Adnébou sc

Un article de Ideopedia.

  Adnebou  
Année de création 2011
Auteur Anoev[1]
Régulé par
Idéolangue associée Plusieurs possibles
Idéomonde associé
Système alphabet ou abjad
Nombre de caractères
Catégorie a posteriori[2]
Sens d'écriture Plusieurs possibles
Chasse régulière
Ligature détachée
Chambre monocamérale
Fonction
Version


L'ADNÉBOU

L'adnébou (adaptation du nébou), dit aussi "Nébou adapté" est une adaptation de l'abjad "Nebou" (originairement conçu pour le kelep par Ziecken Azuris), pour d'autres langues.

Sommaire

Intérêt

L'adnébou peut être considéré comme un système de codage plus que comme le mode d'expression écrite d'une langue[3]. Certains procédés de codage peuvent exploiter le caractère symétrique de l'ensemble des lettres.

Présentation

Lettres

Les symboles ressemblent aux nébougrammes, puisque l'adnébou n'est pas un système d'écriture distinct. Toutefois, certaines lettres sont rajoutées, notamment des voyelles, afin de pouvoir le rendre compatible avec d'autres idéolangues, voire des langues naturelles. Certaines lettres adnébou n'ont pas la même signification que les nébougrammes, afin leur donner une compatibilité avec le plus de de lettres ou de sons possibles.

Disposition

Contrairement au nébou, où les symboles (lesquelles servent aussi bien de lettres que de chiffres) sont disposés en modules ; la version adaptée (aux autres langues) est linéaire, en boustrophédon voire en spirale ; chaque symbole devant, comme dans tout alphabet, être lue comme une entité propre à l'intérieur d'un mot et non comme l'élément d'un module, lequel représentant un mot.

Transcription

En plus du sens de lecture (linéaire, boustrophédon, etc...), on peut transcrire l'adnébou

-soit en tant qu'alphabet (avec les voyelles) ou abjad (sans)
-soit en tenant compte soit de l'orthographe du mot, soit de sa transcription phonétique.

Nombres

Il n'y a pas de système propre à l'adnébou. Toutefois comme pour le kelep, la numération est gématrique, on prendra bien soin, per conséquent d'ENCADRER tout nombre de deux (lequel n'est pas un signe d'addition).

Tableaux

Consonnes et ponctuation

Adnebou Haut Double haut Bas Double bas Centre Double centre
symbole A.P.I. exmpl. symbole A.P.I. exmpl. symbole A.P.I. exmpl. symbole A.P.I. exmpl. symbole A.P.I. exmpl. symbole A.P.I. exmpl.
Gauche b B, P ɮ DL (xhosa), ZL (ANV) d D d͡z DZ g G, GU l L
Double
gauche
β, v B grec, BH, V ʀ ʁ R, RR ð Δ, DH, TH (eng.) d͡ʒ DŽ, ŻH, Ĝ ɢ GH ɫ Л, LL (angl.) LH
Droit p P, П ɬ ç LL (gallois)
(i)CH, SH, SL
t T t͡s C, Z, Ċ k K, C, QU ɲ Ñ, NY, GN, NJ
Double droit ɸ, f Φ, PH, QB, F x, χ, h, ʔ CH, J, X, Ĥ, HH, H θ TH, Þ t͡ʃ C(i), CH, Ĉ, ĊH q KH, Q ŋ NG
Centre s S, SZ, ß ʃ SCH, S,
SC, Ŝ
SH, CH
z Z, S ʒ J, Ĵ, Ž, ZH début/fin

de nombre

(
Double centre m M ʙ BB n N ʙ̥ PP ) !

Voyelles et ponctuation

Voyelles orales Voyelles nasales Ponctuation (suite)
symbole A.P.I. exmpl. symbole A.P.I. exmpl. symbole exmpl.
ɐ a ɑ ʌ A ɑ̃ AN, EN, ÃO, AṄ »
e ɛ œ ə ø E, Æ, Œ, Ö ɛ̃ IN, (i)EN, ÕE, Ę «
I i ɪ ɨ I, Y, Ы, И, J — -
o ɔ ɑu O AU, Å ɔ̃ ON, Ą, ŒṄ ?
u U, W, OU, OE, У œ̃ UN, OEṄ, ĔṄ :
y ʏ Y, Ü, U, Ù ;

Le point étant inchangé.

La ponctuation peut être "glissante", ainsi, on aura, selon le sens de la lecture[4]:

« » : ;

Nébougrammes &
caractères adnébou originaux

Nébougramme
Caractère
adnébou


Mode de fonctionnement

Qu'on l'utilise comme méthode de codage, ou bien pour fabriquer (le radical d')un mot à partir d'un autre, la méthode reste sensiblement la même :

On prend un mot que l'on retranscrit directement en adnébou, par une des méthode mentionnée ci-dessus (alphabétique ou phonologique[5]), on trourne le mot à ±90° ou 180°, ou bien on utilise le reflet, puis on retranscrit dans l'autre sens. En cryptographie, il n'est pas vraiment indispensable que le mot soit prononçable (même si ça peut être souhaitable) ; pour la création d'un mot, c'est indispensable !

Ainsi, le mot français "plâtre" (mais on met de côté les diacritiques) donnera-t-il . Une fois retourné à 180°, on aura  ; ce qui donne TchBEGnD. En cryptographie, ça peut passer, comme mot prêt à l'emploi, on repassera ! Les mots les mieux adaptés (ceux qui nécessitent le moins de "charcutages" après transcriptions) seront les mots les plus équilibrés en consonnes et voyelles. Si on retranscrit "bateau" comme on a retranscrit "plâtre" : "BATO", on aura  ; retourné de 180°, on aura OBET, "françisable" en aubette.



  1. Sur une idée originale de Ziecken : le nebou.
  2. ... puisque directement pris du nebou qui, lui, est un système a priori.
  3. À ce titre, la présentation des messages peut encore être rendue plus mystérieuse par l'adoption du stoïchédon.
  4. Les autres signes (parenthèses, !, ?) ne bougent pas.
  5. On choisira la plus adaptée, ainsi, le mot français "bateau" ne sera guère applicable en mode alphabétique, puisque formé d'un trigramme vocalique en fin de mot, qui donnera une lettre inexploitable : le U n'étant représenté dans la langue de Molière que par un .