Charnière

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Définition[1]

Structure de mots

La charnière est l'élément central, l'articulation autour de laquelle est constitué un mot-valise. Ainsi, dans escrotale, la charnière est "cro", commune à "escroc" et à "crotale", l'élément supprimé est le deuxième C de "escroc".

Grammaire

Le terme peut aussi être utilisé en grammaire pour évoquer le cas des mots permettant la jonction et la fusion de deux propositions indépendantes au sein d'une phrase complexe : ce phénomène syntaxique est connu sous le nom de transformation binaire. Ces mots-charnières sont le plus souvent des conjonctions.


Emplacement et apparence

En principe, la charnière est commune à la fin du premier élément du mot et au début du deuxième (cf. l'exemple précédent) ; mais il n'est pas exclu que celle-ci soit au début, ou à la fin du mot (alicament), selon la position de l'élément commun dans chaque mot. On peut même trouver une charnière au cœur d'un des deux éléments. Certaines charnières sont en deux parties, ainsi en est-il de celle de "franglais".

Niveaux de charnières

On peut défnir les mots valises selon le nombre de lettres communes aux éléments qui les composent. Ainsi...

les charnières dites "faibles" sont constituées que d'une lettre, quelle qu'en soit la motivation, comme le O de "pianocktail" (B. Vian) ;
les charnières "mi-fortes" ou "moyennes" sont constituées de deux lettres ou plus, mais ne constituant pas une syllabe : "Objeu" ;
les charnières "fortes" qui constituent au moins une syllabe, comme dans les exemples ci-dessus (alicament, escrotale) ;
les charnières composées, en (au moins) deux morceaux, comme dans "franglais".

Idéolangues

Aneuvien

L'aneuvien fait entre autres appel aux mots-valises pour enrichir son dictionnaire. La position de la ou des charnières de ceux-ci est des plus diverses, ainsi, on peut trouver rylnoot de

ryln = beau
loot = bien

pour la traduction de la locution "bel et bien".

Il existe également des mots à deux charnières distinctes, comme fejàlespis (cocktail), les deux charnières étant le J et le premier S.

Des charnières d'un type un peu particulier

Certains mots-valises aneuviens ont des charnières de type différents de celles énoncées ci-dessus. Ce ne sont pas des charnières "par superposition" (une lettre (ou un groupe de lettres) commune à deux éléments différents), mais des charnières "par adaptation". Ce sont des lettres comme le Ċ, le Ψ, le X ou le Ż qui jouent ce rôle. Elles correspondent en fait, à la fusion d'un T, d'un P, d'un D ou d'un K du premier élément[2]avec le S (ou le Z) initial du deuxième. Ainsi en est-il du mot lexent, signifiant "lecteur" (appareil qui lit), dont la charnière : X, est le résultat de la fusion du K de lek (lire) avec le S de sent (appareil).

Elko

La seule lettre abde (ou la seule rune) susceptible de servir de charnière en elko, c'est le W (ou bien le ᚹ), notamment quand il s'agit d'un élémnt commun entre la coda du spécificateur et l'attaque du catégorisateur, comme dans tuwano (thym), obtenu par imbrication de TUW (soldat) et WAN (végétal).

Origine du lien externe

Wikipédia.

Liens


  1. Non homologuée par l'Académie ; il s'agit juste de la transposition du mot à une application linguistique. Mais ce n'est pas un néologisme pour autant, le mot existe bel et bien.
  2. On peut éventuellement avoir comme élément de fusion, un B, un D ou un G, ceux-ci susceptibles d'être dévoisés. Toutefois, la rencontre d'un B avec un Z ne donnera pas un Ψ et il n'y aura pas de charnière.