Bisémie

Un article de Ideopedia.

Version du 17 août 2017 à 13:57 par Anoev (Discuter | Contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

La bisémie est la situation dans laquelle un mot peut avoir deux acceptions selon les contextes. Il apparaît comme une forme particulière de polysémie.

Il existe un cas particulier de bisémie, c'est celui qui consiste à exprimer un sens et son contraire, ou bien, un sens tour à tour laudatif et péjoratif ; soit successivement (évolution du sens d'un mot au cours de son histoire) soit simultanément, ce qui peut relever du tour de force.

  • À l'origine, le mot "propagande" renvoyait à la Bonne Parole (de Dieu) qui devait être propagée (d'où le nom) de par le monde par ses représentants (missionnaires, notamment). Depuis le milieu du XXe siècle, et notamment la 2de guerre mondiale, ce mot a pris un tour franchement péjoratif, où toute information diffusée par "les gens d'en face" (quels qu'ils soient) n'est que vile propagande.
  • C'est à cette époque que fut publié 1984, le célèbre roman dystopique de George Orwell décrivant notre monde, partagé en trois États totalitaires dont l'Océania, où habite le protagoniste Winston Smith, fonctionnaire du Parti au Ministère de la Vérité[1]. À l'époque où se déroule le roman, L'Angsoc expérimente une arme linguistique pour assurer sa mainmise sur les "citoyens" océaniens : la novlangue où apparaissent certains mots basés sur la "doublepensée" (en un seul mot !).
Ainsi, canelangue signifie-t-il
verbiage, bavardage ; quand il vise un opposant au Parti
éloquence ; quand il en qualifie un membre zélateur.
D'autres mots comme "noirblanc" utilisent cette bisémie très particulière, ici plus proche de l'oxymore.

On trouve également un mot aneuvien comme dinkàpdu signifiant agent de change, agent boursier, trader.

Les deux éléments extrêmes sont identiques :
diner = argent (monnaie)
= personne.
L'ambigüité vient de l'élément central : -kàp-, reposant sur une homonymie :
soit un nom commun : kàp (-e) = "tête" : une "tête" en matière d'argent.
soit un verbe : kàp (-ta, -téa) = capter : un personnage qui capte de l'argent.



  1. ... où il est chargé de falsifier les archives.