Arwelo

Un article de Ideopedia.

  Arwelo (Arwelo)  
Année de création 2012
Auteur Djuna de Lannoy
Régulé par
Nombre de locuteurs 2
Parlé en
Idéomonde associé
Catégorie Idéolangue auxiliaire
Typologie Langue mixte
Alphabet Latin, 25 lettres
Arkitco
Lexique
Version 1.0 beta
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_AWL

L'Arwelo est une langue auxiliaire construite de type mixte à vocation internationale, dont la création répond à l'envi de créer la langue la plus facile et instinctive possible. Sa caractéristique principale est de permettre aux locuteurs de connaitre un maximum de mots sans jamais les avoir appris, et de pouvoir deviner la signification de ceux qu'ils n'ont jamais entendu en se basant sur la cohérence de formation des mots et l'étymologie souvent onomatopéique.


Sommaire

Écriture et phonétique

Le système d'écriture utilisé est l'alphabet latin, sans le Q:

l'arwelo comporte donc officiellement 25 lettres :

  • 5 voyelles (a, e, o, i, u)
  • 2 semi-consonnes (y, w)
  • 18 consonnes (k, c, s, t, f, p, g, j, z, d, v, b, h, l, n, x, r, m)

L'ordre des lettres est organisé en groupes : Les voyelles, les semi-consonnes, les consonnes sourdes, les consonnes voisées et les consonnes n'ayant pas d'équivalence sourde/voisée. Dans chaque groupe, les consonnes sont classées par point d'articulation, des dorsales aux labiales en passant par les coronales.


Lettre Prononc. API Équiv. Français Appellation
VOYELLES
a /a/ a a
e /e̞/ è e
o /o̞/ o o
i /i/ i i
u /u/ ou u
SEMI-CONSONNES
y /j/ y (yoyo) ya
w /w/ w (western) wa
CONSONNES SOURDES
k /k/ k ka
c /ʃ/ ch, sh ca
s /s/ ss, ç sa
t /t/ t ta
f /f/ f fa
p /p/ p pa
CONSONNES VOISÉES
g /g/ g (guerre) go
j /ʒ/ j jo
z /z/ z zo
d /d/ d do
v /v/ v vo
b /b/ b bo
CONSONNES SANS ALLOPHONE
h /h/ h ha
l /l/ l la
n /n/ n na
x /x/ kh (Khalid, Bach, Juan) xo
r /r/ r roulé ro
m /m/ m mo


En arwelo, toutes les lettres se prononcent et s'écrivent comme elles se prononcent (une lettre = un son, un son = une lettre). Le son d'une lettre n'est jamais modifié par les lettres voisines, hormis dans quelques cas pour faciliter la prononciation :

  • Si le N précède un K ou un G, il peut être prononcé /ŋ/ (comme dans "camping") ou /n/, qu'il soit ou non entre deux racines d'une composition lexicale.
  • Si le C, le S, le J ou le Z sont précédés d'un T ou d'un D, la prononciation doit être affriquée.
  • Si une consonne voisée précède une consonne sourde, la première peut être assourdie. Si une consonne sourde précède une consonne voisée, la première peut être voisée.
  • On peut prononcer un /ə/ svarabhaktique (un schwa / e caduc, comme dans "je") dans le cas où l'on on n'est pas capable de prononcer une suite de consonnes, notamment due à une composition lexicale.


Arkitco

L'arwelo possède également son propre lettraire. Ce système d'écriture a été créé dans un souci de logique, de simplicité et de cohérence, en systématisant l'alphabet latin de manière à ce que :

  • les lettres dont la prononciation est proche aient une graphie proche
  • la graphie des lettres voisées ne diffèrent de leur allophone sourde que par une nuance
  • les lettres typographiées ressemblent davantage aux lettres cursives
  • l'écriture cursive soit plus rapide.


Arkitco
Voyelles
a e o i u
Semi-consonnes
y w
Consonnes sourdes
k c s t f p
Consonnes voisées
g j z d v b
Autres consonnes
h l n x r m


L'arkitco ne fait pas usage de lettres capitales, mais tolère l'utilisation de majuscules (lettres agrandies).
Comme on peut le voir, les lettres voisées s'écrivent toutes avec une boucle. Pour retranscrire le "R" français, il suffirait donc d'écrire le "Xo" () comme ceci:

Exemple d'écriture en arkitco
Alphabet latin UNA KITCOYUNO A VERSARA DELO A TCA RETOY
Olu tco dakese libi i mui lu susonko i retoy.
Ley suci mingo i sixo, i ji miseyi kon yaketa geyo.
Arkitco typographié
En français ARTICLE PREMIER DE LA DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.
Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.


Diacritiques

Les seules diacritiques utilisées en arwelo sont:

  • l'accent aigu, qui indique l'accent tonique dans les verbes conjugués au volitif
Exemple
peli = parler
pelí = parle
  • et le háček (caron), qui se place sur la voyelle de la syllabe dont le flux est ingressif (inspiré). Il n'est donc utilisé que pour retranscrire des onomatopées dans les récits, bandes dessinées...
Exemple
hǎǎ = effet de surprise
pwě = un bisou
tǐ = signe d'agacement:
hǐho = cri de l'âne
xǒ sss = respiration de quelqu'un qui dort


Intonation

Dans un mot à plusieurs syllabes, l'accent tonique tombe toujours sur la syllabe qui précède la terminaison grammaticale (les syllabes créées par la prononciation d'un ə svarabhaktique ne comptent pas), sauf pour les verbes conjugués au volitif.

Exemples
atci (éternuer)
peli (parler)
pelia (parlé)
ripeli (contredire)
male (elle) ---> le radical est le, il n'y a pas de terminaison grammaticale
malea (son, sa, à elle)


Grammaire

Terminaisons grammaticales

Tous les mots ont une racine invariable, le radical, à partir duquel on peut former le substantif, le verbe, l'adjectif et l'adverbe.

  • O : Le substantif finit toujours par un -o. Pour mettre un nom au pluriel, on peut rajouter un -y à la fin du mot, mais ce n'est pas obligatoire (tco = humain / tcoy = humains / bi tco = deux hommes / bi tcoy = deux hommes)
  • I : Le verbe se finit toujours par un -i. Ce dernier est toujours invariable à l'indicatif, et les temps sont indiqués au moyen d'adverbes.
  • A : L'adjectif se finit toujours par un -a. Il est toujours invariable.
  • E : L'adverbe se finit toujours par un -e. Il est toujours invariable.
Exemple avec « pel- »
pelo : parole
peli : parler
pela : oral, parlant
pele : oralement
Remarque:

Dans le cas de certains mots d'usage très courant (les prépositions, les adverbes non dérivés, les nombres, les pronoms personnels, les conjonctions), la dernière lettre n'a aucune signification grammaticale.
Ex: me (je), bi (deux), sa (donc), ki (est-ce que)...


Flexions du verbe

En plus des terminaisons, il existe quelques flexions du verbe.

  • Pour le participe passé / passif (adjectif verbal), on ajoute au verbe la terminaison -a de l'adjectif.
  • Pour le gérondif (adverbe verbal), on ajoute au verbe la terminaison -e de l'adverbe.
  • Pour former le substantif relatif au verbe, on ajoute la terminaison -o du substantif.
  • Pour le conditionnel, on ajoute au verbe la terminaison -u.
Exemples
peli (parler) + a = pelia (parlé) : Franswelo si pelia en kosa iko (le français est parlé dans beaucoup de pays)
goli (boire) + e = golie (en buvant) : Me golie nyami (Je mange en buvant)
peli (parler) + o = pelio (parleur) : Pelio si mea bapo (Celui qui est en train de parler est mon père)


Verbes dérivés

  • Si la racine désigne une propriété ou un état, alors la forme verbale signifie en principe : "avoir cette propriété ou cet état"
Exemples
djola (rouge) > djoli (être rouge)
mila (beau/belle) > mili (être beau/belle)
tcaha (chaud/chaude) > tchahi (être chaud/chaude)
  • Si la racine désigne un instrument, un appareil, un outil... alors la forme verbale signifie en principe : "utiliser cet outil pour son usage habituel"
Exemples
gito (guitare) > giti (jouer de la guitare)
vrumo (voiture) > vrumi (rouler en voiture)
dito (doigt) > diti (toucher du doigt)
  • Si la racine désigne une substance, alors la forme verbale signifie en principe : "fournir de cette substance, garnir de cette substance"
Exemples
ako (eau) > aki (arroser, mouiller)
awo (air) > awi (aérer)
doro (or) > dori (dorer)
  • Si la racine désigne une personne, un animal ou une chose animée, alors la forme verbale signifie en principe : "être ou agir comme une telle personne, un tel animal, une telle chose"
Exemples
kingo (roi) > kingi (régner)
wawo (chien) > wawi (se comporter comme un chien)
ondo (vague, onde) > ondi (onduler)


Adjectifs dérivés

Il arrive parfois que plusieurs adjectifs puissent dériver d'une même racine. C'est notamment le cas de "am-" (aimer, amour). Dans un tel cas, le contexte suffit pour déterminer à quel adjectif on a affaire.

  • Si l'adjectif est qualificatif (il exprime l'état du sujet ou une action réalisée par celui-ci), c'est un adjectif dérivé de la forme verbale. Le sens d'un adjectif dérivé du verbe équivaut au sens de ce dernier au participe présent.
Exemples
ami (aimer) > ama (aimant = qui aime = amoureux)
- "ama matco" (femme aimante = femme qui aime = femme amoureuse)
doki (avoir peur) > doka (ayant peur = qui a peur = apeuré)
- "doka bato" (homme ayant peur = homme qui a peur = homme apeuré)
mapi (materner) > mapa (maternant = qui materne)
- "mapa mayako" (sœur maternante = sœur qui materne, qui agit comme une mère)
  • Si l'adjectif est relationnel (qui exprime une relation comme un complément du nom), c'est un adjectif dérivé du substantif (non gradable). Le sens d'un adjectif dérivé du substantif équivaut à un complément du nom (de + ce substantif).
Exemples
amo (amour) > ama (d'amour = amoureux)
- "ama miseyo" (relation d'amour = relation amoureuse)
doko (peur) > doka (de peur)
- "doka kyako" (cri de peur)
mapo (mère) > mapa (de mère = maternel)
- "mapa seyo" (comportement de mère = comportement maternel)


En gros, une "femme amoureuse" ne peut faire référence à une "femme d'amour" car, outre le fait que ça ne veuille rien dire, l'adjectif est qualificatif puisqu'il exprime l'état du sujet.
De même, une "relation amoureuse" ne peut faire référence à une "relation qui aime" car, outre le fait que ça ne veuille rien dire, l'adjectif est relationnel puisqu'il fait office de complément du nom.


Article

Il n'y a pas d'article en arwelo. Le caractère défini ou indéfini est indiqué par le contexte.
Si on veut insister sur l'unité de ce dont on parle, on utilise l'adjectif numéral "un" (1). Si on veut insister sur la quantité indéfinie de ce dont on parle, on utilise avec l'adjectif indéfini "yu" (quelque, un, un certain...).

Exemple
Me si batco = Je suis un homme
Me si batco ka kudyese peli na te = Je suis l'homme qui t'a parlé hier


Genre

L'arwelo ne fait pas de distinction entre les noms masculins et féminins. Le genre est indiqué par les préfixes ba- (masculin) et ma- (féminin).

Exemples
tco = humain suso = être vivant
batco = homme basuso = mâle bao = masculin
matco = femme masuso = femelle mao = féminin


Pronoms

Les pronoms personnels sont:

1ère personne
du singulier
Me ------------>
* Bame
* Mame
Je, moi
* Moi, je (masculin)
* Moi, je (féminin)
2ème personne
du singulier
Te ------------->
* Bate
* Mate
Tu, toi
* Tu, toi (masculin)
* Tu, toi (féminin)
3ème personne
du singulier

(êtres animés)
Le ------------->
* Bale
* Male
Il, elle, lui
* Il, lui
* Elle
3ème personne
du singulier

(choses ou concepts)
Lo -------------> Il, elle
1ère personne
du pluriel
Mey ----------->
* Bamey
* Mamey
Nous
* Nous (masculin)
* Nous (féminin)
2ème personne
du pluriel
Tey ----------->
* Batey
* Matey
Vous
* Vous (masculin)
* Vous (féminin)
3ème personne
du pluriel

(êtres animés)
Ley ----------->
* Baley
* Maley
Ils, elles, eux
* Ils, eux
* Elles
3ème personne
du singulier

(choses ou concepts)
Loy -------------> Ils, elles

En plus des pronoms les plus courants, il y a également :

Su ------> Soi (renvoie au sujet de la phrase, de la proposition)
Uso ------> On (jamais employé à la place du pronom "nous")


Pronoms/adjectifs possessifs

Pour créer des pronoms possessifs, des adjectifs possessifs ou des adjectifs dérivés des pronoms personnels, on ajoute la terminaison -a de l'adjectif à ces derniers.

  • Mea = mon, ma, mes, mien, miens, mienne, miennes
  • Tea = ton, ta, tes, tien, tiens, tienne, tiennes
  • Lea / Sua = son, sa, ses, sien, siens, sienne, siennes
  • Meya = nos, notre, nôtre, nôtres
  • Teya = vos, votre, vôtre, vôtres
  • Leya = leur, leurs

...

Exemples
Me si tea miko (je suis ton ami)
Me si teya miko (je suis votre ami)
Teya mikoy si mea (vos amis sont les miens)
Tea miko si meya (ton ami est le nôtre)


Corrélatifs

SENS Interrogatif
(que, quoi)
Démonstratif
(ce, ça)
Indéfini
(quelque)
Indifférencié
(n'importe)
Collectif
(chaque)
Alternatif
(autre)
Négatif
(non, rien, aucun)
KI- TI- Y- PY- OL- AL- NOY-
Chose ou
situation
-O kio
(que, quoi)
tio
(cela, ça, ce, cet)
yo
(quelque chose)
pyo
(n'importe quoi,
n'importe quelle chose)
olo
(tout, chaque chose)
alo
(autre chose)
noyo
(rien, aucune chose)
Individu ou
désignation
-U kiu
(qui, lequel, quel)
tiu
(celui-ci, celui-là, cet)
yu
(un, quelqu'un,
un certain)
pyu
(n'importe quel,
n'importe qui)
olu
(tous, chacun, chaque)
alu
(un autre,
quelqu'un d'autre)
noyu
(personne, aucun)
Qualité -A kia
(de quelle sorte de)
tia
(tel, cette sorte de)
ya
(quelconque,
une sorte de)
pya
(n'importe quelle sorte de,
le moindre)
ola
(toute sorte de)
ala
(autre,
d'une autre sorte de)
noya
(aucune sorte de)
Manière -E kie
(comment, comme)
tie
(ainsi, tellement,
comme ça)
ye
(en quelque sorte,
d'une certaine façon)
pye
(n'importe comment,
n'importe quelle manière)
ole
(de toute manière)
ale
(autrement)
noye
(nullement,
en aucune façon)
Raison -AS kias
(pourquoi)
tias
(pour cette raison,
aussi, c'est pourquoi)
yas
(pour quelque raison,
pour une raison)
pyas
(pour n'importe
quelle raison)
olas
(pour toute raison)
alas
(pour une autre raison)
noyas
(pour aucune raison)
Lieu -EN kien
(où)
tien
(là)
yen
(quelque part)
pyen
(n'importe où)
olen
(partout)
alen
(ailleurs)
noyen
(nulle part)
Temps -ES kies
(quand, lorsque)
ties
(alors)
yes
(un jour, une fois)
pyes
(n'importe quand)
oles
(toujours)
ales
(une autre fois)
noyes
(jamais)
Quantité -OS kios
(combien)
tios
(tant, autant)
yos
(une certaine quantité)
pyos
(n'importe quelle quantité)
olos
(tout)
alos
(d'une autre quantité)
noyos
(rien du tout)
Appartenance -AC kiac
(de qui, duquel)
tiac
(de celui-là)
yac
(de quelqu'un)
pyac
(à n'importe qui)
olac
(de tous,
à tout le monde)
alac
(de quelqu'un d'autre)
noyac
(de personne)


Les pronoms relatifs sont u (individu ou désignation), o (choses ou situations), en (lieu), es (temps), et ka (universel). Le pronom "ka" peut être utilisé à la place de n'importe quel autre pronom, mais il est possible de l'omettre tant que la phrase reste compréhensible.

Exemple
La personne dont je te parle = uso u me peli na te = uso ka me peli na te = uso me peli na te


Conjugaison

La conjugaison se fait au moyen de particules de temps. Les deux particules de temps, qui se placent juste avant le sujet, sont:

  • ku: pour le passé
  • pu: pour le futur


Il y a également 3 autres adverbes qui permettent de préciser l'aspect de ce temps. Ils se placent juste avant le verbe:

  • kwe: pour une action accomplie (aspect accompli)
  • se: pour une action en cours (aspect progressif / duratif)
  • pwe: pour une action inaccomplie (aspect inaccompli)


TEMPS CONSTRUCTION EXEMPLE
Passé normal KU + sujet + verbe Ku me nyami (Je mangeais, je mangeai)
Passé perfectif KU + sujet + KWE + verbe Ku me kwe nyami (J'avais mangé, j'eus mangé)
Passé progressif KU + sujet + SE + verbe Ku me se nyami (J'étais en train de manger)
Passé inaccompli KU + sujet + PWE + verbe
Ku me pwe nyami (J'allais manger / J'étais sur le point de manger)
Présent accompli Sujet + KWE + verbe Me kwe nyami (J'ai mangé)
Présent normal Sujet + verbe Me nyami (Je mange)
Présent progressif Sujet + SE + verbe Me se nyami (Je suis en train de manger)
Présent inaccompli Sujet + PWE + verbe
Me pwe nyami (Je vais manger / Je suis sur le point de manger)
Futur inaccompli PU + sujet + PWE + verbe Pu me pwe nyami (Je serai sur le point de manger)
Futur progressif PU + sujet + SE + verbe Pu me se nyami (Je serai en train de manger)
Futur antérieur PU + sujet + KWE + verbe Pu me kwe nyami (J'aurai mangé)
Futur normal PU + sujet + verbe Pu me nyami (Je mangerai)

Volitif (impératif)

((KU/PU +) Sujet + (adverbe de temps +))
verbe avec intonation sur la dernière syllabe

(Te) nyamí !
(Mey) nyamí

(Mange !)
(Mangeons !)
Conditionnel (KU/PU +) Sujet + SA + verbe Me sa nyami (Je mangerais)

Les particules et adverbes de temps peuvent également servir à conjuguer dans les modes volitifs et conditionnel

Exemples
Mey kwe nyamí ! = Ayons mangé !
Ku me sa nyami = J'aurais mangé


Remarque:

Les temps ne sont pas strictement les mêmes qu'en français, ce tableau n'a donc qu'une valeur pédagogique. L'absence des adverbes d'aspect ne signifie pas que l'action est ou n'est pas accomplie/parfaite. De plus, préciser le temps est facultatif du moment qu'il l'est par le contexte.


Syntaxe de phrase

L’arwelo est une langue centripète dont l’ordre des constituants habituel est SVO (Sujet-Verbe-Objet), mais on peut librement modifier cet ordre tant que le complément d’objet direct ne précède pas le sujet. Les typologies SOV et VSO sont donc aussi correctes, tandis que les typologies VOS, OSV et OVS ne sont pas permises. Il est bien sûr possible de placer le Complément d’Objet Indirect (COI) ou le Complément Circonstanciel n’importe où dans la phrase. Certaines règles sont établies et certaines tendances conseillées :

  • Les prépositions se placent toujours au début du groupe prépositionnel.
  • Les conjonctions précèdent toujours la proposition qu'elles introduisent.
  • L'adjectif précède généralement le substantif.
  • Les adverbes précèdent généralement l'expression qu'ils modifient.

En outre, l'arwelo peut être parlé avec des ellipses. C'est-à-dire qu'on peut omettre des éléments de la phrase si le contexte est établi.

Exemple
Me siki as me kwe sinisi mea myawo (je suis triste parce que j'ai perdu mon chat) > Siki as sinisi myawo (être triste car perdre chat)


Accusatif et accusatif de mouvement

  • ACCUSATIF

La restriction quant à l’usage de certaines typologies rend le marquage de l’accusatif inutile, ce qui fait du nominatif le seul cas grammatical de l’arwelo.


  • ACCUSATIF DE MOUVEMENT

La préposition "na" sert également pour indiquer un changement de lieu avant une préposition qui ne le précise pas (ex: dans, sur, sous...), ou après un verbe qui ne sous-entend pas forcément un changement de lieu.

Exemple
Myawo hobi sob gosilo = Le chat saute sur le lit (il y était déjà, il y reste)
Myawo hobi na sob gosilo = Le chat saute sur le lit (il n'y était pas encore)


Interrogation

Pour former une question, soit on ajoute "ki" (traduisible par "est-ce que") au début de la phrase, soit on utilise les mots interrogatifs.

Exemples
Ki le nyami? = Est-ce qu'il mange?
- ha, le nyami = Oui, il mange
- no, le goli = Non, il boit
Kias le no nyami? = Pourquoi ne mange-t-il pas?
- As le no gori = Parce qu'il n'a pas faim

La particule interrogative "ki" est généralement suivie du mot qu'il interroge, mais ne peut pas modifier l'ordre sujet-verbe à moins d'utiliser la particule de l'accusatif, ce qui pousse à utiliser une autre formulation pour interroger sur le sujet.

Exemples
Ki le kudyese mendi tio? = Est-ce qu'il a acheté ça hier?
Ki tio le kudyese mendi? = Est-ce ça qu'il a acheté hier?
Ki kudyese le mendi tio? = Est-ce hier qu'il a acheté ça?
Ki le ka kudyese mendi tio? = Est-ce lui qui a acheté ça hier?


Négation et affirmation

Pour faire une phrase négative, il suffit de placer le mot "no" devant le mot qu'il nie. Pour insister sur l'affirmation d'une phrase, il suffit de placer le mot "ha" devant le mot qu'il affirme.

Exemple
Me no nani = Je ne chante pas
No me nani = Ce n'est pas moi qui chante
Me ha nani = Je chante vraiment
Ha me nani = C'est vraiment moi qui chante
Remarque:

Pour éviter la confusion entre "non, je chante" et "ce n'est pas moi qui chante", on marque une pause pour la phrase négative (no, me nani), et on met l'intonation sur le "no" dans le second cas (nó me nani). Idem pour l'affirmation.


Vocabulaire

Le vocabulaire est à la fois inspiré de certaines langues, à la fois complètement inventé : c'est ce qu'on appelle une langue construite mixte.

À la façon de l'espéranto, l'arwelo utilise un système régulier et extrêmement productif grâce auquel, par composition lexicale et l'utilisation judicieuse d'affixes, le vocabulaire de base indispensable à la communication se trouve drastiquement réduit. À base d'un radical, on peut déduire l'équivalent de dix mots dans une langue nationale. A l'exception des adverbes non dérivés, tous les mots se forment sur le modèle suivant: (préfixe(s)) + racine + (suffixe(s)) + terminaison(s) précisant la nature grammaticale du mot.


Formation des mots

Dans les mots composés de plusieurs radicaux, l’élément déterminant précède le déterminé:

  • nanipo = "oiseau chanteur" (ipo = oiseau)
  • ipnano = "chant d'oiseau" (nano = chant)

La formation des mots suit des schémas réguliers et sans limitation arbitraire :

  • wawo = chien
  • wawa = canin
  • wawi = agir comme un chien
  • wawe = à la manière d'un chien
  • mawawo = chienne
  • bawawo = chien (mâle)
  • wawido = chiot
  • wawaro = meute de chiens
  • kowawo = gros chien
  • towawo = petit chien
  • towawi = agir comme un petit chien
  • etc.

Lorsqu'un mot composé crée une suite de consonnes imprononçable, on peut prononcer un -ə svarabhaktique entre les deux radicaux. Son utilisation est facultative et dépend donc de la difficulté que le locuteur ressentira pour prononcer fluidement la combinaison des lettres créées par la fusion des radicaux.

Exemples de cas où le -ə- de liaison est utile
élire = vot (vote) + taci (donner) = vottaci = vot-ə-taci

...


Etymologie des mots

Beaucoup de mots de l'arwelo ont une étymologie onomatopéique. Malgré la grande diversité dans la manière de retranscrire un son selon les différentes régions du monde, les onomatopées et les interjections partagent généralement le même mode d'articulation. Les mots sont donc créés sur base du son le plus communément utilisé.
Pour le reste, l'arwelo puise dans le lexique de diverses langues, et principalement parmi les plus étudiées dans le monde.


Affixes

Préfixe Signification Exemple
ba- Masculin tco = humain / batco = homme
bo- Parenté par alliance po = parent / bopo = beau-parent
da- Provenance, à partir de, depuis fi = faire / dafi = produire
di - Sens contraire fisa = facile / difisa = difficile
li - Dispersion taci = donner / litaci = distribuer
ex- Ancien, qui n'est plus wedisi = se marier / exwedisi = divorcer
ko- Augmentatif (très) yona = bon / koyona = excellent
ku- Antériorité, pré- peli = parler, dire / kupeli = prédire
ke- ............Soudaineté, action commençante............ ci = avoir / keci = acquérir
ma- Féminin bebo = mouton / mabebo = brebis
mi- Réciprocité, inter- peli = parler / mipeli = converser
mu- Même, co- agi = penser (que) / muagi = être d'accord
nal- trans-, de l'autre côté, vers autre pazi = passer / nalpazi = traverser, passer de l'autre côté
nel- Au travers pazi = passer / nelpazi = traverser, passer à travers
pu- Postériorité, post- deso = jour / pudeso = lendemain
pul- Au-delà de pazi = passer / pulpazi = dépasser
re- Répétition, de nouveau fi = faire / refi = refaire
ri- Opposé à, en sens inverse zo = aller / rizo = retour
to- Diminutif boto = bâton / toboto = bâtonnet
wan- Mauvais, erreur cogo = compréhension / wancogo = malentendu
xu- Péjoratif wawo = chien / xuwawo = clébard
Suffixe Signification Exemple
-ad- Action qui dure ou se réitère pelo = parole / pelado = discours
-af- Fait de ; résultat d'une action ; -tion nyami = manger / nyamafo = nutrition
-an- Membre d'une collectivité, adhérent, adepte sito = ville / sitano = citadin(e)
-ar- Ensemble, collectif obo = arbre / obaro = forêt
-eb- Possibilité cogi = comprendre / cogeba = compréhensible
-ef- Capacité pagi = payer / pagefa = solvable
-em- Penchant, tendance aya = douloureux / ayema = douillet(te)
-en- Lieu goli = boire / goleno = bar
-es- Temps, moment noko = obscurité / nokeso = nuit
-et- Qualité miko = ami / miketo = amitié
-ey- Manière afi = agir / afeyo = agissement
-id- Descendant myawo = chat / myawido = chaton
-if- Causatif ; rendre tel, faire devenir tcaha = chaud(e) / tcahifi = chauffer
-ij- Obligation passive fi = faire / fija = à faire
-il- Ce qui sert à, dont la fonction est de ; outil, ustensile zidzi = scier / zidzilo = scie
-ind- Mérite veragi = croire / veraginda = crédible
-ir- Appareil électrique wofo = vent / wofiro = ventilateur
-is- Statif ; devenir tel djana = vieux / djanisi = vieillir
-ism- Doctrine konuzi = partager / konuzismo = communisme
-oy- Manifestation concrète, chose nyami = manger / nyamoyo = nourriture
-uc- Contenant sindo = cendre / sinduco = cendrier
-ug- Dirigeant, chef sito = ville / situgo = maire
-un- Particule, fraction, unité haro = chevelure / haruno = cheveu
-us- Individu, personne kexifi = enseigner / kexifuso = enseignant

Retranscription des mots étrangers

On s'efforce de retranscrire phonétiquement les noms propres et les mots d'origine étrangère n'ayant pas d'équivalent en arwelo, de manière à garder la prononciation la plus proche de celle du pays d'origine, mais leurs dérivés suivent les règles de la langue. Il faut alors rajouter la terminaison grammaticale après un tiret.

Exemples
katana = "katana" ----> manier le katana = "katana-i"
djembé = "djembe" ----> jouer du djembé = "djembe-i"
Kinshasa = "Kincasa" ----> Kinois = "Kincasa-uso"
Moscou = "Moskwa" ----> Moscovite = "Moskwa-uso"
Bruxelles = "Brusel" ----> Bruxellois = "Brusel-uso"
New-York = "Nyuyork" ----> New-Yorkais = "Nyuyork-uso"


Les noms de personnes doivent aussi être retranscrit phonétiquement le plus fidèlement possible

Exemples
Lev Trotski ----> Lev Trotski
Vladimir Ilitch Oulianov ----> Vladimir Ilyitc Ulyanov
Friedrich Engels ----> Fxitxic Engels
Karl Marx ----> Karl Marks
Che Guevara ----> Tce Gebara
Albert Einstein ----> Albext Aynctayn
Michael Jackson ----> Maykel Djakson


Pour les noms de pays, on utilise le nom du pays ou sa racine tel qu'il est nommé sur place, en y rajoutant -iko (pays)
Si le nom du pays contient déjà un suffixe signifiant "pays" (land, stan, guó...) ou si la dernière syllabe de celui-ci se prononce déjà en "-ik-", on le remplace par -iko.

Exemples
France (France), Français ----> Fransiko, Franso
Belgique (België, Belgique, Belgien), Belge ----> Belgiko, Belgo
Espagne (España), Espagnol ----> Espaniko, Espano
Pays-Bas (Nederland), Néerlandais ----> Nederiko, Nedero
Allemagne (Deutschland), Allemand ----> Doytciko, Doytco
Chine (Zhōnghuá), Chinois ----> Tcongiko, Tcongo
Japon (Nippon), Japonais ----> Niponiko, Nipono
Corée du Nord (Chosŏn), Nord-Coréen ----> Tcosoniko, Tcosono
Corée du Sud (Hanguk), Sud-Coréen ----> Haniko, Hano
Égypte (Miṣr, Maṣr), Égyptien ----> Meseriko, Mesero
Maroc (al-Maghrib), Marocain ----> Magrebiko, Magrebo
Burkina Faso (Burkina Faso), Burkinabè ----> Burkinaiko, Burkinao
Mexique (México), Mexicain ----> Mexiko, Mexo
Argentine (Argentina), Argentin ----> Arxentiniko, Arxentino
Finlande (Suomi), Finlandais ----> Suomiko, Suomo
Thaïlande (Pratet Thaï), Thaïlandais ----> Thaiiko, Thaio
Afrique du Sud (South Africa...), Sud-Africain ----> Sudafriko, Sudafro
Turquie (Türkiye), Turc ----> Turkiko, Turko
Pakistan (Pākistān), Pakistanais ----> Pakiko, Pako
Afghanistan (Afganistan), Afghan ----> Afganiko, Afgano


Le nom des langues et des dialectes se traduit par l'adjectif correspondant à cette langue + le mot "welo" (langue, dialecte).

Exemples
français ----> "fransa welo" ou "franswelo"
anglais ----> "ingla welo" ou "inglwelo"
espagnol ----> "espana welo" ou "espanwelo"

Je parle le français = me fransweli / me franse weli


Nombres

Voir Nombres (arwelo)


Autres liens

Autres langues