Amuïssement

Un article de Ideopedia.

L'amuïssement d'une lettre (voyelle ou consonne) est le fait de ne pas prononcer cette lettre, ou alors légèrement, bien qu'elle soit écrite. Cet amuïssement peut avoir plusieurs causes: grammaticale, lexicale, par commodité phonique... il peut être permanent ou épisodique (prononciation d'une lettre théoriquement amuïe pour cause de liaison : "trop aimable !").

Lorsque cet amuïssement porte sur la dernière lettre d'un mot on parle de phonème évanescent.

On tâchera de ne pas confondre avec l'apocope qui est la disparition, y compris orthographique, d'une ou souvent de plusieurs lettres à la fin d'un mot.

Sommaire

Le français et l'amuïssement

La langue française est une des langues (si ce n'est la langue !) les plus sujettes à l'amuïssement de ses lettres : plus de la moitié de l'alphabet est concerné !

Lettres amuïes

Lettre Quelques exemples
A Août[1]
B Plomb
C Banc, blanc[2]
D Il pond, il tond
E Féminin, nombreuses conjugaisons
F Clef, cerf
G Coing, poing
H Hirondelle, hommage
L Fusil, outil
Lettre Quelques exemples
N dans -ent (conjugaison)
P Drap, trop
R Infinitif du
premier groupe
S Pluriel, nombreuses conjugaisons
T Nombreuses conjugaisons

Mots en -art, -at etc.

X -eux, -ix, -oux
Z Nez, rez-de-chaussée
Deuxième personne
du pluriel

Amuïssements étranges

Une place de schwa

Le E est très certainement la lettre la plus souvent amuïe dans la langue française, y compris à l'intérieur d'un mot. C'est, très souvent dû au voisinage du mot en question. Le premier E de "fenêtre" (un schwa) se prononcera ou non selon ce qui précède le F :

La fenêtre : /lafnɛtʁ/
La grande fenêtre : /la gʁɑ̃dfənɛtʁ/[3]

Haché menu

Le vrai H aspiré [h] n'existe pas en français, à l'instar du H de die Hand en allemand. En français, le H ne se prononce pas et sert, au mieux, à couper une liaison :

Les héros : /le eʁo/
Les héroïnes : /lezeʁɔin/

Lettre amuïe, mais qui laisse des traces

Le E (encore lui !) même amuï, influe sur la prononciation de certaines lettres qui le précèdent, notamment le S. Ce S, situé entre deux voyelles (dont notre E amuï) devient voisé et se prononce [z]. Il est même possible qu'il eût été amuï sans la présence de ce E :

Pris /pʁi/
Prise /pʁiz/

Prix de gros

Le record de l'amuïssement étant incontestablement la terminaison de nombreuses conjugaisons de la troisième personne du pluriel : -ENT.

Au delà du tunnel

La langue anglaise est également un exemple bien fourni en lettres amuïes, comme le -B de lamb, le K- de know ou le W- de write, pour ne citer que ceux-ci. Toutefois, à la différence du français, le -S final (pluriel des noms et 3me personne du singulier des verbes au présent) se prononce systématiquement.

Idéolangues

Aneuvien

La seule voyelle susceptible de s'amuïr à la fin d'un mot, et encore, seulement sous certaines conditions, c'est le E.

Les consonnes ne sont amuïes que lorsqu'il y a une difficulté évidente de prononciation (chapelets de consonnes).

Elko

En elko, l'amuïssement ne concerne que la lettre "o" en affixe, et quasiment systématiquement en suffixe :

Taltano (sapin) se prononce /taltano/ le "o" est suggéré ou parfaitement inexistant dans la langue courante.

Sambahsa-mundialect

Le E est systématiquement amuï en fin de mot, mais il antétiorise le U [y] si celui-ci en est séparé d'une seule consonne en avant. :

Partiture /paʁtiˈtyʁ/ (partition).

Liens


  1. Mais "aoûtien" /ɑusjɛ̃/, "aoûtat" /ɑutɑ/.
  2. Mais "blanche" /blɑ̃ʃ/.
  3. La prononciation /la gʁɑ̃dəfnɛtʁ/ paraîtra, au mieux dialectale ; au pire étrange.