Braal

Un article de Ideopedia.

  braal
braal
 
Année de création 2014
Auteur Herr Kouak'
Régulé par
Nombre de locuteurs
Parlé en
Idéomonde associé oui
Catégorie Langue artistique
Typologie Langue a posteriori
Alphabet Kesnovt
Latin (transcription)
Lexique
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_BRL


Le braal est une idéolangue créée par Herr Kouak' en 2014.

Sommaire

Historique

Selon la diégèse de l'auteur, les langues de l'humanité découlent d'une seule et unique langue, bâtarde de l'elfique et du kouril : le rehenien. Celle-ci, disparue depuis, eu deux filles : le pulh et le brahan. C'est de cette dernière, en filiation directe que découle le braal. C'est une langue isolée, en cela qu'elle à évoluée depuis sa naissance sans contact aucun avec une autre. C'est, en d'autre termes, une langue relativement mixte, mêlant des mots complètement ex-nihilo, comme braal (vent), à des construction a-posteriori, piqué de l'allemand (participe passé régulier en ke-). L'allemand étant censé être (diégèsiquement parlant) une fille croisée du brahan.

Alphabet & prononciation

Le Braal n'a jamais eu de contact avec les langues européennes, il ne se note donc pas avec l’alphabet latin, ce qui est le cas de toutes les autres langues de l'Ustie. Le Braal se note en alphabet kesnovt ("soufflé"), mais se retranscrit fort bien en alphabet latin :

Aa
Bb
Dd
Ee [ə]
Vv [f]
Gg [dʒ]
Hh (aspiré ou soufflé selon les cas)
Ii
Jj [j]
Kk
Ll
Mm
Nn
Oo
Pp
Rr
Ss
Tt
Uu [ u ]
Ww [v]
Zz
Ää [e]
Ëë [ə:]
Eueu [œ]
Üü [y]
aa [a:]
uu [u:]

Morphologie

Grammaire

Genre et nombre

Il n'existe pas à proprement parlé de genre en Braal. On classe les noms en deux catégories : le neutre et le commun, ainsi :

le commun 
Ot braal : le vent
Ot il : le fils
Ot braalil : l'homme (humain)
Ot snov : le souffle, la vie
le neutre 
Ob luk : le tonnerre
Ob nuz : le ciel
Ob eunk : la mort
Ob tolik : l'écrit, le texte

Au singulier neutre, le défini est 'ob', au singulier commun, 'ot'. L'indéfini n'existe qu’au singulier et est confondu au neutre et au commun : 'ej'.

  • Ej kül braal. "Un vent froid."

Au pluriel, l'article est 'üb' au neutre, 'üt' au commun.

  • Üt braale älen küle. "Les vents sont froid."

On remarque que 'vent' et 'froid' on prit la marque -e. C'est la marque du pluriel qui se prononce (facultatif) en allongeant la consonne finale du mot.

Enfin, un dernier nombre : l'absence de quantité (y'a t-il un nom à ce nombre, je n'en ai pas trouvé?). Calque du 'kein' allemand, on aura : 'nej', à l'indéfini neutre et commun. Pour le défini, on aura respectivement 'nob' et 'not' (au défini, le nom prend la marque -e).

Les deux expriment une nuance : d'absolu pour le défini, de relatif pour l'indéfini :

  • E'kap nej kluk "Je n'ai pas de chance (en ce moment)"
  • E'kap nob kluke. "je n'ai pas de chance (du tout)"

Les genres ne sont pas réellement fixe (il ne sont en fait que théorique) : on pourra trouver Ot eunk qui aura dans ce cas un sens plus fort, ou poétique. Ainsi, Üt tolike désignera des textes sacrés, religieux.

Syntaxe

Lexicologie

Chiffres et nombres

0 : siv
1 : ah
2 : isn
3 : san
4 : kvir
5 : vün
6 : sek
7 : siehb
8 : ak
9 : nü
10 : ashar
11 : ahz
12 : isnash
13 : sanashar
14 : kvirashar
15 : vünashar
16 : sekash
17 : siehbash
18 : akashar
19 : nüshar
20 : isnik
30 : sanik
40 : kvirik
50 : vünik
100 : miah
1000 : alv

Échantillon

Exemple de texte

Idéomonde associé : Le XXX

Liens

Notes