Composé

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Mot

Un mot composé, à l'inverse d'un mot agglutiné est un mot dont les divers composants (radicaux) sont séparés,

soit par un (des) trait(s) d'union : rez-de-chaussée
soit par un (des) espace(s) : pomme de terre.

Dans ce dernier exemple, on a bien affaire à un mot composé et non pas à une locution figurée, comme dans "pomme de discorde"[1].

Flexions

Le plus difficile, pour les mots composés, c'est de les fléchir correctement (les langues isolantes étant épargnées de ce genre de vicissitude), ainsi, selon la nature de leurs composants, ceux-ci varient... ou non. On écrira "des portes-fenêtres", mais "des porte-parole"[2].

Idéolangues

  • Chaque composant d'un mot composé aneuvien a son propre accent tonique. Les flexions de ces mots sont aussi problématiques qu'en français avant 1990 ; raison pour laquelle la tendance est, autant que possible, comme en français, à l'agglutination.

Passé

Le passé composé est un temps accompli, formé d'un auxiliaire ("avoir" ou "être") au présent et du verbe du procès au participe passé. Son équivalent est le preterito perfecto compuesto, lui aussi considéré comme passé. Son équivalent grammatical (present perfect) est, lui, considéré comme présent.

Idéolangues

  • Cette forme grammaticale existe également en espéranto, elle utilise cependant toujours le verbe esti (être) avec le participe passé (en -inta) :
Mi estas skribinta = j'ai écrit.
  • On le trouve également en psolat, avec l'auxiliaire haver :
Hɑve кʀɪвɪd = Il a écrit
  • ainsi qu'en uropi, avec l'auxiliaire avo (avoir) :
Tu av skriven = Tu as écrit.

  1. Jadis, on trouvait aussi comme séparateur l'apostrophe, laquelle a été remplacée
    soit par un trait d'union : grand'mère, grand'place → grand-mère, grand-place ;
    soit par une agglutination : entr'aide, entr'acte → entraide, antracte.
  2. Mot toujours invariable avant 1990.