Calque

Un article de Ideopedia.

  • On parle de calque linguistique dans les cas où les néologismes reproduisent par traduction le sens d'un mot existant dans une autre langue : "gratte-ciel", pris de sky-scrapper.


Il s'oppose à la notion d'emprunt, où le mot est utilisé sans traduction dans des termes utilisés par la langue emprunteuse : "football".


  • On parle de calque sémantique lorsqu'un terme reproduit exactement d'une langue à une autre le même champ sémantique, le même spectre signifiant. Un calque sémantique ne posera pas de problème de traduction et d'interprétation. Certains calques trahissent l'origines du traducteur d'un texte (gallicismes, anglicismes, héllénismes etc).
  • On peut parler de calque grammatical lorsqu'une idéolangue (mixte ou a posteriori) reprend trait pour trait une règle d'une autre langue.
L'imparfait du participe aneuvien est un calque du progressive preterit anglophone.
En interlingua et en uropi (entre autres), le parfait, de par sa structure (auxiliaire + participe passé), est un calque de nombreuses formes romanes de passé composé (preterito perfecto) + l'anglais (present perfect).
La déclinaison volapük est, de par ses cas (mais non les flexions qui en découlent), un calque de la déclinaison allemande (nom. gén. dat. acc.).