Autoenchâssement

Un article de Ideopedia.

L'autoenchâssement est une opération syntaxique qui consiste à insérer une phrase dans une autre de même valeur, c'est-à-dire une proposition relative dans une proposition relative, une proposition conjonctive dans une proposition conjonctive, etc. On parle aussi de propositions imbriquées ou propositions gigognes.

J'ai appris que tu étais partie avant que je finisse le travail.

Ce type de phrase est particulièrement alambiqué et est sujet à équivoque: en effet, on ne sait pas trop de quel verbe la deuxième proposition est le complément ; est-ce

avant que je finisse le travail que j'ai appris ? (pas d'enchâssement)
avant que je finisse le travail que tu es partie ? (enchâssement)

En général, on est sauvé par la syntaxe et on dit alors, dans le premier cas :

Avant que je finisse le travail, j'ai appris que tu étais partie.


Le problème est moins aigu avec les propositions relatives dans la mesure où le pronom relatif a une fonction dans chacune des propositions : Dans la phrase française proposée ci-dessous (elko)

  • le premier "qui"
reprend le mot "élève"
est sujet du verbe "a pris"
  • Le deuxième "qui"
reprend le mot "stylo", COD de "a pris"
est sujet de "était".


Idéolangues

Elko

En elko, l'autoenchâssement n'existe pas. Les propositions sont séparées par un point-virgule.

Etebo giba nabo ; ho nabrozoe ga. = L'élève qui a pris le stylo qui était dans sa trousse... (L'élève a pris le stylo ; il était dans la trousse.)