen -adhiceni
3ème personne féminin -in -ini
3ème personne masculin -ton -oni
3ème personne neutre -yn -yni

LE PRÉSENT PARFAIT

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -am -ami
2ème personne informel -um -umi
2ème personne formel -adhim -adhimi
2ème personne divin -adhicem -adhicemi
3ème personne féminin -im -imi
3ème personne masculin -om -omi
3ème personne neutre -ym -ymi

Le passé

LE PASSÉ GÉNÉRAL

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -ala -alan
2ème personne informel -alu -alun
2ème personne formel -alidh -alidhi
2ème personne divin -alidhec -alidheci
3ème personne féminin -ali -alin
3ème personne masculin -alo -alon
3ème personne neutre -aly -alyn

Le futur

LE FUTUR GÉNÉRAL

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -ama -aman
2ème personne informel -amu -amun
2ème personne formel -amidh -amidhi
2ème personne divin -amidhec -amidheci
3ème personne féminin -ami -amin
3ème personne masculin -amo -amon
3ème personne neutre -amy -amyn


Les verbes impersonnels

À venir


Les particules de temps

Les particules sont les mêmes pour les trois groupes de verbe. Elles s'ajoutent avant le verbe et à la suite du sujet.

Le passé

Hier: eti
Une nuit complète a passé depuis que l'action a été complétée;

Immédiat: eta
L'action a été complétée il y a quelques secondes ou quelques minutes;

Lointain: ipe
L'action a été complétée il y a plusieurs semaines ou davantage.

Le futur

Proche: ot
L'interlocuteur sait que l'action sera effectuée dans l'immédiat;

Aujourd'hui: ote
L'interlocuteur sait que l'action sera effectuée dans la journée-même;

Demain: oti
L'interlocuteur sait que l'action sera effectuée le lendemain ou les prochains jours;

Lointain: ope
L'interlocuteur sait que l'action sera effectuée dans plusieurs semaines ou plus.

Les modes

Les modes se comportent différement, cas par cas. La plupart sont des suffixes ajoutés au verbe.

L'impératif

L'impératif peut être utilisé tant au présent qu'au futur. Il est utilisé pour donner un ordre. L'utilisation du formel est très important lorsqu'on adresse un ordre à un inconnu, à un maître, ou lorsqu'un enfant s'adresse à l'impératif à ses parents.

1ère personne du pluriel: -(u)c
1ère personne du pluriel, formel: -(u)cadhe
2ème personne du singulier: -(u)co
2ème personne du singulier, formel: -(u)codhe
2ème personne du pluriel: -(u)cê
2ème personne du pluriel, formel: -(u)cêdhe

Le conditionnel littéraire

Le conditionnel littéraire est surtout utilisé dans les textes et est rarement parlé. Il est cependant plus précis et apporte des nuances. Contrairement aux autres modes, le conditionnel littéraire s'inscrit en tant que particule se placant avant le verbe.

Potentiel : dhal
Iréel du présent : dhel
Iréel du passé : dhil
Hypothétique : dhol

Le conditionnel populaire

Le conditionnel populaire est formé en ajoutant le suffixe -(u)dhŷ à la fin du verbe conjugué. Il s'agit du conditionnel général, et c'est le conditionnel habituellement utilisé oralement.

L'optatif

L'optatif est formé en ajoutant le suffixe -(u)dju. L'optatif utilisé au futur exprime un désir ou un souhait (j'aimerais manger avec toi). Utilisé au passé, il exprime un souhait non accompli ou une déception (si seulement j'avais mangé avec toi; j'aurais aimé manger avec toi). Pour exprimer un souhait direct (je veux manger avec toi), l'utilisation du mode désiratif est préférable, mais peut quand même être exprimé avec l'optatif au présent

Le potentiel

Le potentiel exprime le niveau de probabilité que l'action était, est ou sera accompli selon l'interlocuteur. Il existe trois niveaux de potentiel: le bas potentiel, le bon potentiel et l'excellent potentiel.

Bas potentiel: -(u)fe
Bon potentiel: -(u)f
Excellent potentiel: -(u)fo

Le désiratif

Le désiratif exprime un souhait immédiat et peut remplacer le verbe "vouloir". Il ne s'utilise qu'au présent.Le désiratif se forme en ajoutant le suffixe -(u)tce.

Le permissif

Le permissif exprime une autorisation. Le permissif est utilisé en ajoutant le suffixe -(u)co.

Le précatif

Le précatif exprime une demande. Le précatif est formé en ajoutant le suffixe -(u)lle.

Notes

  1. Le système d'écriture du dhaliran est toujours en cours de réflexion. Davantage d'informations seront données lorsque d'une version définitive sera créée.
  2. tsem est un vieux mot datant des débuts de la création de la langue. Celui-ci sera bientôt changé.