Édouard Croegaert

Un article de Ideopedia.

(Différences entre les versions)
(Nouvelle page : '''Édouard Croegaert''' (plus connu sous le nom d'Edward Croegaert, 1850-1936), est un idéolinguiste belge, créateur de la langue universelle symbolique. == Biogr...)
Ligne 2 : Ligne 2 :
== Biographie ==
== Biographie ==
-
Né à Anvers en 1850 d'une famille bourgeoise francophile, Édouard Croegaert développe une âme d'artiste néerlandophile, déplaisant à son entourage. Il meurt désargenté dans un hospice pour personne âgées pauvres en 1936, toujours à Anvers.
+
Né à Anvers en 1850 d'une famille bourgeoise francophile, Édouard Croegaert développe une âme d'artiste néerlandophile, déplaisant à son entourage. Il publie en 1883 un ouvrage sur les tons musicaux, et un autre en 1893 sur le compositeur flamand Peter Benoit<ref>Cf. sur ce compositeur sa [https://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Benoit notice Wikipédia].</ref>. Ces études musicales le poussent à étudier la musique des langues.
-
== Ouvrage ==
+
Après avoir tenté, en vain, de lancer un bar pour les musiciens et mélomanes flamands à Bruxelles, il part à Paris, où il dépense la quasi-totalité de son héritage. Il revient ensuite à Anvers, où il tente, à nouveau sans succès, de percer dans le monde de la musique.
 +
 
 +
Il semblerait que sa première approche de l'idéolinguistique ait été une réforme de l'orthographe du flamand, dont la seule trace connue à ce jour est une lettre, conservée par les archives et musée de la vie flamande à Bruxelles<ref>Cf. [https://fr.wikipedia.org/wiki/Archives_et_mus%C3%A9e_de_la_vie_flamande_%C3%A0_Bruxelles notice Wikipédia].</ref>, et où l'on trouve des mots comme ''zdrahdd'' pour le néerlandais ''straat'' (rue), ''lags'' pour ''lange'' (long), ''Anddwerppen'' pour ''Antwerpen'' (Anvers) ou ''Ogazzde'' pour ''Augustus'' (août).
 +
 
 +
C'est dans la première décennie du XX<sup>e</sup> siècle qu'Édouard Croegaert crée sa propre [[langue auxiliaire internationale]]. Il ne fait aucun doute qu'il connaissait l'espéranto, Anvers étant à l'époque comme aujourd'hui un des centres de l'espérantie. On sait par ailleurs qu'il fréquentait August Faes, lui-même ardent défenseur de la langue de Zamenhof.
 +
 
 +
Mais au même moment, le petit monde des créateurs de LAI bruissait de la volonté d'un groupe de scientifiques de créer une Délégation pour l'adoption d'une LAI, et chacun espérait en sortir vainqueur.
 +
 
 +
Il meurt désargenté dans un hospice pour personne âgées pauvres en 1936, toujours à Anvers.
 +
 
 +
== Traduction de notes ==
 +
=== ''Progreso'' 1, p. 751 ===
 +
Nous avons reçu de M. Croegaert (''chaussée de Berchem, 92, Anvers'' [en français de le texte]) deux lettres (21 nov., 12 déc. 1908) avec un ''Résumé d'une langue universelle symbolique'' (appelée ''idavritique'') que l'auteur propose comme langue auxiliaire internationale. Il oppose le principe symbolique au principe d'internationalisme (comme le D<sup>r</sup> Nicolaus). Cette langue (de laquelle nous n'avons qu'un plan général) serait donc une langue ''philosophique''. On sait ce que nous pensons de cette espèce de langue. Celui qui serait intéressé est invité à demander plus d'informations à l'auteur lui-même<ref>[http://archiv.onb.ac.at:1801/view/action/nmets.do?DOCCHOICE=3377713.xml&dvs=1505742633988~60&locale=fr_FR&search_terms=&adjacency=&VIEWER_URL=/view/action/nmets.do?&DELIVERY_RULE_ID=1&divType=&usePid1=true&usePid2=true].</ref>.
 +
 
 +
== Ouvrage idéolinguistique ==
* Edward Croegaert, ''Vademecum abrégé de la Langue universelle symbolique et de la Langue internationale auxiliaire'', Anvers, 1909, 24p.
* Edward Croegaert, ''Vademecum abrégé de la Langue universelle symbolique et de la Langue internationale auxiliaire'', Anvers, 1909, 24p.
-
== Source ==
+
== Sources ==
* ([[Esperanto|eo]]) Wim M.A. De Smet, « Edward Croegaert, la forgesita lingvokreanto » [« Edward Croegaert, l'idéolinguiste oublié »], ''Monato'', 2004 ([http://www.esperanto.be/fel/2004/008418.html lire en ligne]).
* ([[Esperanto|eo]]) Wim M.A. De Smet, « Edward Croegaert, la forgesita lingvokreanto » [« Edward Croegaert, l'idéolinguiste oublié »], ''Monato'', 2004 ([http://www.esperanto.be/fel/2004/008418.html lire en ligne]).
 +
 +
Une étude a été publiée en quatre exemplaires par Danielle De Smet en 1972.
== Notes et références ==
== Notes et références ==

Version du 18 septembre 2017 à 14:36

Édouard Croegaert (plus connu sous le nom d'Edward Croegaert, 1850-1936), est un idéolinguiste belge, créateur de la langue universelle symbolique.

Sommaire

Biographie

Né à Anvers en 1850 d'une famille bourgeoise francophile, Édouard Croegaert développe une âme d'artiste néerlandophile, déplaisant à son entourage. Il publie en 1883 un ouvrage sur les tons musicaux, et un autre en 1893 sur le compositeur flamand Peter Benoit[1]. Ces études musicales le poussent à étudier la musique des langues.

Après avoir tenté, en vain, de lancer un bar pour les musiciens et mélomanes flamands à Bruxelles, il part à Paris, où il dépense la quasi-totalité de son héritage. Il revient ensuite à Anvers, où il tente, à nouveau sans succès, de percer dans le monde de la musique.

Il semblerait que sa première approche de l'idéolinguistique ait été une réforme de l'orthographe du flamand, dont la seule trace connue à ce jour est une lettre, conservée par les archives et musée de la vie flamande à Bruxelles[2], et où l'on trouve des mots comme zdrahdd pour le néerlandais straat (rue), lags pour lange (long), Anddwerppen pour Antwerpen (Anvers) ou Ogazzde pour Augustus (août).

C'est dans la première décennie du XXe siècle qu'Édouard Croegaert crée sa propre langue auxiliaire internationale. Il ne fait aucun doute qu'il connaissait l'espéranto, Anvers étant à l'époque comme aujourd'hui un des centres de l'espérantie. On sait par ailleurs qu'il fréquentait August Faes, lui-même ardent défenseur de la langue de Zamenhof.

Mais au même moment, le petit monde des créateurs de LAI bruissait de la volonté d'un groupe de scientifiques de créer une Délégation pour l'adoption d'une LAI, et chacun espérait en sortir vainqueur.

Il meurt désargenté dans un hospice pour personne âgées pauvres en 1936, toujours à Anvers.

Traduction de notes

Progreso 1, p. 751

Nous avons reçu de M. Croegaert (chaussée de Berchem, 92, Anvers [en français de le texte]) deux lettres (21 nov., 12 déc. 1908) avec un Résumé d'une langue universelle symbolique (appelée idavritique) que l'auteur propose comme langue auxiliaire internationale. Il oppose le principe symbolique au principe d'internationalisme (comme le Dr Nicolaus). Cette langue (de laquelle nous n'avons qu'un plan général) serait donc une langue philosophique. On sait ce que nous pensons de cette espèce de langue. Celui qui serait intéressé est invité à demander plus d'informations à l'auteur lui-même[3].

Ouvrage idéolinguistique

  • Edward Croegaert, Vademecum abrégé de la Langue universelle symbolique et de la Langue internationale auxiliaire, Anvers, 1909, 24p.

Sources

  • (eo) Wim M.A. De Smet, « Edward Croegaert, la forgesita lingvokreanto » [« Edward Croegaert, l'idéolinguiste oublié »], Monato, 2004 (lire en ligne).

Une étude a été publiée en quatre exemplaires par Danielle De Smet en 1972.

Notes et références

  1. Cf. sur ce compositeur sa notice Wikipédia.
  2. Cf. notice Wikipédia.
  3. [1].