Accent tonique

Un article de Ideopedia.

L'accent tonique met en relief l'émission d'une syllabe dans un mot en augmentant l'intensité de la voix.Il permet de "rythmer" la phrase à la diction, mais peut également avoir une importance lexicale (empêcher des homophonies) voire grammaticale. Il est placé le plus souvent sur la dernière, l'avant-dernière (espéranto, polonais...) ou la première (finnois, tchèque...) syllabe d'un mot. Dans certaines langues, il n'a plus qu'une valeur indicative (cf plus haut) et ne se reconnaît pas nécessairement à la diction. Dans certaines langues, l'accent tonique est très régulier (toujours sur la même syllabe, quoi qu'il arrive), dans d'autres, cette place peut être modifiée et cette modification est, le plus souvent signalée par la présence d'un signe diacritique à l'endroit de la syllabe (voyelle, souvent) accidentellement accentuée. On distinguera également l'accent de hauteur de l'accent d'intensité.

Description plus détaillée dans cette page de Wikipédia

Sommaire

Idéolangues

Aneuvien

L'accent tonique aneuvien est, en principe, placé sur la première syllabe d'un mot. Toutefois, cette règle est assez fréquemment invalidée :

par les mots contenant des sons vocaliques longs (toujours accentués) en dehors de la première syllabe :
saṅkœr (appartenir) est accentué sur le Œ [uː] : /sɑ̃nˈkuːʁ/ ;
par des mots contenant un accent[1], quelle que soit son orientation :
tep eg puzéa (que je sois parti) est accentué sur le É [e] : /pyˈzeɐ/
làjaltyn (affection) est accentué sur le À [a] : /ˈlajɐltən/
par la place des mots dans la phrase afin d'éviter une diction trop "hachée" et pour permettre certaines distinctions :
àr klime (les amours) : /ˈaʁklim/
ar klime (ils aiment) : /ɐʁˈklim/.

Elko

En elko, l'accent tonique se place sur le catégorisateur.

Exemple : Kandulo torche.

Autres langues

Autre article externe

Agora-Vox


  1. À l'exclusion de tout autre diacritique.