Améthyque

Un article de Ideopedia.

  Améthyque
Améthyque
 
Année de création 2012
Auteur Lethoxis
Régulé par
Nombre de locuteurs 1
Parlé en
Idéomonde associé Thysteön
Catégorie
Typologie
Alphabet Latin et Tevika
Lexique 1800 mots
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_AME

Le Améthyque est une idéolangue créée en 2012 par Lethoxis.

Sommaire

Historique

L'améthyque est né en 2012 à partir d'un essai à la réalisation d'un système de cryptage inspiré de l'alphabet grec. Constitué de 26 lettres, il s'est développé jusqu'en 2014 et a maintenant 196 caractères. En 2015 son vocabulaire a commencé à se créer, ainsi que sa grammaire, conjugaison... La langue continue de se développer aujourd'hui.

Alphabet & prononciation

L'améthyque utilise donc un système d'écriture propre mais est retranscrit au moyen de l'alphabet latin.

Les lettres

Toutes les consonnes sauf le H se prononcent, même si elles sont en fin de mot.

  • Le E se prononce comme en français, mais s’il est placé après un H, il se prononce soit [è] s’il n’est pas en fin de mot, ou s’il l’est, alors il est muet.
  • Le X se prononce [ks] sauf quand c’est un X’ qui est le pronom "JE" abrégé. Il se prononce [kz].
  • Le Z se prononce toujours [s], sauf quand il est en fin de mot ou qu’il porte un tréma, alors il se prononce [z].
  • Le symbole æ se prononce [av], et est un préfixe indiquant la répétition d'un mot. Par conséquent ; æaud se prononce [avaud] et veut dire "reprise".

Les diacritiques

  • L'accent aigu modifie le son de la lettre sur laquelle il est (á = ai / é = é / í = in / ú = eu / ó = ou)
  • Le tréma force la voyelle à se prononcer indépendamment des autres (än = ane / ën = enne, ...) Sans tréma, les sons sont les mêmes qu'en français.
  • L'accent circonflexe ne change aucun son. Il précise la contraction d’un tréma alors devenu inutile.

La phrase

Les phrases simples

Tout à fait similaires au français ; elles se construisent en Sujet + Verbe + Compléments. Je suis gentil > Mi verti anŷ

Les phrases complexes

Les phrases complexes en français sont souvent accompagnées de particules comme "ce que, ce dont..." En Améthyque on ne traduit pas ces particules : J'aime ce que tu fais > X'etën vi känta

Cependant les pronoms tels que "quand, qui..." sont parfois indispensables pour la compréhension d'une phrase ("J'aime quand il parle" et "J'aime ce dont il parle" seraient pareilles). On ajoute alors le pronom "quand".

J'aime quand il parle > X'etën pän ei kovv || J'aime ce dont il parle > X'etën ei kovv

Les questions

Les questions se forment toujours de la même manière : Pronom + Verbe + Sujet + C1 + C2

  • Le pronom est parfois inexistant, alors on commence par le verbe.
  • Tout le verbe est en deuxième position. En français on sépare quelques fois l'auxiliaire du participe passé ("es-tu allé..."), mais jamais en améthyque.
  • C1 désigne le complément sur lequelle la question est posée. C2 les autres compléments

Exemple : Combien d'amis as-tu rencontré dans cette école ? > Pó ämé tradiled vi änÿn dën as îper ?

La négation

La négation est exprimée par la particule na qui se place toujours avant le verbe. Je ne chante pas > Mi na kauza.

COD et COI

Comme en anglais, on ne mettra jamais un COD ou un COI avant le verbe comme "Je t' aime" mais on dira "J'aime toi ". Exemple : Je te vois > Mi tradé vis

Les phrases impersonnelles

Des phrases comme "Il pleut" ou "Il fait beau" sont traduites sans pronom, juste avec un verbe conjugué. Il pleut > Fa

  • Les verbes être et avoir en tournure impersonnelle ("Verti"/"Ämé") signifient "C'est" et "Il y a".

Formations de mots

Les pronoms

Avec les pronoms personnels [à droite] on peut construire les pronoms possessifs et réfléchis correspondants. Les pronoms possessifs : on ajoute un L. Les pronoms réfléchis : on ajoute un S.

  • Mon/ma/mes = mil, Ton/ta/tes = vil... Son/sa/ses = eis
  • Moi = mis, Toi = vis, Lui = Eis...

Attention en français "son", "lui", "leur" sont pour le masculin et pour le féminin, mais il faut les différencier en améthyque (eis/eias...)

Les verbes

En améthyque il existe 4 terminaisons d'infinitifs possibles, qui les classent dans un groupe de conjugaison. Il y a donc des verbes en -ar, -er, -ir et -or.

Tous les verbes ont un seul infinitif, mais peuvent avoir jusqu'à deux conjugaisons différentes.

  • Le verbe ämer est l'infinitif avoir, et n'a qu'une seule conjugaison. [X'ämé = J'ai]
  • Le verbe vertir est l'infinitif être et vivre et a deux conjugaisons. [Mi verti = Je suis / Mi vertuo = Je vis]

Vertir peut donc vouloir dire être ou vivre. Les verbes qui ont deux conjugaisons ont généralement un sens proche comme ici être et vivre, ou bien milotir qui veut dire protéger ou prendre soin de.

Il n'y a qu'une terminaison par conjugaison et par temps. Il n'y a pas de différence entre "suis" et "êtes" par exemple (=verti). Celles du présent sont : AR > -a/-é | ER > -é/-ën | IR > -i/-uo | OR > -au/-ovv. Les deux terminaisons par verbes correspondent donc aux deux sens possibles d'un infinitif.

Les adverbes

A partir de n'importe quel adjectif, on peut rajouter le suffixes -lön qui fait d'un adjectif un adverbe. Vard = Grand --> Vard-lön = Grandement

Oui et Non

Il existe deux manières de dire oui et deux manières de dire non. Cela dépend de la phrase précédente :

  • Si phrase/question est affirmative : Oui = Zo et Non = Fa
  • Si phrase/question est négative : Oui = Jo et Non = Da

Exemple : Tu m'entends ? Réponse = Zo ou Fa || Tu n'aimes pas ? Réponse = Jo ou Da

"De"

En améthyque on ne met pas de "de" (=êd) quand on caractérise quelque chose.

  • Une plage de sable > Al gänil gal

Mais quand il s'agit de la possession on ne met que la particule ê (que l'on peut coller si c'est un prénom).

  • La langue de Louis > A eth êKëndos | Le jouet du chat > I jowi ê ómii

Les Temps

Les temps simples

  • Présent : -Ar > a / é -Er > é / ën -Ir > i / uo -Or > au / ovv

Ex : Käntar> Känta | Känté


  • Futur proche : Le futur proche, comme en français se compose de la deuxième conjugaison du verbe Aller (Ondar), soit « Ondé », puis d’un infinitif.

Ex : Je vais le faire > Mi ondé käntar eis


  • Participe présent : Si le radical du verbe ne comporte pas de "ó", alors on ajoute la terminaison -ón à ce radical. S'il en comporte un, on ajoute -ön.

Le participe présent est souvent utilisé comme un temps simple, et exprime une action en train d'être réalisée

Ex : Käntar > Käntön // Yónir > Yóniön | Je suis en train de me laver > Mi waléón mis


  • Participe passé : Le R final de l'infinitif est remplacé par un D. Utilisé comme un temps simple, il décrit un passé proche.

Comme le participe présent il peut être utilisé comme un temps simple et exmprime un passé très proche.

Ex : Käntar > Käntad | Je viens de le faire > Mi käntad eis


  • Imparfait : On ajoute un L en fin de verbe conjugué. Les verbes finissant par -ovv prennent une terminaison en –ow, de même pour les verbes finissant par –ën deviennent–ëm.

Ex : Käntar > Käntal | Käntél // Novor > Novaul | Now // Jéner > Jénél | Jénëm


  • Futur : On ajoute la terminaison du présent à l'infinitif du verbe.

Ex : Käntar > Käntara | Käntaré


  • Conditionnel présent: Le Conditionnel se forme avec les terminaisons du Présent légèrement modifiées. Elles varient en fonction de ces dernières et non pas en fonction de la terminaison infinitive.

–A > af -É> ex -Ën > ew -I > if -Uo > ux -Au > of -Ovv > ox

Ex : Käntar > Käntaf | Käntex


  • Parfait : Le parfait est un temps non présent en français qui désigne une action accomplie ; ainsi le verbe "vivre" conjugué à l'optatif veut dire "avoir fini de vivre", soit "être mort" dans ce cas.

L'emploi de ce temps renforce l'aspect de fin, d'accomplissement. Le parfait se contruit en rajoutant la syllabe -sa après les terminaisons du présent. (Les -ën deviennent -ënesa, et les -ovv deviennent -ovesa) Ex : Mi käntasa mil dur = J'ai fini mon travail

Les temps composés

  • Passé composé : Il se forme de la même manière qu’en français, avec l'auxiliaire Avoir au présent, suivi du participe passé du verbe.

Ex : Mi ämé käntad = J'ai fait


  • Plus-que-parfait : Idem, il se forme avec l'auxiliaire Avoir à l'imparfait, suivi du participe passé du verbe.

Ex : Mi ämél käntad = J'avais fait


  • Futur antérieur : Idem : Auxiliaire Avoir au futur, suivi du participe passé du verbe.

Ex : Mi ämeré käntad = J'aurai fait


  • Conditionnel passé : Auxiliaire Avoir au conditionnel présent, suivi du participe passé du verbe.

Ex : Mi ämex käntad = J'aurais fait


Liens

Notes