Cenda

Un article de Ideopedia.

  Diaosxat
Diaosxat
 
Année de création 2021
Auteur Hyeronimus
Régulé par
Nombre de locuteurs
Parlé en
Idéomonde associé Ouramea
Catégorie Langue artistique
Typologie
Alphabet
Lexique
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_DIA

Le Cenda est une idéolangue créée en 2021 par Hyeronimus.

Historique: les langues Melakaciennes

Le Lakchmi est un vaste ensemble de pays aux cultures plus ou moins apparentées qui s’étend sur des milliers de kilomètres depuis la chaîne des Géantes Blanches jusqu’au Cap Varati. Son histoire est tumultueuse, faite de guerres et d’empires qui se font et se défont jusqu’à la formation d’une confédération d’États indépendants unis par une constitution. On y trouve sept langues principales, des dizaines de langues moins répandues et une foule de dialectes. Le Cenda, le Munbalik, le Cãlgha, le Navagri, le Bã’ca’prãtca et le Çiphradec  descendent toues du Melakac, d’où leur nom de langues melakaciennes. Le Navagri emprunte cependant une grande part de son lexique au Vincani et le Bã’ca’prãtca et le Çiphradec au Mectelif, qui sont comme le Melakac des langues mortes appartenant au même groupe des langues lakchmis. Le Cübala est pour une grande part une langue melakacienne mais plus de la moitié de son lexique vient du Zainay, une langue qui n’a aucun lien avec les autres. Toutes ces langues ont cependant une phonologie assez proche et une grammaire commune Je parlerais surtout ici du Cenda qui est la langue lakchmi la plus parlé

Prononciation

ã \a\
a \ɑ\
à \aj\
ä \aɑ\
e \e\
i \i\
o \o\
u \u\
ü \y\
‘ voyelle longue
b \b\
c \ʃ\
ç \ç\
k \k\
d \d\
f \f\
g \g\
j \ʒ\
l \l\
ll \ʎ\
m \m\
n \n\
p \p\
r \ʁ\
r’ \ɻ̩\
s \s\
t \t\
v \v\
w \w\
y \j\
z \z\
h consonne appuyée

structure de la phrase

Le Cenda ne fonctionne pas selon le principe sujet/verbe/objet mais agent/verbe/patient avec comme règle que le patient est toujours avant le verbe.
Il y a deux types de verbes, «extraverti» et « introverti»

  • Un verbe est extraverti quand on a un agent qui agit sur un patient distinct de lui. Dans ce cas, l’agent est le plus souvent après le verbe

ni’ta loçinoti kacikra « le paysan récolte le grain » (ici on a objet, verbe, sujet).
Cela ne change pas quand le patient ou l’agent ne sont pas explicites :
ni’ta loçinoti « le grain est récolté, on récolte le grain »
loçinoti kacrikra « le paysan récolte »
Il est permis que l’agent soit avant le patient sous une forme sujet, objet verbe
kacikra ni’ta loçinoti
Mais on évite de l’employer quand le sens de la phrase n’est pas clair.

  • un verbe est introverti quand l’agent agit sur lui-même. Dans ce cas le sujet est toujours avant le verbe.

neroa dra’vha « le chien court »
neroa sa’baci « le chien dort »

  • Avec certains verbes, le sujet n’a pas d’action réelle sur l’objet. C’est notamment le cas pour les verbes de perception (« voir », « entendre ») ou exprimant un sentiment (« aimer », « détester »). Ils font néanmoins partie des verbes extravertis et emploient la même structure.

kukti neroa lino’dal « le poulet entend le chien »
neroa kukti lolabhrä « le chien a peur du poulet »
Cela correspond donc en général à la distinction entre verbes transitifs et intransitifs. Mais les verbes impersonnels (notamment ceux relatifs aux intempéries) et les verbes où le sujet subit passivement un processus sont des verbes extravertis. Dans ces derniers cas, ce qui est sujet en Français devient un objet dans les langues lakchmis et se place avant le verbe.
bã’lä rar’oti « l’enfant grandit »
neroa lolukcata « le chien vieillit »

çarbã loda’vri « il pleut du vin »