Cherk

Un article de Ideopedia.

Cette page contient des caractères spéciaux.

Si vous avez des problèmes pour les afficher (carrés blancs, points d'interrogation), veuillez consulter la page d'aide Unicode.


  Cherk
Çârkiijk
 
Année de création 1993
Auteur Nikura
Régulé par
Nombre de locuteurs 0
Parlé en
Idéomonde associé Zapomna
Catégorie Idéolangue artistique
Typologie Langue a posteriori
Alphabet Latin
Lexique 100 mots
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_CHK

Le Cherk (nom original Çârkiijk [ʧɒrki:xk]) est une langue artificielle, créée par Nikura en 1993 et abandonnée quelques mois plus tard. Il s'agissait d'une langue romane directement calquée sur le latin, mais extrêmement déroutante par son orthographe. Cette langue se plaçait alors dans le même contexte que le Tatsique à l'exception du fait que le nom Naroda n'existait pas encore. Le territoire en était légèrement différent et répondait au nom de Cherkie.

Dans la Zapomna telle qu'elle est aujourd'hui décrite, la Cherkie est un pays voisin de la Naroda. On peut donc considérer l'existance d'une forme de langue néo-cherk (non encore décrite cependant).


Sommaire

Historique

Le Cherk se place directement dans la continuation de la langue Grig, marquant un changement radical en constituant la première langue consciemment a posteriori de l'auteur. La langue cherk fut une conlang fort instable et changeante, qui ne fut jamais vraiment fixée en tant que telle.

La première version de la langue correspond à une langue non décrite et sans origine particulière, mais d'inspiration celtique. Puis vint une version décrite, fortement inspirée du latin, dont il faut préciser que c'est cette version qui sera décrite majoritairement ici.

Plus tard, cet étrange latin vulgaire fut envahi de mots slaves et finit par devenir (ou vouloir être) une langue slave... C'est alors qu'elle changea de nom pour devenir le Vladeur. Il s'agissait d'une langue slave fortement influencée par sa forme latine antérieure.

Phonologie

La phonologie du Cherk était quelque peu extravagante pour une langue romane si proche du latin, et les traitements résultaient quelque peu improbables. De ce qui est resté, puisque seules quelques bribes n'ont pas été perdues, la langue se caractérisait par la fréquence du son écrit "ùi" (prononcé [œj]) ainsi que de la nasale ù correspondant au "un" français. Le nom même de la langue, çârkiijk nous rapelle également la prononciation [x] de la lettre j et la notation ç pour [ʧ].


Morphologie

La grammaire du Cherk était très proche de celle du latin mais simplifiée. Ainsi la langue connaissait une déclinaison à quatre cas (nominatif, accusatif, génitif, datif), dont les terminaisons étaient assez simples : N. - ; A. -ié ; G. -ae ; D. -iè. Peu d'autres informations nous sont parvenues.


Lexique

Le lexique du Cherk était directement dérivé du latin, bien que parfois fort méconnaissable, tel que le montrent ces exemples.

  • UNUS (un) > oin [ɔjn]
  • QUINQUE (cinq) > çâm [ʧɒm]
  • SEX (six) > sex [sεks]
  • SEPTEM (sept) > sëpt [sœpt]
  • OCTO (huit) > okt [okt]
  • APIS (abeille) > api [ˡapi], pl.: apici [ˡapiʃi]
  • CIV- de CIVIS (citoyen) > çav [ʧav] (= je suis)
  • CUM (avec) > çù (ex.: stia çù me [ˡstia ʧœ̃ mε] = reste avec moi)
  • EO (je vais) > eo [eo] (le verbe IRE latin se conjugait ainsi : eo, is, it, imus, itis, eunt ; et le Cherk le déclinait comme suit : eo, is, ist, imus, itis, (e)unt)