Œ

Un article de Ideopedia.

  Œ œ
(E dans l'O)
 
Graphies
Capitale Œ
Bas-de-casse œ
Alphabets
Langues naturelles anglais, français, vieux norrois
Idéolangues Aneuvien, API, Initial Teaching Alphabet
Codification
Windows Œ : Alt + 0140
œ : Alt + 0156
Mac Œ : Maj + Alt + o
œ : Alt + o
Linux Œ : AltGr + Maj + o
œ : AltGr + o

Le Œ est un caractère additionnel de l'alphabet latin, il est formé de la ligature d'un O et d'un E.

Sommaire


Alphabet latin

Aa Bb Cc Dd Ee Ff Gg Hh Ii Jj Kk Ll Mm Nn Oo Pp Qq Rr Ss Tt Uu Vv Ww Xx Yy Zz
Caractères additionnels
Ææ ß Ʒʒ Ŋŋ Œœ Ȣȣ Ʃʃ Þþ Ɣɣ Ƿƿ Ȝȝ

 


Histoire

Le Œ (absent des machines à écrire ![1]) est très souvent malmené par les imprimeurs, les professionnels de la signalisation et considéré comme inapplicable dans les adresses d'internautes, ou il est systématiquement remplacé par son voisin non lié :

Voyant l'oesophage de l'homme déchiqueté et dégusté par un banc de coelacanthes, sa soeur eut un haut-le-coeur et tourna de l'oeil.

Variantes

  • (œ culbuté) :

Lettre proches

Langues naturelles

Anglais

Latin

Le Œ était utilisé pour les emprunts de mots grecs contenant la diphtongue « οι » (oi). Au départ écrit oe, la ligature est apparu au moyen âge en partie parce que la diphtongue notée par oe s’est monophtonguée en [eː] dès les premiers textes littéraires.

Français

Le Œ est un digramme lié, présent notamment dans la langue française. Il se prononce [e] s'il est suivi d'une consonne (œsophage, cœlacanthe...) ou bien... [œ] s'il est suivi d'une voyelle (souvent U, parfois I : mœurs, œil).

Vieux Norrois

La ligature œ est utilisée dans la graphie savante moderne du vieux norrois, pour représenter la voyelle longue /øː/, par opposition au caractère spécial ø, qui représente la voyelle brève /ø/.

Idéolangues

Aneuvien

Afin de réagir au traitement infligé à cette lettre, le concepteur de l'aneuvien prit parti d'avoir deux orthographes pour la présentation du O/E, chacune avec une prononciation et un traitement différent. Ainsi, à la différence du OE qui se prononce [œː] et dont chaque lettre est distincte dans un classement alphabétique, le Œ, prononcé [uː] et considéré comme une lettre à part entière, bien distincte du O... et du digramme OE, par conséquent.

Liens


  1. Sur les machines entièrement mécaniques, il fallait ruser avec le retour de chariot pour "attacher" le e au o; ce qui créait un espace anormalement grand entre le "digramme" obtenu et la lettre suivante. Cette ruse ne marchait pas avec les machines électriques.